Actualités
Publié il y a 5 mois - Mise à jour le 20.06.2022 - yannick-pons - 2 min  - vu 2647 fois

NÎMES Orelsan fait sauter le public des arènes

Orelsan aux arènes de Nîmes (photo Theo Celma)

Orelsan aux arènes de Nîmes (Photo Theo Celma)

Orelsan a fait sauter le public des arènes de Nîmes ce soir. Très à l'aise sur la scène nîmoise antique, il a déroulé son répertoire, emmené par des mots justes et sa rythmique inéluctable.

Le rappeur compositeur français est de retour pour la troisième fois aux arènes de Nîmes a presque quarante ans. Tout s'est passé tellement vite depuis que sa bouille, crâne rasé, a explosé sur myspace en 2008. Un disque d'or et un double disque de platine avec son deuxième album Le chant des sirènes plus tard, il laissait pousser ses cheveux.

Orelsan aux arènes de Nîmes. Son guitariste (Photo Theo Celma)

Aux arènes, il commence avec Civilisation et fait sauter le public avec Du propre. Il demande s'il y a des filles ici. Bien entendu, il y en a ! Alors le Normand enchaine sur Bébéboa, un titre sur les filles et l'alcool. Défaite de famille, devenue le morceau officiel des repas du dimanche ennuyeux, a évidemment été joué. Très à l'aise, l'artiste décide d'innover avec une animation inédite. Il fait monter sur scène deux fans pour jouer à la console au célèbre jeu de combat Street Fighter à la sauce Orelsan.

Orelsan fait monter sur scène deux fans pour jouer à la console au célèbre jeu de combat Street Fighter (photo Theo Celma)

Le chanteur se retrouve personnage et affronte Skread qui remporte le duel grâce au jeune Diego. Ainsi, la partie gauche du public a gagné quelques tee-shirts pour les plus chanceux. Le concert a ensuite repris et les fans de la première heure ont été ravis d'entendre les morceaux qui ont fait la notoriété du rappeur dans un medley : Soirée ratée, Différent ou encore Jimmy Punchline.

Orelsan aux arènes de Nîmes, très à l'aise refait ses lacets (photo Theo Celma)

Pour la dernière partie de sa prestation, Aurélien Cotentin de son vrai nom a interprété les chansons "plus posées" de son répertoire. Notamment Notes pour trop tard chanté assis devant le public, un moment plutôt émouvant. Pour terminer, le public a sauté une dernière fois avec l'incontournable Basique juste après avoir repris en choeur La terre est ronde.

Orelsan aux arènes de Nîmes a chanté pour les filles (photo Theo Celma)

On a attendu en vain Tout va bien, dont le clip a été tourné à Kiev en Ukraine dans lequel le chanteur tente d'expliquer à un enfant que le monde est heureux, pour lui cacher la pauvreté, les violences conjugales et surtout la guerre en Ukraine. Terriblement actuel. Une scène à la hauteur de cet immense artiste. Un artiste à la hauteur de cette scène sublime.

Yannick Pons

Le concert en vidéo :

Yannick Pons

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais