Faits Divers
Publié il y a 2 mois - Mise à jour le 02.10.2022 - boris-de-la-cruz - 1 min  - vu 5065 fois

AU PALAIS Vol de 1 000 litres d'essence dans une entreprise, son ADN était sur le bouchon

(Photo d'illustration/ObjectifGard)

Photo d'illustration Anthony Maurin

Un homme, suspecté de vol de carburant dans une entreprise, a fait appel de sa condamnation du tribunal correctionnel de Nîmes à 5 mois de prison.

Problème, ce jeudi 29 septembre, il n'était pas présent à l'audience de la cour d'appel ! Lui et un complice - dont il ne veut pas dévoiler le nom par peur des représailles - ont découpé le grillage pour accéder au parking où étaient garés les camions. Le prévenu a été interpellé après l'enquête des gendarmes. Celle-ci a été drôlement facilitée puisqu'il avait laissé son ADN sur un bouchon d'essence.

Ce soir-là, le 26 février 2020 à Laudun-l'Ardoise, il est venu avec un complice faire une razzia sur le carburant. Près de 1 000 litres de gazole auraient été dérobés dans les réservoirs de cinq camions de l'entreprise. Le mis en cause a longtemps réfuté l'infraction, prétendant qu'il était à Paris le jour des faits. Mais l'enquête de la gendarmerie a bien prouvé qu'il était près de l'entrepôt, puisque son téléphone a borné à proximité. Devant cet élément capital, il a fini par reconnaître sa participation en indiquant qu'il avait volé pour 80 euros d'essence. Bien loin des 1 000 litres évoqués par le patron.

L'avocat général, Dominique Sié, a réclamé une aggravation de la peine à 8 mois de prison, à cause notamment du casier judiciaire du prévenu et de son absence devant la cour d'appel. La juridiction doit rendre sa décision dans quelques semaines...

B.DLC

Boris De la Cruz

Faits Divers

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais