Actualités
Publié il y a 5 mois - Mise à jour le 28.06.2022 - pierre-havez - 2 min  - vu 1434 fois

SAINT-GILLES Accro au crack, elle s’introduit dans une maison pour voler un portefeuille

Photo illustration (Photo Yannick Pons/Objectif Gard) - Yannick Pons

À 7h15 du matin, le 18 mai dernier à Saint-Gilles, Marine entend du bruit dans son salon. Se rendant dans la pièce, elle tombe nez-à-nez avec Sandra, 45 ans, qui est parvenue à entrer dans la maison pour tenter de lui subtiliser son portefeuille.

Mise en fuite par la propriétaire, la SDF est arrêtée par son mari et un voisin jusqu’à l’arrivée des forces de l’ordre. « Je ne savais plus quoi faire, financièrement. Mon ancien propriétaire a vendu tous mes meubles », se justifie la petite quadragénaire, cheveux et t-shirt noir, à la barre du tribunal de Nîmes, ce mardi 28 juin.

Accro au crack

Sous curatelle, la mère de famille de six enfants - qui lui ont été retirés - touche environ 900 euros d’allocation aux adultes handicapés (AAH), mais en dépense une grosse partie en crack. « Pendant 14 ans, je n’avais plus fait parler de moi, mais depuis que je suis sous curatelle, ça se passe mal. D’importantes sommes d’argent ont disparu », assure la toxicomane. « Cette mesure est nécessaire si vous dépensez tout en crack… », oppose le président, Jean-Michel Perez.

« Un foyer doit être apaisant et sécurisant, mais ce n’est plus le cas pour mes clients. Son mari malade est alité, et ses enfants de 7 et 1 ans sont couchés quand elle tombe sur celle-ci en train de fouiller dans son sac à main. Ils sont tous les quatre traumatisés par cette intrusion », insiste le conseil de la famille, Anaïs Coletta. « Vous avez devant vous le bas de l’échelle du trafic de drogue : une consommatrice en manque, qui recherche de l’argent par tous les moyens pour acheter sa drogue, rappelle la procureure Estelle Meyer, qui requiert un an d’emprisonnement contre Sandra. Sa dangerosité est liée à sa toxicomanie. Elle a déjà 12 condamnations à son actif, principalement pour des vols. Mais la Justice a déjà tout essayé avec elle. »

Shootée au Lexomil et au Subutex

Son avocate demande l’indulgence du tribunal. « Au moment des faits, elle était totalement shootée au Lexomil et au Subutex, elle ne tenait tellement pas debout qu’en partant de chez eux, elle a chuté dans l’escalier, et quand je l’ai vue en garde à vue dix minutes après, elle s’était endormie. Elle n’est pas méchante, mais désespérée et en manque d’argent, et pas seulement pour s’acheter sa dose mais aussi pour manger, pointe son avocate Elodie Toniazzo. Alors, elle a choisi de voler plutôt que de se prostituer. Le crack est une drogue particulièrement addictive, mais elle souhaite aujourd’hui sortir de ce cercle vicieux. »

La quadragénaire sans domicile fixe est condamnée à 12 mois d'emprisonnement avec sursis. Sandra devra se désintoxiquer et sera prise en charge par La Croix Rouge de Nîmes et indemniser les victimes.

Pierre Havez

Pierre Havez

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais