Publié il y a 9 ans - Mise à jour le 05.06.2015 - thierry-allard - 2 min  - vu 360 fois

GRAND AVIGNON Le numérique révolutionne la visite du Pont d’Avignon et de la Tour Philippe le Bel

Cécile Helle et Jean-Marc Roubaud ont testé le dispositif sur le Pont d'Avignon (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

C’est la deuxième étape, six mois après la présentation du film de la reconstitution 3D du Pont Saint-Bénézet, le célèbre Pont d’Avignon.

« Le film n’était pas une fin en soi, on a voulu aller plus loin », explique le président du Grand Avignon et maire de Villeneuve Jean-Marc Roubaud, mercredi soir.

« Un atout pour l’attractivité touristique »

Ainsi, la saison touristique du Pont et de la tour Philippe le Bel, sur la rive gardoise, sera numérique, ou ne sera pas. Ainsi, l’application Avignon 3D, qui permet de visualiser le pont à trois époques (1375, 1650 et 2014) depuis trois lieux (le rocher des Doms, l’île de la Barthelasse et la tour Philippe le Bel), est désormais disponible gratuitement sur l’Apple Store et le Play Store.

Une application également proposée lors des visites du Pont et de la tour sur des tablettes tactiles pour 2 euros de plus. De quoi enrichir la visite de paysages reconstitués, de commentaires ou encore de quizz. Une installation d’un montant de 125 000 euros, financée par le Grand Avignon.

« Nous apportons des moyens modernes pour la visite de nos monuments, et on assure le développement de ces monuments historiques, s’est félicité Jean-Marc Roubaud. Nous sommes relativement précurseurs en la matière. » La maire d’Avignon Cécile Helle s’est quant à elle dite « convaincue que ne numérique offre de nouvelles perspectives de valorisation des monuments et est un véritable atout pour l’attractivité touristique du territoire. »

Vers une voie verte numérique

Le médiéviste et maître de conférences à l’université d’Avignon Simone Balossino, qui a participé à la reconstitution 3D du Pont, a ensuite expliqué s’être « plus attaché à déconstruire le pont plus qu’à le construire. Ce travail a apporté une meilleure compréhension de l’ouvrage, de ses enjeux, de sa forme. » Un travail dont le chercheur se réjouit qu’il ne soit « pas resté caché dans le monde académique grâce au soutien des collectivités territoriales. »

Et après le film et les visites 3D, la prochaine étape sera la voie verte numérique qui reliera le Pont d’Avignon à la Tour Philippe le Bel, une voie verte « proposée à pied, à vélo et navette fluviale », détaille Jean-Marc Roubaud, qui espère ainsi « retenir un peu les touristes. » Une voie verte que Cécile Helle veut compléter « d’un projet environnemental sur l’île de la Barthelasse, qui est le poumon vert d’Avignon. »

Bref, comme l’affirme Simone Balossino, « ce n’est pas fini, le travail de valorisation du patrimoine local va continuer. »

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio