Actualités
Publié il y a 2 mois - Mise à jour le 30.09.2022 - marie-meunier - 3 min  - vu 339 fois

VILLENEUVE-LEZ-AVIGNON Après une saison réussie, le conseil municipal accorde une subvention exceptionnelle au Football club

Le conseil municipal de Villeneuve-lez-Avignon s'est tenu en mairie, avec 16 délibérations à l'ordre du jour et trois questions orales. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Ce jeudi soir, les élus de Villeneuve-lez-Avignon faisaient leur conseil municipal de rentrée. Ça démarrait fort avec une séance qui a duré 2h20, ponctuée de nombreuses observations de l'opposition.

On vous passera les débats techniques et haussements de ton sur la modification du PLU (Plan local d'urbanisme) ou encore sur les achats et cessions de parcelles. La délibération n°8, portant sur des créations et suppressions de postes d'agents communaux (fluctuant en fonction des avancements en grade, nominations et départs en retraite, ndlr), a tout de même titillé Morgan Buisson, élu d'opposition de Villeneuve sociale, écologique et solidaire. "Depuis le début de la période estivale, pas moins de six agents ont demandé et obtenu leur mutation, d'autres l'attendent, d'autres encore sont proches du burn-out. Dernièrement, c'est l'ensemble du service communication qui obtient sa mutation", pointe ce dernier. Il fait aussi remarquer que le nombre d'accidents du travail est trois fois supérieur à Villeneuve que la moyenne des villes de même strate. Et d'ajouter : "Vous vous dites la représentante du bien vivre à Villeneuve mais qu'en est-il du bien-être au travail au sein de la municipalité ?"

La maire, Pascale Bories affirme que les agents souhaitant être mutés ont été accompagnés dans leur choix "motivé et sincère". Selon elle, cela s'explique parfois par des temps de trajet domicile-travail trop long, trop chers ou par l'envie de relever de nouveaux défis, de rencontrer de nouvelles personnes. Elle reconnaît les chiffres d'accidentologie et indique : "Nous avons remarqué au lendemain du confinement que des organisations étaient à reprendre. Nous allons mandater une personne qui va s'assurer que tous les processus sont bien réalisés pour sécuriser au plus le personnel." Rien qui convainc les élus minoritaires, la délibération sera adoptée avec trois oppositions et trois abstentions.

Bien que tous les élus y soient favorables, un autre sujet a suscité de la discussion : c'est la subvention exceptionnelle de 5 000€ versée au Football club de Villeneuve-lez-Avignon (FCV). L'association rencontre un beau succès et a vu quatre de ses équipes accéder au niveau supérieur à l'issue de la précédente saison. "Ce qui va entraîner des frais supplémentaires afin d'assurer le déplacement et l'encadrement des équipes", pointe le conseiller municipal délégué aux sports, Jacques Pastourel. C'est pourquoi la Ville souhaite accorder cette enveloppe complémentaire de 5 000€ à la subvention de fonctionnement annuelle qui est de 22 600€. Elle va aussi signer la reconduction de la convention annuelle pour 2023 assortie d'une aide de 10 000€ en plus. Cela va pouvoir soulager le club qui n'a pas pu organiser son tournoi en juin à cause d'un chantier sur les terrains, ce qui représente un manque à gagner de 15 000€, estime Jacques Pastourel.

Bories et Buisson s'échauffent sur la pelouse

En effet, la mairie a lancé des travaux sur les terrains annexes pas encore utilisables. Morgan Buisson décrit une pelouse "qui ne résiste pas aux crampons" et rappelle que "ces travaux représentent un investissement considérable de 313 000€ HT". Quant à Florent Lemont (Union citoyenne de Villeneuve), il se demande si du sponsoring ne serait pas judicieux. "Nous accompagnons le club sur la recherche de sponsoring. Un travail énorme a été fait ces derniers mois pour répondre à cette augmentation de charges. Il est difficile de refuser la montée en ligue des équipes sous prétexte qu'ils n'ont pas les subsides pour y accéder", répond Pascale Bories.

Elle rappelle que chaque association de la commune a des besoins divers selon s'il y a des déplacements, les montants prélevés par les fédérations, et que chacune perçoit des aides adaptées. À l'adresse de Morgan Buisson, la maire réplique ironique : "Peut-être auriez-vous préféré que l'on installe un gazon synthétique ? Peut-être auriez-vous aimé que nous stoppions la germination à cause de la sécheresse et que nous perdions la totalité de la saison ? Peut-être aurions-nous dû cesser d'arroser et il n'y aurait pas de stade de foot ?" Morgan Buisson dément mais suggère qu'un arrosage "aux heures les plus chaudes de la journée" n'était pas judicieux. Ce à quoi Pascale Bories argue : "Vous n'êtes pas technicien et je ne le suis pas non plus. Je fais confiance aux services et à l'entreprise mandatée."

Morgan Buisson en a remis une couche dans sa question orale en fin de conseil. Alors que "cet été était synonyme de l'une des pires sécheresses depuis 500 ans selon un rapport", il déplore la nouvelle cour d'école Thomas-David sans bitume mais "en pneus agglomérés", les arbres "vus comme des éléments de décor" ou encore que la municipalité "ait oeuvré à l'implantation d'un golf en pleine zone agricole et Natura 2000"... Emmanuel Suffet, conseiller municipal en charge du plan climat, a rétorqué qu'un "travail de fond était mené, notamment dans la démarche de territoire engagé vers la transition énergétique, la mise en place de sols plus perméables, de zones de fraîcheur, la rénovation thermique des bâtiments communaux..." On retiendra surtout sa conclusion : "Le climat est l'affaire de tous."

Marie Meunier

Marie Meunier

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais