Publié il y a 3 ans - Mise à jour le 10.01.2021 - thierry-allard - 3 min  - vu 2212 fois

LAUDUN-L’ARDOISE L’opposition dénonce un malaise chez le personnel communal, le maire dément

La mairie de Laudun-l'Ardoise (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Y a-t-il un problème au sein du personnel communal à Laudun-l’Ardoise ? Les deux groupes d’opposition, emmenés par Philippe Pecout et Jean-Pierre Laffont, l’affirment.

C’est le premier qui raconte l’histoire, arrivée vendredi matin. « Des agents ont appelé en catastrophe Jean-Pierre Laffont et et Marie-Laure Petiot pour qu’ils viennent immédiatement en mairie car il y avait des agents en pleurs. ils y ont trouvé un certain nombre de personnes du service administratif en pleurs, qui se sentaient très mal. »

Les agents en question, « fatigués, sous pression », d’après l’opposant, affirment aux deux élus d’opposition que leur état était dû à « plusieurs semaines de pressions, du fait qu’on les trimballe de service en service sans les prévenir ni les former », affirme Philippe Pecout. Le maire aurait ensuite refusé de recevoir les opposants, qui voulaient s’entretenir avec lui, et aurait fait venir la police municipale sur place avant de leur reprocher de s’être enfermés pour discuter dans des pièces closes en période de covid. « Vous voyez le climat ! », ironise l’ancien maire devenu opposant, qui précise que ces faits n’impactent pas uniquement le service administratif.

Pour l’opposition, c’est très clair : il y a un malaise au sein des agents communaux, et le responsable n’est autre que le maire, Yves Cazorla, qui règnerait sur les questions RH « tout seul et sans concertation », affirme Philippe Pecout, qui y voit « la méthode de quelqu’un qui a sa propre idée de la démocratie, ce qui est scandaleux sur la forme comme sur le fond. »

Et les corps intermédiaires dans tout cela ? Philippe Pecout affirme qu’il n’y a « plus de syndicat » et que « le comité technique a perdu son essence puisque ses membres sont partis. »

« S’il y a un malaise, je ne suis pas au courant »

Voilà pour l’opposition. Car du côté du maire Yves Cazorla, le discours est tout autre. Le seul point d’accord concerne le refus de recevoir les élus d’opposition : « j’étais en réunion, on m’a dit qu’il y avait quelqu’un qui pleurait, je voulais bien recevoir cette personne, mais pas Mme Petiot. » Yves Cazorla affirme que « personne ne (lui) a demandé une audience ces derniers jours », que ce soit chez les agents ou les représentants syndicaux, car le maire indique qu’un syndicat est bel et bien représenté à la mairie, Force ouvrière.

« S’il y a un problème, quel qu’il soit, ma porte est ouverte, or je n’ai pas vu le responsable syndical », poursuit-il. Quant aux accusations de « trimballer » les agents de services en services, « ce n’est pas vrai, tranche-t-il. Et que l’opposition donne des détails, c’est flou. » Le maire reconnaît qu’il y a « peut-être deux ou trois personnes qui ne se sentent pas bien, sur un effectif de 105 à 110 personnes, car elles n’ont pas eu ce qu’elles voulaient, mais il n’y a pas de mouvement social. »

Pour lui, « globalement, les agents sont bien, ils sont bien traités à Laudun-l’Ardoise, on fait les choses dans les règles. » Et ce notamment dans le respect de la hiérarchie, affirme-t-il, balayant les accusations d’autocratie avec un exemple : « lorsque nous avons donné la prime covid, j’ai demandé au syndicat et à la hiérarchie de définir la répartition. »

Bref, « s’il y a un malaise, je ne suis pas au courant », résume le maire, qui pense que l’opposition « a voulu faire un coup. » Une chose est sûre, l’opposition compte s’emparer de ce sujet : « on fera le travail, les deux groupes réunis », promet Philippe Pecout, avant de préciser qu’il viendrait rencontrer les agents communaux mercredi prochain, « pour les saluer. »

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio