Actualités
Publié il y a 10 mois - Mise à jour le 05.01.2022 - norman-jardin - 7 min  - vu 1226 fois

NÎMES OLYMPIQUE Des premiers matches de l'année souvent douloureux

En 2019, Nîmes s'était incliné à la Duchère 3-0 [crédit : Joel PHILIPPON - Photo via MaxPPP] - PHOTOPQR/LE PROGRES/MAXPPP

Un premier match de l’année est parfois source d’espoir en vue d’une nouvelle dynamique ou, au contraire, d’inquiétude de perdre la belle forme de décembre. Même si sur dix ans le bilan est équilibré, les Crocodiles ont pris ces dernières années la mauvaise habitude de très mal débuter une année civile. Alors que ce samedi 8 janvier, le Nîmes Olympique attaque 2022 par un déplacement à Dijon, nous vous proposons un retour sur les dix derniers premiers matchs de l’année.

2012 : le premier but de Ripart

Au cœur d’une saison où ils aspirent à remonter en Ligue 2, les Crocodiles de Thiery Froger doivent s’imposer face à Fréjus-Saint-Raphaël. Nîmes s’impose largement 4-1, décroche sa dixième victoire en vingt journées et monte pour la première fois de la saison sur le podium. La soirée restera inoubliable pour une jeune nîmois Renaud Ripart qui marque le premier but de sa carrière. À l’issue de la saison, le NO retrouve la Ligue 2.

13 janvier 2012. 20e journée du National. NÎMES OLYMPIQUE – FRÉJUS SAINT-RAPHAEL 4-1. Stade des Costières. Mi-temps : 2-1. Spectateurs : 4 473. Arbitre : M. Perreau-Niel. Buts pour Nîmes : Penel (5e csc), Ogounbiyi (38e), Haddou (73e) et Ripart (86e). But pour Fréjus Saint-Raphaël : Fernandez (41e sp).

Nîmes : Merville – Sidibé, Poulain (cap), Stosic, Poundjé – Diarrassouba (Ripart, 52e), Piocelle (Parpeix, 61e), Haddou, Benezet – Ogounbiyi (Salert, 78e), Haguy. Entraîneur : Thierry Froger

Fréjus Saint-Raphaël : Dreyer – Gharibian (B. Dembélé, 80e), Fernandez (cap), Penel, Rouabah – A. Keita (Vareilles, 61e) – Macquet, Noyer, Diri (Medjkane, 31e) – Henaini. Entraîneur :  Charly Paquille

2013 : l’impossible exploit

Face à une redoutable équipe de Lille, qui a terminé troisième du dernier championnat de France et qui joue par ailleurs la Ligue des champions, les Nîmois se sont réveillés trop tard. Menés 3-0, les Crocodiles reviennent dans le match grâce à Vincent Gragnic et Seydou Koné. C’est toutefois insuffisant et l’aventure s’arrête en 32e de finale de la coupe de France pour les joueurs de Victor Zvunka.

5 janvier 2013. 32e de finale de la coupe de France. LILLE OSC (L1) – NÎMES OLYMPIQUE (L2) 3-2. Grand stade de Villeneuve-D’ascq. Mi-temps : 2-0. Spectateurs : 16 860. Arbitre : M. Buquet. Buts pour Lille : Payet (7e), Balmont (44e) et Roux (51e). Buts pour Nîmes : Gragnic (61e) et Koné (70e). Expulsion à Nîmes : Haddou (89e).

Lille : Elana – D. Sidibé, Chedjou, Basa, Digne – Pedretti, Mavuba (cap), Martin (Balmont, 23e) – Rodelin, Roux, Payet (Béria, 62e). Entraîneur : Rudi Garcia.

Nîmes : Merville – M. Sidibé, Poulain (cap), Boche, Sbaï (Bensaïd, 63e) – Haddou, Hsissane (Niflore, 88e) – Benezet, Gragnic, Robail (Ogounbiyi, 55e) – S. Koné. Entraîneur : Victor Zvunka.

2014 : l’effet Marsiglia renverse Laval

Une place de la rencontre Laval - Nîmes Olympique du 10 janvier 2014 (archives NJ)

C’est la crise au Nîmes Olympique. Victor Zvunka est débarqué à Noël et il laisse le NO avant dernier de Ligue 2. René Marsiglia le remplace, il réalise quelques ajustements tactiques et il apporte aussi sa bienveillance. Cela suffit pour s’imposer pour la première fois depuis 1976 au stade Françis Le Basser et sauver le club qui terminera quinzième.

10 janvier 2014. 19e journée de Ligue 2. STADE LAVALLOIS – NÎMES OLYMPIQUE 1-3. Stade : Françis-Le Basser. Mi-temps : 1-1. Spectateurs : 5 163. Arbitre : M. Perreau Niel. But pour Laval : Baby (5e). Buts pour Nîmes : Gragnic (20e), Couturier (67e, csc) et Kovacevic (30e+3).

Laval : Vanhamel – Belaud, Couturier (cap), Stosic, Rippert – Alla, Renouard (Mimoun, 72e), Baby – Robic (Perrot, 76e), Bekamenga, Diallo (Toudic, 62e). Entraîneur : Philippe Hinschberger.

Nîmes : Merville – Cordoval, Parpeix, Poulain (cap), Robail – Bouby (Omrani, 84e), Hsissane, Gragnic (Kovacevic, 80e) – Nouri, Benmeziane (Koura, 70e), Cissokho. Entraîneur : René Marsiglia.

2015 : Un rocher trop dur

Au cœur de l’affaire des matchs truqués et au bord du gouffre, Nîmes Olympique s’inquiète pour son avenir en attendant les sanctions de la ligue. Avec la venue de l'AS Monaco en 32e de finale de la coupe de France, les Crocodiles s’accordent une parenthèse où l’on ne parle que football. Mais le miracle n’a pas lieu et en alignant des joueurs comme Stekelenburg, Fabinho, Ricardo-Carvalho, Toulalan, Moutinho, Bernardo-Silva, Martial et Ocampos, l’ASM s’impose 2-0 aux Costières. La parenthèse refermée, les Nîmois sont punis de huit points de pénalité pour la saison suivante.

4 janvier 2015. 32e de finale de la coupe de France. NÎMES OLYMPIQUE (L2) – AS MONACO (L1) 0-2. Stade des Costières. Mi-temps : 0-1. Spectateurs : 10 495. Arbitre : M. Castro. Buts : Bernardo-Silva (33e) et Germain (90e+5).

Nîmes : Gallon – Cordoval, Marin, Barrillon, Harek – Briançon, Hsissane (Azouni, 69e), Parpeix (Tchoutou, 59e) – Nouri, Maoulida (cap), Koura (A. Mendy, 75e). Entraîneur : José Pasqualetti.

Monaco : Stekelenburg – Fabinho, Raggi, Ricardo-Carvalho, Echiejile – Toulalan (cap), T. Bakayoko, Joao Moutinho – Bernardo-Silva (Kurzawa, 81e), Martial (Ferreira Carrasco, 72e), Ocampos (Germain, 66e). Entraîneur : Léonardo Jardim.

2016 : le début de l’exploit

Bernard Blaquart n’a remplacé José Pasqualetti que depuis quelques semaines et les Crocodiles traînent la sanction de huit points en queue du classement de la Ligue 2, dernier avec dix points de retard sur les non-relégables. Les matchs retour débutent avec la réception du Stade Brestois. Face aux Bretons, les Nîmois séduisent et gagnent 2-0. Dans la foulée, les Crocodiles pulvérisent Clermont 6-2 et s’imposent chez le leader Nancy 4-3. L’exploit historique est en marche et Nîmes se maintient en Ligue 2.

8 janvier 2016. 20e journée de Ligue 2. NÎMES OLYMPIQUE – STADE BRESTOIS 2-0. Stade des Costières. Mi-temps : 0-0. Spectateurs : 4 018. Buts : Koura (69e) et Azouni (85e).

Nîmes : Michel (cap) – Cordoval, Briançon, Harek, Paquiez – Azouni, Savanier, (Valls, 89e) – Ripart (Maoulida, 64e), Koura (Lacourt, 82e), Mounié, Cissokho. Entraîneur : Bernard Blaquart.

Brest : Hartock – Sankoh, Lorenzi, Falette, A. Keita – Grougi (cap), M. Perez – Alphonse (Joseph-Monrose, 78e), Battocchio (Tié Bi, 57e), B. Pelé – Adnane. Entraîneur : Alex Dupont.

2017 : une triste reprise

Privé d’Azouni et de ses deux meilleurs buteurs, Alioui et Kouakou, Nîmes Olympique domine mais ne trouve pas la faille dans la défense du Havre. Ce soir-là, Kevin Denkey fête sa première apparition mais les Crocodiles perdent deux points. Rageant comme la fin de saison qui voit l’équipe de Bernard Blaquart terminer à trois points du champion et à deux du second. Pour la montée, il faudra attendre encore un peu.

13 janvier 2017. 20e journée de Ligue 2. NÎMES OLYMPIQUE – LA HAVRE AC 0-0. Stade des Costières. Spectateurs : 4 350. Arbitre : M. Jochem. Expulsion à Nîmes : Blaquart (28e pour contestations).

Nîmes : Gallon – Alakouch, Briançon, Harek, Diabaté – Savanier (Fabre, 90e+1), Valls – Thioub, Ripart, Sissoko (Denkey, 90e+1), Aït-Fana (Cissokho, 74e). Entraîneur : Bernard Blaquart.

Le Havre : Farnolle – Chebake, Cambon, Bain, F. Mendy – Ferhat, Fontaine, Ayasse, Bonnet (cap) (Salles, 85e) – Dembélé (Julan, 68e), Gimbert (Gamboa, 86e). Entraîneur : Oswald Tanchot.

2018 : 1 000 Nîmois à Geoffroy-Guichard

La saison 2017-18 est historique avec la montée en Ligue 1 que Nîmes attendait depuis 25 ans. Le public gardois aime cette équipe et il la suit. Pour ce 32e de finale de coupe de France, 16 bus transportent le millier du supporters Nîmois à Saint-Etienne. Malheureusement, pour cet avant-goût avec l’élite, la confrontation tourne court. L’expulsion précoce de Boscagli fausse les débats et l’ASSE se qualifie 2-0. Peu importe, puisque le bonheur de la montée est fêté au mois de mai.

7 janvier 2018. 32e de finale de la coupe de France. AS SAINT-ETIENNE (L1) – NÎMES OLYMPIQUE (L2) 2-0. Stade ; Geoffroy-Guichard. Mi-temps : 0-0. Spectateurs : 13 148. Arbitre : M. Thual. Buts : Beric (63e) et Bamba (68e). Expulsion à Nîmes : Boscagli (12e).

Saint-Etienne : Moulin – Gabriel-Silva, Théophile-Catherine, Lacroix, M’Bengue – Dabo, Selnaes, Hernani (Beric, 46e) – Hamouma (Bamba, 60e), Diony (Diousse, 77e), Cabella (cap). Entraîneur : Jean-Louis Gasset.

Nîmes : Valette – Paquiez, Briançon, Harek (cap) (Cadumaro, 55e), Boscagli – Savanier (Valls, 71e), Valdivia – Del Castillo, Ripart, Alioui, Thioub (Alakouch, 77e). Entraîneur : Bernard Blaquart.

2019 : une élimination qui fait tache

Bernard Blaquart n’est pas un entraîneur de coupe et ce match en est une nouvelle illustration. Face à une équipe du National, les Nîmois ne sont que l’ombre d’eux-mêmes. Ils jouent dix minutes avant de sombrer. Une sortie peu glorieuse au cœur d'une saison remarquable en Ligue 1 (les Nîmois terminent 9e).

5 janvier 2019. 32e de finale de la coupe de France. LYON DUCHERE (N) – NÎMES OLYMPIQUE (L1) 3-0. Stade de Balmont. Mi-temps : 1-0. Spectateurs : 2 000. Arbitre : M. Turpin. Buts : Mendes (13e), Julienne (81e) et Ezikian (88e sp).

Lyon-Duchère : Hautbois (cap) – Moizini (cap) (Tetika, 70e), Ndiaye, Romary, Shiashia – Atik, Banor, Ezikian, Julienne – Tuta (Diarrasouba, 62e), Mendes (Rivas, 62e). Entraîneur : Karim Mokeddem.

Nîmes : Bernardoni – Alakouch, Landre (Lybohy, 46e), Harek (cap), Maouassa – Ferri, Bobichon, Valls – Ripart, Alioui (Thioub, 72e), Bouanga (Depres, 64e). Entraîneur : Bernard Blaquart.

2020 : par la très petite porte

Encore une fois, c’est avec la Coupe de France que Nîmes débute l’année. Et une nouvelle fois cela ressemble à une corvée. Malgré les quatre divisions d’écart avec le Tours FC, les Crocodiles frôlent la correctionnelle et ne se qualifient que par l’intermédiaire des tirs au but. L’aventure s'arrête sèchement deux semaines plus tard à Dijon 5-0. Mal embarqué en ligue 1, les Nîmois sont sauvés par l’arrivée du coronavirus qui stoppe le championnat à la 28e journée alors que le NO est barragiste.

4 janvier 2020. 32e de finale de la coupe de France. TOURS FC (N3) – NÎMES OLYMPIQUE 2-2 (2-4 aux tirs au but). Stade de la Vallée du Cher. Mi-temps : 1-1. Spectateurs : 3 510. Arbitre : M. Turpin. Buts pour Tours : Da Silva (38e) et Camara (65e). Buts pour Nîmes : Briançon (24e) et Ripart (51e sp).

Tours : Cointard – Perraguin, Gonzales-Freitas, Tison, Mouangue – Gassama (N’Diaye, 106e), Péron, Da Silva – Camara (Dugain, 85e), Hidasse, B. Mahamat (Balde, 97e). Entraîneur : Nourredine El Ouardani.

Nîmes : Bernardoni – Landre, Briançon, Martinez – Ripart, Deaux (Paquiez, 98e), Fomba (Valerio, 90e), Valls, Miguel – Ferhat (Stojanovski, 108e), Philippoteaux (Denkey, 80e). Entraîneur : Bernard Blaquart.

2021 : naufrage en Alsace

En ce début d’année 2021, Pascal Plancque arrive pour renforcer le staff nîmois. Avec la pire défense de Ligue 1, les Crocodiles sont derniers et ils se déplacent chez le 17e. Le choc est capital et l’enjeu énorme. Nîmes Olympique explose face a de pétillants strasbourgeois. 5-0 la note est salée et l’équipe de Jérôme Arpinon plonge dans la crise. Un mois plus tard Plancque devient l’entraîneur, mais il ne peut pas éviter la relégation en Ligue 2. Triste saison.

6 janvier 2021. 18e journée de Ligue 1. RC STRASBOURG – NÎMES OLYMPIQUE 5-0. Stade de la Meinau. Mi-temps : 3-0. Rencontre jouée à huis-clos. Arbitre : M. Millot. Buts : Ajorque (36e et 51e), Diallo (38e), Lala (45e+1) et Majeed (90e, sp).

Strasbourg : Kawashima – Lala, Simakan (Lienard, 65e), Djiku, Caci – Sissoko, Aholou (Siby, 81e), Bellegarde (Zohi, 81e) – Ajorque (Majeed, 73e), Thomasson (cap) (Prcic, 81e), Diallo. Entraîneur : Thierry Laurey.

Nîmes : Reynet – Alakouch (Paquiez, 85e), Briançon (cap), Deaux, Meling – Ferhat, Cubas (Benrahou, 70e), Ahlinvi, Ripart (Fomba, 65e) – Duljevic (Eliasson, 46e), Koné (Roux, 46e). Entraîneur : Jérôme Arpinon.

Sur les dix dernières années, Nîmes Olympique a débuté l'année civile quatre fois par une victoire (2012, 2014 et 2016), deux fois par un résultat nul (2017 et 2020) et cinq fois par une défaite (2013, 2015, 2018, 2019 et 2021).

Norman Jardin.

Norman Jardin

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais