Publié il y a 9 ans - Mise à jour le 25.01.2015 - tony-duret - 1 min  - vu 519 fois

NÎMES Une salle municipale porte désormais le nom de Georges Colombani

De gauche à droite, Kamel Benali, actuel président du comité de quartier, Jean-Paul Fournier et Georges Colombani. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Au 345 de la rue Robert Schumann, au cœur du quartier du Clos d’Orville, la salle municipale a été baptisée salle Georges Colombani, du nom de l’ancien conseiller municipal qui a accompagné Jean-Paul Fournier pendant deux mandats. « Cette proposition du maire me touche beaucoup. J’ai vécu dans ce quartier pendant près de 35 ans. C’est une immense fierté », a commenté sobrement Georges Colombani, 70 ans, aujourd’hui retraité.

Avant de dévoiler la plaque où figure le nom de son ancien collaborateur, Jean-Paul Fournier a retracé les grandes étapes de la vie de Colombani. Fils de militaire qui a beaucoup voyagé pendant son enfance au gré des affectations de son père, Georges Colombani passe 26 ans dans la Marine avant de poser ses valises à Nîmes. Sportif, passionné de course à pied, c’est lui qui créé le Macadam Club Nîmois. Jean-Paul Fournier livre une anecdote : « Je me souviendrais toujours de ma première participation aux 20 kilomètres de Nîmes. J’avais parcouru 16 kilomètres, j’étais à bout de souffle, sur le point d’arrêter, et tu m’as accompagné pour parcourir les 4 kilomètres restants. J’avais mis deux heures. C’est pas si mal ! », plaisante le sénateur-maire. Georges Colombani lui adresse une petite tape amicale. La complicité, l’amitié même, entre les deux hommes est toujours intacte. Le maire de Nîmes conclura son discours par les différents combats de son ancien adjoint comme celui de la piste Alain Mimoun, inaugurée il y a un an, et par un hommage touchant pour cet homme « dynamique, d’une grande bonté et dont on retiendra aussi la voix rauque ».

Tony Duret

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio