Actualités
Publié il y a 8 ans - Mise à jour le 21.01.2015 - coralie-mollaret - 2 min  - vu 1220 fois

NÎMES MÉTROPOLE Comment la mairie de Nîmes a tenté d'empêcher l'éviction du directeur adjoint

Christophe Madalle, Directeur Général des Services de la Ville de Nîmes. Photo : Droits réservés / Baptiste Manzinali

Objectif Gard s'est procuré la lettre de soutien de la ville de Nîmes à David K., avant son éviction par Nîmes Métropole. La municipalité menaçait la collectivité de suspendre sa participation financière à la mutualisation du poste.

Annonce tonitruante lors du conseil communautaire du 15 décembre : le directeur général des finances et de la commande publique David K. a été publiquement démis de ses fonctions. Selon nos sources, le président UDI de Nîmes Métropole reproche au fonctionnaire d'avoir commis plusieurs impairs : une erreur de 700 000 euros dans le budget, la rétention d’informations à l’égard de l’élu aux finances et la réalisation de travaux dans son logement de fonction par les services du patrimoine de l’agglo.

Nîmes "absolument pas d'accord"

Quelques jours avant l'entretien préliminaire à l'éviction de David K., le directeur général des services de Nîmes, Christophe Madalle, a adressé une Lettre à son homologue de Nîmes Métropole, Laurent Cotteret. Dans cette missive, le cadre explique que "la ville de Nîmes n'est absolument pas d'accord avec cette décision".

Désireux de laver de tout soupçons David K., proche de Jean-Paul Fournier, Christophe Madalle fait remarquer "le travail considérable réalisé par lui et ses collaborateurs à l'occasion de la préparation du budget 2015. Je n'ai eu d'ailleurs aucune remarque sur aucun prétendu laxisme ou même défaut quelconque de la part du sénateur-maire ou de l'adjoint  délégué aux finances" (en l'occurrence Yvan Lachaud, président de Nîmes Métropole, NDLR).

Fin de la participation au poste mutualisé

En outre, Christophe Mandalle précise son intention au cas où la collectivité ne ferait pas machine arrière : "je serais contraint de revoir l'organisation du périmètre mutualisé de la direction générale". Traduisez : ne plus apporter le soutien financier au poste mutualisé.

Selon d'autres sources, David K. n’est pas le seul à avoir été mis au placard. Comme souvent lors d’un changement d’exécutif, les nouveaux locataires de la collectivité placent leurs proches à des postes clefs. Au printemps, quelques jours après l’élection d’Yvan Lachaud, le directeur général des services de l’agglomération Didier Bascop de l’ère Fournier a gentiment été remercié, à l'instar d'Henry Westphal ancien directeur général en charge des sports, de Céline Garrigos chef de service culture transférée à l'assainissement et de Caroline Savanier remplacée à la communication par Jacques Prévost, rédacteur en chef de France Bleu Gard-Lozère.

La lettre de Christophe Mandalle n'aura pas eu l'effet escompté : Yvan Lachaud a confirmé le 15 décembre le transfert de David K. au service chargé d’étudier les possibilités pour l’agglomération nîmoise de s’élever au rang de communauté urbaine.

Lire aussi : FAIT DU JOUR Nîmes Métropole : les dessous de l’éviction du directeur général adjoint

Coralie Mollaret

Coralie Mollaret

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais