Actualités
Publié il y a 1 an - Mise à jour le 30.07.2021 - anthony-maurin - 1 min  - vu 263 fois

NÎMES Walid Raad, une expo ombrageuse à voir en lumière

Walid Raad à la Chapelle Jésuite (Photo Anthony Maurin).

C'est à la Chapelle des Jésuites que cette exposition est à voir. Ou plutôt à deviner. Walid Raad vous embarque dans son monde dans le cadre des Rencontres de la photo d'Arles 2021.

Walid Raad est né en 1967 au Liban. Il vit et travaille à New York mais en 1975, au début des guerres, la plupart des monuments publics de Beyrouth ont été démontés à la hâte et stockés dans des caisses non marquées. Les caisses ont été dispersées dans divers sites de stockage sécurisés.

Trente ans plus tard, les caisses sont rassemblées et ouvertes dans l’espoir de remonter les monuments. Cependant, l’absence de protocole de démontage et de remontage a entraîné la composition étrange de nouveaux travaux publics, dont un est exposé ici.

L’installation est une sculpture monumentale réalisée à partir de caisses de transport d’œuvres d’art qui sont assemblées les unes avec les autres. L’assemblage apparaît aléatoire et temporaire. Les caisses de transport évoquent l’idée de déplacement. Dans ses œuvres récentes, Walid Raad a développé l’idée qu’elles ne sont pas figées à jamais dans le temps et l’espace.

Elles sont des objets qui peuvent changer de sens et de formes suivant le contexte culturel et physique où elles apparaissent Il y est aussi question de mémoire individuelle et collective, de la violence qui peut être infligée aux corps, à l’esprit et aux œuvres d’art.

À la Chapelle des Jésuites, Grand Rue à Nîmes. Ouvert du mardi au dimanche inclus de 10h à 18h, entrée libre jusqu'au 3 septembre.

Anthony Maurin

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais