Publié il y a 1 mois - Mise à jour le 26.02.2024 - Abdel Samari - 2 min  - vu 1851 fois

ÉDITORIAL Meurtre au Chemin-bas : le nouveau drame qui cache les résultats contre le trafic de drogue

pissevin police trafic drogue
Photo Romain Cura

35 000 personnes ont été interpellées sur le territoire français en 2023, dans le cadre de la lutte contre les trafics de drogue. Et ce sont 1 000 points de deal supprimés sur les 4 000 recensés par Gérald Darmanin...

Mardi dernier, à nouveau le choc avec le meurtre d'un homme d'une quarantaine d'années au Chemin-bas d'Avignon. Nîmes de nouveau sous le feu des projecteurs pour des mauvaises raisons. Non pas que les assassinats comme celui de Fayed à la fin de l'été dernier ne doivent pas être relayés. Mais il est facile de comprendre d'un côté la colère du maire de Nîmes, saturé par la mauvaise image de sa ville. Et de l'autre, l'exaspération des habitants de ces quartiers populaires systématiquement stigmatisés pour ces faits malheureux. Bien sûr, et c'est évident, dans ces territoires de la République, il se passe aussi tout autre chose. Des bénévoles qui se battent au quotidien avec des miettes, des personnels de l'Éducation nationale mobilisés malgré les circonstances. Et une large majorité de jeunes qui transcendent les difficultés. Des commerçants inquiets mais qui résistent pour offrir un semblant de vie normale à ceux qui n'ont rien demandé. Reste l'épineuse question de ce trafic de drogue qui pourrit la vie des gens depuis trop longtemps. Est-ce que la situation a évolué sur le front de la lutte ? Même si cela n'est pas suffisamment visible encore pour les premiers concernés, la réponse est oui. Les services décentralisés de l'État sont au rendez-vous depuis des mois et des mois. Et les résultats sont là. Il suffit de voir comment les suspects de cet odieux meurtre ont été en moins de 24 heures arrêtés. Et déjà derrière les barreaux après l'officialisation de la mise en examen. Le ministre de l'Intérieur rappelait aussi en ce début d'année 2024 que plus de 35 000 personnes ont été interpellées sur le territoire français en 2023, dans le cadre de ces trafics. Et ce sont 1 000 points de deal supprimés sur les 4 000 recensés par Gérald Darmanin. Du mieux. Il est alors difficile de reprocher l'inaction ou les coups de communication de l'exécutif en la matière. C'est d'ailleurs probablement aussi en raison des démantèlements réguliers que la guerre des espaces pour le marché de deals, moins nombreux, provoquent cette intensification de la violence... Le chemin est encore long certes. Mais l'espoir, paradoxalement, renaît un peu...

Abdel Samari

Faits Divers

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio