Actualités
Publié il y a 7 ans - Mise à jour le 01.04.2015 - emeline-andreani - 2 min  - vu 140 fois

NÎMES Succès assuré pour le chef Vincent Croizard et les dons gastronomes de l'EFS

Le menu du midi cuisiné par Vincent Croizard, très apprécié par les donneurs. Photo : Emeline Andreani/Objectif Gard

Hier, toute la journée avait lieu les dons gastronomes, à l'EFS au CHU de Nîmes. Une combinaison entre générosité et gourmandise, que les nombreux donneurs n'ont pu qu'apprécier.

Clafoutis aux zestes de citron et rhubarbe, chocolat noir absolu et framboise, huîtres de Bouziques mariné à l'huile d'olive et asperge verte, cabillaud à la vapeur au beurre de muscade, (...) ce sont autant de collations plus alléchantes, que le chef Vincent Croizard a concocté tout au long de la journée. Et pas question de proposer le même repas pour le petit déjeuner et pour le déjeuner. Le chef nîmois a cuisiné trois menus différents, variant entre sucré et salé. Autant de précautions, qui ont été largement remercier par les donneurs : "Je suis donneuses régulières, mais c'est vrai que ce concept facilite la venue au don du sang. Et puis ça change des collations habituelles".

Inciter les personnes aux dons de plasma et dons de plaquettes

Mais outre le fait de remercier les donneurs réguliers, cette initiative a également pour objectif d'informer les personnes sur les centres de prélèvements : "En moyenne par semaine, nous effectuons une dizaine de dons du sang. Un nombre bien minime sachant que dans la région, nous avons besoin de 1 200 dons du sang par semaine, mais aussi une soixantaine de dons de plaquettes et de plasma" souligne Alexandra Luchez, représentante de l'EFS. Par ce concept, l'EFS espère inciter les gens a donné leur sang, pour par la suite, les encourager à faire des dons de plasma et de plaquettes : "Il faut au préalable avoir donné deux fois son sang avant de pouvoir réaliser les autres dons. Nous essayons donc de sensibiliser le plus de personnes possibles à travers les dons du sang" explique Alexandra Luchez.

"Les hommes sont plus craintifs de l'aiguille que les femmes"

Cela est la deuxième année consécutive que l'EFS sollicite un restaurateur pour préparer des collations haut de gamme. L'année passée, c'était Michel Kaiser qui avait donné de son temps aux donneurs. "Cette démarche est à la fois pour les donneurs, mais c'est également une vitrine pour nous. Cela permet de faire découvrir notre cuisine" confie le chef Vincent Croizard. Une initiative que l'EFS espère voir perdurer, afin d'attirer encore plus de monde. L'établissement prévoit également de faire un partenariat avec des clubs de sport nîmois, afin d'obtenir une plus grande visibilité, mais également inciter plus de garçons à sauter le pas : "Parmi les donneurs, 65 % sont des femmes. Sachant qu'elles ne peuvent donner que quatre fois dans l'année, contre six pour les hommes, cela est relativement dommage. Mais il faut croire que les hommes sont plus craintifs de l'aiguille que les femmes" s'amuse la représentante de l'EFS. En attendant, nombreux se sont déplacés pour ces dons gastronomes, hommes comme femmes, comptabilisant ainsi 110 volontaires dont 21 nouveaux donneurs.

Emeline Andreani

Emeline Andreani

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais