Culture
Publié il y a 6 ans - Mise à jour le 09.07.2016 - thierry-allard - 1 min  - vu 122 fois

BAGNOLS En images : l’Electrobotik investit le centre-ville

Un mapping a été projeté sur l'hôtel de ville au dessus de la scène DJ de la place Mallet (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Il faisait encore jour lorsque les trois scènes DJ, places Mallet, Bertin-Boissin et du Posterlon, ont lancé les hostilités.

Dès 18 heures hier soir, le « off » du festival Electrobotik invasion a investi le centre-ville de Bagnols, donnant un avant-goût de ce que Gaylord Da Silva et son équipe ont concocté pour les festivaliers ce soir au parc Rimbaud.

Ainsi, place Bertin-Boissin c’était le camion-bazar, et place du Posterlon la scène Distropunk avec dans les deux cas une ambiance de festival.

Le camion bazar, hier soir sur la place Bertin-Boissin (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

La scène Distropunk, sur la place du Posterlon (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Mais le clou du spectacle de ce « off » se trouvait place Mallet, avec là aussi une scène DJ, agrémentée d’un mapping et du départ d’une déambulation de jouets géants signée de la compagnie Planet Vapeur.

Un mapping a été projeté sur l'hôtel de ville au dessus de la scène DJ de la place Mallet (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Un mapping a été projeté sur l'hôtel de ville au dessus de la scène DJ de la place Mallet (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Les jouets géants ont défilé dans les rues du centre-ville (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Le festival à proprement parler démarrera cet après-midi à 16 heures au parc Rimbaud, et se prolongera jusqu’à demain matin 7 heures. Line up complet et réservations ici.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

Culture

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais