Publié il y a 3 ans - Mise à jour le 15.07.2021 - anthony-maurin - 4 min  - vu 431 fois

NÎMES Une expérience berlinoise hors du commun

Trois des stagiaires avec leur Mobilité Pass (Photo Anthony Maurin).

Mouayadi avec ses collègues dans le lieu de stage (Photo Maison de l'Europe).

Cinq jeunes de la Mission locale Nîmes Métropole et de la MLJ Petite Camargue témoignent de leur expérience après avoir effectué des stages de cinq semaines à Berlin dans le cadre du programme Erasmus+.

C'est à la Maison de l'Europe de Nîmes que ça se passe. Créée en 1966 et ayant pour but d'informer la population locale sur le fonctionnement de l'Union européenne, la Maison de l'Europe fait aussi dans le voyage. Oui, les jeunes du jour ont eu la chance, mais ils se la sont aussi procurés en venant s'intéresser de plus près à ses activités, de partir faire un stage de plusieurs semaine à Berlin. Les jeunes berlinois sont redevenus Gardois au moins le temps d'un bilan de leurs projets et pour la remise des certificats Europass Mobilité.

Ce projet, entièrement financé par le programme Erasmus et la Région Occitanie, et mis en place par la Maison de l’Europe de Nîmes, a un réel impact sur la vie future de ces jeunes. Avant leur départ qui avait lieu le 6 juin dernier, les participants ont eu l’opportunité de participer à des formations au départ à la Maison de l’Europe comprenant l’apprentissage interculturel et linguistique. Trois jeunes sur cinq sont rentrés en France le 11 juillet, les deux autres participants sont restés à Berlin pour continuer leurs projets jusqu’en septembre.

À part les voyages supplémentaires, l’hébergement et la restauration étaient pris en charge et les partenaires allemands ont également proposé un programme culturel permettant aux stagiaires désireux de découvrir le pays de pouvoir le faire tranquillement. Leur stage de cinq semaines s'est fait dans les secteurs de la gestion de projets, de la photographie, du design, du photovoltaïque ou encore du marketing.

Repas en Pologne et pétanque avant le travail

Pour Monika Oszmaniec, chargée de projet mobilité professionnelle à la Maison de l'Europe, " Nous faisons le bilan de ce stage. Trois d'entre eux sont là mais deux sont restés à Berlin pour continuer quelques semaines ou plus. Nous sommes allés ensemble à Francfort sur l'Oder, ville jumelle de Nîmes, nous avons traversé l'Oder pour aller manger en Pologne, à Slubice. Je suis contente d'avoir pu voir les stagiaires in situ, cela m'a aussi permis de voir les entreprises partenaires autrement qu'en visioconférence ! En plus de, il se passe plein de choses à Berlin ! "

Pendant la visite de Monika avec le partenaire "Education Berlin" (Photo Maison de l'Europe).

Voici quelques mots des stagiaires. Des mots qui pourraient qualifier leur séjour en Allemagne. "Découverte, enrichissement, patriotisme, bénéfique, développement personnel, connaissance de soi, choc culturel..." Vous l'aurez compris, certains veulent repartir illico, d'autres sont restés sur place et quelques uns ont soupé de l'Allemagne et de sa langue abrupte. Avant de parler des stages, les stagiaires ont donc pu profiter, par le biais de quelques visites, de la vie culturelle allemande.

La culture n'est pas oubliée

Ils ont visité l'horloge universelle, la porte de Brandebourg, Checkpoint Charlie, le mur de Berlin, le palais Sanssouci, la tour de la TV berlinoise, le musée juif, l'île aux musées, Pfaueninsel ou encore un camp de concentration pour certaines. À chaque stagiaire son tuteur pour le mettre à l'aise et tous les week-ends étaient prévues des sorties culturelles. Ils ont même joué à la pétanque et appris l'Allemand tous les matins pendant une semaine !

Visite à Franckfort-sur-l'Oder, ville jumelle de Nîmes (Photo Maison de l'Europe).

"Trouver un job, c'est compliqué en ce moment et on m'a proposé ça. Je me suis dis pourquoi pas ? Ce stage m'a permis de travaille sur un tout nouveau projet, Arkadia. J'ai aidé l'entreprise sur du marketing, une étude de marché, la définition de la mission et la vision à court terme du projet. J'ai même travaillé sur le logo ! J'étais basée à 1h30 de Berlin à Potsdam et j'ai fêté mon anniversaire pendant mon stage !" explique Camélia, 24 ans.

Pour Sarah, 23 ans, qui logeait dans la même maison que Camélia, "Ce stage n'était pas mon premier à l'étranger mais j'aime les relations internationales et à Nîmes je ne peux pas faire grand chose. J'ai sauté sur l'occasion car j'étais au Parlement européen de la jeunesse, j'étais chef de projet et j'ai organisé une table ronde digitale avec quatre stagiaires à gérer."

Certains reviennent d'autres partent

À 21 ans et en pleine mutation scolaire, Aymen a fait son stage à Potsdam dans le photovoltaïque. "C'était une super expérience, y compris avec ma famille d'accueil car il y avait d'autres étudiants, personne ne parlait français mais c'était sympa ! Je me suis inscrit en janvier à la MLJ et petit à petit on m'a proposé ce projet. Ça ne pouvait qu'être bien pour mon expérience. J'étais dans un laboratoire d'études dans les énergies solaires. Je testais les panneaux, j'ai essayé d'en améliorer les procédures de test, j'ai fait des comptes-rendus pour les clients... Comme les clients étaient du monde entier c'était très intéressant pour moi !"

Les stagiaires Aymen, Sarah et Camélia et, à droite, Monika (Photo Anthony Maurin).

De son côté et encore à Berlin, Ansfati, 25 ans, a eu elle aussi une belle opportunité. "C'est très demandé ce genre de chose sur le CV ! Ici, je suis dans une structure qui développe mes connaissances et mes compétences. Je travaille sur la mise en page d'un livre, Africa X, et sur un documentaire video. Nous voulons récolter des fonds pour de futurs projets en Afrique. Je travaille chez l'entrepreneur, dans une grande salle, en fait je suis à mon bureau mais aussi à la maison !"

À 24 ans et toujours Berlinois, est lui aussi heureux de vivre cette expérience. "Je veux être photographe professionnel, je voulais partir dans un autre pays afin d'engranger de l'expérience. Je découvre de nouvelles choses dans mes domaines de prédilection, c'est très positif."

Partie de la pétanque avec les partenaires à Francfort (Photo Maison de l'Europe).

Pour eux, l'historie s'arrête mais pour d'autres elle commence. Malgré la crise sanitaire et les mesures de restrictions à cause de la Covid-19 partout en Europe, quatre jeunes de la Mission Locale Lozère à Mende ont pris leur destin en main et sont partis un mois à Brescia, en Italie, pour faire des stages en entreprises. Le programme d’éducation tout au long de la vie Erasmus+ se veut un tremplin pour des parcours professionnel. Selon Monika Oszmaniec, "L’année prochaine nous planifierons deux départs avec la MLJ Lozère et deux autres avec la MLJ Nîmes Métropole et MLJ Petite Camargue."

La Maison de l'Europe, 46-48 rue de la République, 30 900 Nîmes. Tel : 04.66.21.77.50. info@maison-europe-nimes.eu

Camélia dans son lieu de stage (Photo Maison de l'Europe)

Anthony Maurin

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio