Publié il y a 1 an - Mise à jour le 02.03.2023 - Tony Duret - 1 min  - vu 8048 fois

NÎMES Sous bracelet électronique, « le caïd du quartier » frappe son voisin

Dans la soirée du mardi 21 février, les policiers nîmois sont appelés pour intervenir dans un immeuble de la rue Flamande où deux voisins se sont battus.

L’origine de la bagarre reste floue, elle serait a priori partie d’une dispute entre deux mères de famille. Les fistons vont prendre la relève et s’insulter copieusement pendant plusieurs minutes d’un étage à l’autre depuis le balcon. La victime, qui vit au premier étage, finit par descendre au rez-de-chaussée pour s’expliquer. Mauvaise idée. Il se retrouve face à Lucas et un autre homme qui prendra la fuite et qui ne sera pas retrouvé. Les coups pleuvent et la victime reçoit un coup de couteau au niveau de la cuisse.

Si Lucas reconnait les faits, il nie en revanche être l’auteur du coup de couteau. Il aurait seulement donné un coup de poing, ce qui lui vaut d’ailleurs une fracture du doigt et deux jours d’ITT. Pourtant, au moins deux témoins de la bagarre assurent qu’il se serait vanté d’avoir mis « un coup de lame ». L’avocat de la victime, maître Alexandre Berteigne, enfonce : « Ce monsieur est le caïd du quartier, il a toujours fait régner la terreur. C’est un danger permanent pour tout le quartier, c’est l’enfer pour tout le monde. »

Les éléments de personnalité dévoilés par le juge n’arrangent pas son cas : Lucas a 8 condamnations sur son casier, il est en récidive, et portait un bracelet électronique au moment de la bagarre. Son avocat, maître Victoria Morgante, tentera bien de semer le doute dans l’esprit du tribunal en sous-entendant que la deuxième personne - celle qui a pris la fuite - avait peut-être le couteau (qui n’a jamais été retrouvé). L’argument n’a pas emporté le tribunal qui condamne le prévenu à deux ans de prison avec maintien en détention.

Tony Duret

Faits Divers

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio