Publié il y a 1 an - Mise à jour le 16.06.2022 - marie-meunier - 2 min  - vu 1185 fois

UZÈS Au collège Trintignant, de vives inquiétudes pour les futurs élèves de troisième

Un rassemblement a eu lieu devant le collège Trintignant à Uzès ce mercredi 15 juin, à midi. (DR)

Parents d'élèves et professeurs étaient mobilisés ce mercredi 15 juin, à midi, devant la grille du collège Jean-Louis Trintignant. Ils s’inquiètent particulièrement pour les actuels élèves de quatrième qui rentrent en troisième en septembre prochain. 

Ils étaient nombreux à protester contre la fermeture d’une classe de troisième prévue à la rentrée prochaine. D'après les prévisions, l’établissement pourrait perdre quelques effectifs mais pas assez pour justifier la suppression d’une classe aux yeux des parents d'élèves mobilisés. Les 116 quatrièmes actuels sont répartis en cinq classes de 24 élèves alors qu'à la rentrée, ils passeraient à quatre classes pour 122 ou 108 élèves. Soit des effectifs allant de 26 à 30 élèves par classe, voire plus.

Entre les futurs troisièmes prépa-pro et ceux qui partent en Maison familiale rurale, le nombre devrait logiquement diminuer. Mais les parents d'élèves signalent "qu’il y a les élèves de la classe Ulis et les nouveaux arrivants" qui pourraient rehausser les prévisions.

Philippe Gibert, représentant des parents élu au conseil d'administration du collège Trintignant, rappelle aussi les conditions difficiles qu'ont subi les collégiens récemment : "Les élèves de quatrième ont vécu deux années de covid avec distanciel, absences et heures de cours en moins." Pour lui, "démanteler" les groupes formés en quatrième les pénaliserait une fois de plus et risquerait d'entamer "les bonnes conditions de travail".

En février, une délégation d’enseignants et parents élus a été reçue avec le proviseur, M. Laget, à l’inspection académique du Gard. Sans pour autant obtenir l'assurance du maintien des effectifs. Il est encore difficile pour eux de se faire entendre par la Direction des services de l’Éducation nationale "qui considère que trente élèves par classe reste la norme et n'est nullement un problème", déplore Philippe Gibert.

Tessa Biscarrat

Marie Meunier

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio