Publié il y a 2 ans - Mise à jour le 18.02.2022 - yannick-pons - 2 min  - vu 465 fois

NÎMES La Colonie de vacances de Paloma a fait le plein

Paloma affiche complet pour son retour aux concerts avec La Colonie de vacances (Photo Yannick Pons/Objectif Gard) - Yannick Pons

la Colonie de vacances, concert à quatre scènes (Photo Yannick Pons/Objectif Gard) • Yannick Pons

Après deux mois de disette, les concerts debout étaient de retour à Paloma avec le groupe La Colonie de Vacances qui a offert un concert déroutant hier soir. Et c'était complet.

Dans la "graaande salle", quatre scènes. Sur chacune, une formation issue de la scène rock noise française.  Une expérience quadriphonique prodigieuse qui place le public au centre de la performance. Les quatre formations jouent ensemble, se répondent et se confondent. Les yeux et les oreilles ne savent plus où donner de la tête.

"L'équipe technique a préparé un calage particulier. Techniquement le challenge était très complexe car les scènes se font face et donc les sons s'entrechoquent", rapporte Fred Jumel, le maestro de la scène nîmoise. Les artistes de la Colonie de vacances ont profité de la pause sanitaire forcée de Paloma pour répéter et affiner la performance, mais aussi pour préparer leur tournée pendant quatre jours dans la grande salle nîmoise. Ils ont également mis en pause leur quatre groupes originels (Marvin, Pneu, Papier Tigre, Electric Electric) pour ne former qu'un.

Noise rock sur l'une des quatre scènes de Paloma hier soir (Photo Yannick Pons/Objectif Gard) • Yannick Pons

Le groupe produit un Rock exaspéré et inéluctable avec pour pilier la guitare électrique à la façon du groupe canadien Metz, programmé le 21 avril à Paloma mais qui sera finalement reporté à cause de la crise sanitaire. "Les groupes hors Europe sont en train d'annuler leur tournée européenne à cause de la crise sanitaire car certains pays ont un calendrier d'allègement des contraintes sanitaires trop tardif", regrette le directeur de la SMAC nîmoise, qui est condamné à réviser l'agenda de Paloma et qui a déjà annulé Future Island avec regrets.

Noise rock exaspéré et inéluctable à la façon du groupe canadien Metz (Photo Yannick Pons/Objectif Gard) • Yannick Pons

Heureusement la programmation de cette reprise était axée sur le désir de permettre a des artistes nationaux qui ont une sortie d'album, de les défendre en live. "Dans cette programmation de reprise, il y aura pas mal de hip hop français" ajoute Fred Jumel qui est satisfait de ce retour aux affaires. Le concert d'hier soir était complet la veille. "Les préventes étaient tardives mais c'est encourageant d'afficher complet le jour du retour de la scène. Le public démontre une réelle envie de retrouver des moments de fête, uniques, qui avaient été perdus ces derniers temps."

La batterie a rythmé cette folle soirée (Photo Yannick Pons/Objectif Gard) • Yannick Pons

Paloma ce n'est pas seulement une scène, c'est aussi le patio où l'on se retrouve autour d'un verre. Où l'on retrouve "des gens que l'on croise dans des lieux qui nous ressemblent" ajoute Fred Jumel. Cette coupure de deux ans semble passée et les Palomistes devraient recouvrer leurs habitudes rapidement. Les réservations ont été tardives hier, il faudra que le public se réhabitue à réserver ses billets à l'avance sous peine de frustration.

Yannick Pons

On se retrouve autour d'un verre au patio, comme avant la crise sanitaire (Photo Yannick Pons/Objectif Gard) • Yannick Pons

En première partie nous pouvions écouter Claire Faggianelli, lectures méditerranéennes (Photo Yannick Pons/Objectif Gard) • Yannick Pons

Julia Hanadi Alabed a chauffé la salle avec sa propre musique électroacoustique concrète. (Photo Yannick Pons/Objectif Gard) • Yannick Pons

Yannick Pons

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio