Publié il y a 1 an - Mise à jour le 07.04.2023 - Corentin Migoule - 3 min  - vu 953 fois

ANDUZE Le nouveau "BIT" est beaucoup plus accueillant

BIT

Nicolas de Davydoff, Geneviève Blanc et Christophe Rivenq au sein du BIT.

- Corentin Migoule

Inauguré ce vendredi matin, le nouveau "BIT", bureau d'information touristique d'Anduze, a gagné en ergonomie et en accessibilité. Pour Cévennes tourisme, sa rénovation répond à un objectif majeur : mieux accueillir les futurs visiteurs du territoire.

Alès Agglomération voit double quand il s'agit de promouvoir le lancement de la nouvelle saison touristique. 48 heures après la figue (relire ici), le nouveau "BIT" était mis à l'honneur ce vendredi 7 avril au matin. Les prestataires touristiques de la vallée des Gardons avaient rendez-vous à Anduze, sur le plan de Brie, pour découvrir le fringant bureau d'information touristique de Cévennes tourisme qui a profité du calme de l'hiver pour se refaire une beauté.

BIT
Nicolas de Davydoff, Geneviève Blanc et Christophe Rivenq au sein du BIT. • Corentin Migoule

"En termes d’ergonomie et d’accessibilité, on n’y était pas du tout. Ce n’était pas commode du tout pour le grand public ! On ne pouvait accueillir que deux ou trois personnes à la fois", a exposé Nicolas de Davydoff, directeur de Cévennes tourisme qui a assuré la courte visite du lieu. Un lieu "plus fonctionnel", "plus épuré", doté d'une banque d'accueil réalisée "sur-mesure". La pièce, ornée de vases d'Anduze, "mieux éclairée", abrite également un écran tactile qui permet au visiteur de se balader sur le site de Cévennes tourisme à la recherche de son séjour idéal, ou d'emprunter des brochures posées sur les présentoirs.

BIT
La nouvelle banque d'accueil du BIT permet d'optimiser l'accueil des touristes. • Corentin Migoule

La SPL Alès-Cévennes a intégralement financé les travaux (23 000 € HT) achevés il y a peu. Et si les locaux sont désormais "plus adaptés à l’exercice d’accueil" primordial en matière de tourisme, leur inauguration était surtout un prétexte pour lancer officiellement la saison touristique sur le territoire à la veille d'un week-end pascal. Ainsi, depuis la salle voûtée où ont eu lieu les discours, Geneviève Blanc a rappelé "la place importante qu’a le tourisme dans nos vallées""Ce n’est pas seulement de l’économie !", a martelé la maire d'Anduze, qui refuse de résumer le tourisme à "un rapport marchand"

"C’est un mouvement qui nous pousse hors de chez nous. Le tourisme, c’est voir, admirer les paysages, les ressentir", s'est exaltée l'édile anduzienne. En présence de la conseillère départementale du canton, Léa Boyer, et des maires de Tornac et Générargues notamment, l'élue écologiste a aussi fait part de son "inquiétude" relative à la "fragilité" de nos paysages. "C’est à nous d’en prendre soin. De ne pas se comporter comme de simples consommateurs pour qu’ils durent. Je partage par ailleurs mes inquiétudes par rapport à l’eau et sa probable rareté cet été. L’usage concerté et le partage de l’eau sont primordiaux afin de ne pas créer de tension entre le touriste et l’habitant", a-t-elle complété.

BIT
Les discours relatifs au lancement de la nouvelle saison touristique ont eu lieu dans la salle voûtée. • Corentin Migoule

Sa vision d'un tourisme "durable" faisait écho chez Christophe Rivenq, patron d'une agglomération d'Alès qui s'évertue à ne pas sombrer dans le "tourisme de masse". Études à l'appui, le dernier nommé constate une "évolution importante des pratiques touristiques", notamment matérialisée par "l'augmentation considérable des fréquentations sur les ailes de saison". De sorte que le tourisme "qualitatif", "populaire" et "non-élitiste" que le territoire entend pratiquer ne se limite plus aux seuls mois d'été.

Ravi du caractère fonctionnel du nouveau BIT, lequel a accueilli 18 000 visiteurs l'an dernier - autant que l'office de tourisme d'Alès -, le président d'une intercommunalité qui a fait du tourisme l'un de ses axes majeurs se réjouit d'habiter sur "l’un des territoires les plus divers d’un point de vue géologique". Et d'enfoncer : "On n’est jamais le même quand on repart des Cévennes. Et si beaucoup font le choix de venir vivre en Cévennes, ce choix est souvent déclenché par un séjour passé chez nous." Commerçants, opérateurs touristiques et hébergeurs présents dans l’assistance tâcheront de se montrer à la hauteur de l'enjeu.

Corentin Migoule

Economie

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio