Publié il y a 10 mois - Mise à jour le 12.09.2023 - Corentin Migoule - 4 min  - vu 564 fois

ALÈS Avec un record, le 37e Cabri d'Or s'annonce comme "un cru assez exceptionnel"

19 ouvrages sont en lice pour remporter le 37e Cabri d'Or le 10 novembre prochain. Un record qui traduit un certain engouement pour le prix littéraire régional "le plus doté de France". 

L'an dernier, les protagonistes du Cabri d'Or avaient malencontreusement enterré le suspense dès la conférence de presse de présentation de la 36e édition en plaçant l'ouvrage de Clara Dupont-Monod très largement au dessus de la pile. Deux mois plus tard, avec son roman S'adapter, celle qui avait déjà raflé le prix Goncourt des lycéens et le prix Fémina remportait logiquement le Cabri d'Or. 

Pour ne pas renouveler pareille expérience, les hommes forts du prix littéraire organisé par l'Académie cévenole en partenariat avec la ville d'Alès et la librairie Sauramps ont été plus hermétiques ce mardi 12 septembre. En fin de matinée, la médiathèque Alphonse-Daudet fraîchement rénovée était en effet le sanctuaire d'une nouvelle conférence de presse visant à promouvoir la 37e édition. 

Laquelle s'est ouverte avec les mots de Christophe Rivenq qui, parce qu'il ne fait "qu'un" avec Max Roustan, a aussi parlé pour lui à la demande de ce dernier. "C'est une volonté politique ancienne, revendiquée et assumée de promouvoir le livre sur ce territoire", a entamé le président de l'Agglo, rendant très vite hommage à l'écrivaine nîmoise Frédérique Hébrard qui s'est éteinte ce week-end à l'âge de 96 ans. Celle qui avait "un attachement tout particulier aux Cévennes" a remporté le Cabri d'Or en 1993, 22 ans avant que sa fille Catherine Velle ne l'égale.

S'il faisait déjà partie du jury présidé par Marion Mazauric, Thierry Martin vit son tout premier Cabri en qualité de président de l'Académie cévenole, après avoir succédé à Alain Bensakoun en juin dernier. "J’étais déjà là pour le premier prix décerné à Pierre Rabhi", s'est souvenu le nouveau président. Il a, comme son compère académicien et conseiller municipal de la ville d'Alès, déjà lu les 19 ouvrages en compétition année.

C'est dix de plus que l'an dernier et c'est "un record". Christophe Rivenq l'explique par la notoriété grandissante du "prix littéraire régional le plus primé de France" (5 000 euros) qui séduit "de plus en plus de grandes maisons d’édition". Alain Bensakoun interprète ce record légèrement autrement : "Je pense que l'an dernier le fait que Clara Dupont-Monod soit candidate en a effrayé certains qui se rattrapent cette année."

Avec une subjectivité certaine mais une prudence nécessaire pour ne pas trop en dire, le dernier nommé s'est adonné à une présentation succinte des 19 livres en compétition, lesquels ont été classés par ses soins en quatre catégories : les romans littéraires (4), les fictions policières (3), les beaux livres illustrés (4) et les très majoritaires romans régionaux (8). Parmi eux, un "monument" qui vient compléter l'Atlas de la biodiversité d'Alès Agglomération, Atlas de la flore patrimoniale du Galeizon.

Avec D'où vient l'amour, Yann Queffélec a été "le premier" à candidater. "Ce n'est pas son meilleur livre", s'est laissé aller un protagoniste de la conférence de presse, lequel ne fait toutefois pas partie du jury final qui se réunira autour du 15 octobre. Les habitués locaux que sont Mireille Pluchard et Christian Laborie n’ont "pas souhaité concourir cette année", ce qui "a donné des idées à d’autres" écrivains du coin tels que le "jeune auteur prometteur" Quentin Ebrard. 

"Tous les auteurs récompensés font de grosses carrières"

"Si j’étais metteur en scène, j’en ferais bien mon prochain téléfilm", a commenté Alain Bensakoun au sujet du livre Le tableau du peintre juif, "une histoire rocambolesque qui vous tient en haleine jusqu’au bout". L'académicien n'est pas resté insensible à la qualité du bouquin La femme paradis"un ouvrage qui va faire date" et dont l'énigme se déroule en Cévennes. Quoi qu'il en soit, aux yeux d'Alain Bensakoun, le 37e Cabri d'Or est "un cru assez exceptionnel" qui a déjà "comblé le jury".

"Beaucoup de livres tournés vers la nature" composent cette édition a fait remarquer Christophe Rivenq. À la question d'une possible classification du prix en un seul et même genre littéraire, Alain Bensakoun a été on ne peut plus clair : "Soit on classifie et on va automatiquement faire perdre de la valeur au Cabri d’Or, soit on considère que de la diversité nait la lumière." 

Les organisateurs ont également été questionnés au sujet de l'impact du prix littéraire sur les ventes. "Ça dépend du timing de la parution de l'ouvrage du lauréat", a-t-on rétorqué. "Tous les auteurs récompensés font de grosses carrières, ce n’est pas anodin", revendique quant à lui Christian Sestini, directeur du pôle Temps libre d'Alès Agglo. Bien que Thierry Martin reconnaisse déjà "des impressions très nettes" sur certains livres, le nom du lauréat 2023 sera connu le 10 novembre prochain. Sans être certifiée, la présence conjointe de Clara Dupont-Monod et Bénédicte Belpois, les deux dernières gagnantes, est vivement espérée.

19 ouvrages en compétition :

  1. À bâton planté, de Brigitte Mathieu-Jaffuel.
  2. La femme paradis, de Pierre Chavagné.
  3. Lignes de crêtes, de Brigitte Agulhon et Hélène Lamarche.
  4. Le chants des maudits, de Georges-Pierre Guigon.
  5. Ainsi va la vie, l'amour, et cetera, de Carole Rodrigo.
  6. Anduze, feux d'artifice, de Bruno Paternot.
  7. D'où vient l'amour, de Yann Queffélec.
  8. Le tableau du peintre juif, de Benoit Séverac.
  9. Atlas de la flore patrimoniale du Galeizon, d'Émeric Sulmont.
  10. Pourvu que mes mains s'en souviennent, de Quentin Ebrard.
  11. Le retour de janvier, de Charlotte Dordor.
  12. Le repaire, d'Andrée Lafon.
  13. Les vautours de la Jonte, d'Yves Gourgeon.
  14. Enquête sur un roman L'épervier de Maheux, de Patrick Cabanel.
  15. Et elles sont parties, de Nicole Auguglioro Bouvier et Nicole Galzin.
  16. Le bâtisseur en pierres sèches, réalisé en collaboration avec le Parc national des Cévennes par les artisans bâtisseurs en pierres sèches.
  17. La fille des hauts plateaux, de Françoise Barry.
  18. Et les gens qui ne sont rien, de Christophe Nicolas.
  19. Avec Paul, de Nadine Eghels. 

Le Cabri d'Or des lycéens dès l'an prochain

L'an dernier à la même époque, alors qu'Alès Agglo était encore en lice pour devenir capitale française de la culture 2024, son président Christophe Rivenq émettait le souhait de dupliquer le Cabri d'Or avec les lycéens du territoire. Il ne sera pas exaucé cette année. "C’est très compliqué, mais tout avance. Il sera mis en place en 2024. Nous avons déjà l’accord des lycées", a annoncé ce mardi le président d'Alès Agglomération.

Corentin Migoule

Culture

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio