Economie
Publié il y a 3 ans - Mise à jour le 07.03.2019 - abdel-samari - 2 min  - vu 797 fois

SAINT-GILLES Carole Delga et Denis Bouad se mobilisent pour éviter la fermeture imminente de Deulep

Photo Norman Jardin / ObjectifGard

Alors que la distillerie de Saint-Gilles Deulep doit définitivement fermer en mars, laissant 33 salariés sur le carreau, Denis Bouad, le président du Gard, et la présidente de la région Occitanie, Carole Delga, prennent la parole. 

A Saint-Gilles, l'ambiance est morose à l'entreprise Deulep. Cette distillerie centenaire, rachetée par le groupe Cristal Union en 2005, et qui fabrique du bio-éthanol, a décidé de délocaliser ses activités dans le nord de la France. Malgré les propositions de reclassement du personnel sur d'autres sites de production du groupe, à plusieurs centaines de kilomètres du Gard, une trentaine de salariés sont aujourd’hui dans l'attente de leur courrier de licenciement.

Denis Bouad, qui se mobilise pour défendre l'emploi dans le département, tente de peser auprès de la direction de l'entreprise. Pour cela, il relaie régulièrement "les revendications des salariés qui proposent des orientations alternatives et je demande que l’ensemble des scénarios envisageables soient sérieusement étudiés par le groupe qui gère l'entreprise Deulep."

Pour le président du Gard, cette fermeture est un échec. D'autant que "toute l'année, c'est l'ensemble du Conseil départemental qui est engagé pour défendre l'emploi, à l'image du « Pacte pour les entreprises en faveur de l’emploi local » que j'ai lancé. A la fonction qui est la mienne, le maintien et le développement de l’emploi local constituent une préoccupation de tous les instants."

Autre forte mobilisation, celle de Carole Delga. Comme le rapporte Métropolitain, la présidente de la région Occitanie, a écrit à Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, pour lui faire part de son inquiétude concernant la situation de la distillerie. « Je veux exprimer aux salariés notre entière mobilisation à leurs côtés et leur affirmer que la Région Occitanie mettra tout en œuvre, à travers la mobilisation de ses dispositifs, pour préserver ces 33 emplois et leur activité industrielle », souligne la présidente auprès de nos confrères de Montpellier. C’est pourquoi elle demande à Bruno Le Maire « d’intervenir auprès du Groupe Cristal Union afin de stopper le calendrier prévu de démantèlement du site tant que l’ensemble des scénarios alternatifs n’auront pu être sérieusement étudiés ; les opportunités de croissance sont réelles », conclut-elle.

Abdel Samari

Economie

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais