Actualités
Publié il y a 4 ans - Mise à jour le 09.08.2018 - thierry-allard - 1 min  - vu 1128 fois

INTEMPÉRIES À Saint-Julien-de-Peyrolas, le camp de vacances Saint-Antonius complètement dévasté

Le camp Saint-Antonius, à Saint-Julien-de-Peyrolas, complètement dévasté par les eaux (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Le camp Saint-Antonius, à Saint-Julien-de-Peyrolas, complètement dévasté par les eaux (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

C’est ici que les pompiers ont dû aller récupérer des enfants et des adolescents piégés par la montée des eaux et obligés de se réfugier parfois dans les arbres.

Le camp de vacances Saint-Antonius, qui accueille des jeunes Allemands à Saint-Julien-de-Peyrolas, présentait un cadre idyllique jusqu’à ce triste jeudi, bordé par le ruisseau du Vallat d’Aiguèze et la rivière Ardèche.

Le Vallat d'Aiguèze, qui jouxte le camp, s'est transformé en torrent (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

En l’espace de quelques minutes ce matin, les pluies diluviennes et une brusque montée du ruisseau, d’ordinaire si tranquille, ont complètement dévasté le camp. Deux mètres d’eau par endroit et un courant très puissant emportent tout sur leur passage, laissant ce soir un spectacle de désolation où les tôles enchevêtrées le disputent à la boue et aux vélos et canoës renversés.

Le camp Saint-Antonius, à Saint-Julien-de-Peyrolas, complètement dévasté par les eaux (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

C’est ici aussi qu’un homme a disparu, un septuagénaire Allemand, qui se serait réfugié dans son véhicule lors de la montée des eaux, véhicule retrouvé vide, emporté par le courant. Il est toujours recherché par les secours. Les 119 enfants qu’accueillait la colonie sont quant à eux en sécurité ce soir.

Th.A

Thierry Allard

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais