Publié il y a 27 jours - Mise à jour le 25.05.2024 - Louis Valat - 3 min  - vu 336 fois

BARJAC Rénovation énergétique et esthétique à l’école publique

Pour l'inauguration de la rénovation de leur école, les élèves ont chanté dans la cour.

- Photo Louis Valat

Elle pourrait se confondre à un Mas. Après trois ans de travaux, ralentis par la faillite de certaines entreprises, et un investissement total de 1 700 000 euros, Barjac inaugure enfin la rénovation de son école publique et de la salle d’évolution "Anne Sylvestre".

"Nous nous devions d'avoir une belle réalisation sur Barjac parce que nous sommes dans un village de caractère, avec de la pierre et du bois. Nous devons donner l'exemple d'un travail bien fait, bien intégré dans un cadre ancien et en même temps modernisé." La rénovation énergétique de l'école publique et de la salle d'évolution de Barjac a été inaugurée hier soir, vendredi 24 mai, par le maire Édouard Chaulet.

La cérémonie s'est déroulée à la sortie des classes à 17h30, en présence de certains élus, mais aussi de nombreux élèves et de leurs parents. Dans le cadre de sa politique d'investissement dans la jeunesse, la municipalité fait de l'école publique un lieu d'accueil pour les écoliers provenant de Barjac, de Bessas et de Saint-Privat-de-Champclos, entre autres. "Tous ces efforts, cet argent public, n'ont de sens que pour les enfants. C'est, à mon avis, l'investissement le meilleur pour l'avenir du pays, et la promesse d'un bonheur particulier, explique Édouard Chaulet. Ce beau lieu a été envisagé avec ambition afin qu'il garde ces enfants dans la vie, avec une certaine hauteur de vue et d'exigence, comme s'ils étaient tous issus des beaux quartiers. Rien n'est trop beau pour ce lieu capable de réduire les inégalités."

Plus d'un million d'euros investis et du retard dans les travaux

Les travaux prévus par le maire ont été émaillés de péripéties, avec de multiples retards consécutifs à la faillite de trois entreprises, notamment celles en charge des chantiers majeurs et de la supervision. Ces imprévus se sont révélés être des facteurs aggravants, sachant que le prolongement des travaux n'a pas été accompagné d'une réévaluation des subventions, fixées il y a quatre ans à 1 700 000 euros , alors que les coûts ont nettement augmenté depuis. Le maire Édouard Chaulet a également ajouté que ce retard cumulé a également eu des répercussions sur d'autres projets, bloquant ces derniers et retardant ainsi la réalisation du rond-point et du centre technique municipal.

La salle d'évolution "Anne Sylvestre" permettra d'accueillir, de manière polyvalente, des manifestations socio culturelles, des animations associatives, des activités périscolaires, des expositions et autres réunions communales. • Photo Louis Valat

Un chantier en plusieurs phases

"Il y a de l'art, dans cet ouvrage", se réjouit le maire. La rénovation de l'école publique s'est déroulée en plusieurs phases, débutant par une modernisation intégrale des installations. La cour, les sanitaires, le préau, ainsi que la salle d'évolution nommée "Anne Sylvestre", ont été métamorphosés, bénéficiant d'un financement conjoint où les institutions ont apporté 21 % du financement total : l'État avec une contribution de 150 000 euros, le Département avec 144 000 euros, et la Région Occitanie avec une subvention de 20 000 euros.

Les volets et les fenêtres ont tous été remplacés dans un souci d'amélioration énergétique. • Photo Louis Valat

Dans une seconde phase, l'établissement a bénéficié d'une rénovation thermique intégrale, conforme à la vision de l'édile, grâce à un soutien financier représentant 78 % des fonds provenant des mêmes institutions mentionnées précédemment. Du remplacement des portes et volets à l'installation de fenêtres à double vitrage, en passant par l'isolation extérieure de l'ensemble du bâtiment. L'intérieur du restaurant scolaire a été repensé avec finesse, préservant ainsi les pierres apparentes, tout en optimisant l'efficacité énergétique.

Photo Louis Valat

L'installation de pompes à chaleur et de panneaux solaires a complété cette "métamorphose verte", tandis que les combles ont été minutieusement isolés pour limiter les pertes thermiques. Ce chantier, mené à bien en un an, a été supervisé par l'architecte Michel Mercier, déjà connu pour ses réalisations antérieures "sur la cuisine centrale et le restaurant scolaire", comme expliqué par Édouard Chaulet.

Le préau offre une vue sublime grâce à ses baies vitrées. Sa structure en bois et en pierre l'incorpore parfaitement dans l'esprit barjacois.  • Photo Louis Valat

Enfin, l'avenue Raoul Heyraud, où est situé l'établissement scolaire, a également été aménagée afin de disposer d'une nouvelle entrée sécurisée et d'un large trottoir. 

La structure de l'établissement peut facilement être confondue avec celle d'un Mas ou d'une grande maison. Sublime. • Photo Louis Valat

Louis Valat

Alès-Cévennes

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio