Economie
Publié il y a 8 ans - Mise à jour le 02.11.2014 - coralie-mollaret - 2 min  - vu 67 fois

ÉCONOMIE Les Languedociens se remettent à consommer quitte à s'endetter

Photo d'illustration. Droits réservés.

Photo Droits réservés.

Au 2ème trimestre 2014, les ménages languedociens se sont remis à consommer, consolidant la reprise économique dans le secteur tertiaire. 

L’INSEE, institut national de la statistique, a livré les résultats de son enquête sur la conjoncture économique du Languedoc-Roussillon pour le 2ème trimestre 2014. Bonne nouvelle selon les experts : notre région connait un rebond d'activité avec 1 900 emplois créés dont 1 700 ciblés dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration, après un premier trimestre qui n'a pas confirmé le sursaut de la fin 2013.

Si la longue période estivale (d’avril à septembre, NDLR), n’est pas étrangère à cette reprise, le regain de la consommation des ménages languedociens consolide ces résultats. En cause : les taux d’intérêts des épargnes qui ne rapportent plus, comme celui du livret A ou du livret de développement durable qui ont vu leurs rémunérations tomber à 1% au cours de l'été. Au cours de ce 2ème trimestre, l'’achat de véhicules des particuliers a aussi progressé de 4,3% par rapport à 2013.

Les ménages creusent leur découvert 

Le recours à l’épargne n’est pas le seul moyen pour les ménages de consommer. Toujours selon l’INSEE, les encours sur les comptes débiteurs des Languedociens ont augmenté de 26 % par rapport au 2ème trimestre 2013. Un taux nettement supérieur à la moyenne nationale de 3,5 %.

L’utilisation de ces bas de laine empêche les investissements dans le bâtiment. On voit bien que les crédits à l'habitat progressent peu“, avance Roger Rabier, chargé de mission auprès de l’INSEE. Le BTP reste le grand perdant de la reprise : les ouvertures de chantiers chutent de 37,3% par rapport au 2ème trimestre 2013. “Le niveau de construction de logements par en s’établissait l'année dernière à 15 300 logements contre 27 000 au plus fort de 2007 “, s’alarme Jacques Baghi de la celle économique du BTP, tout en précisant que "trois quarts de l’activité du BTP se concentre sur la rénovation et la construction de logements privés".

Coralie Mollaret

Coralie Mollaret

Economie

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais