Publié il y a 1 mois - Mise à jour le 20.04.2024 - Thierry Allard - 4 min  - vu 698 fois

FAIT DU SOIR Montfaucon ramène sa fraise !

Rémi Langlois prend la pose avec le jeune Oscar au coeur de son cercle de fraises

- Photo : Thierry Allard

La première édition de la Fête de la fraise de Montfaucon se tient ce week-end autour de la salle des fêtes du village rhodanien situé à l’extrême-Est du Gard. À cette occasion, un marché dédié, des animations et même la création d’une Confrérie de la fraise de Montfaucon du Gard étaient organisés ce samedi.

Non, il n’y a pas que de la vigne dans le Gard rhodanien : à Montfaucon, depuis une cinquantaine d’années les terres alluviales, qui étaient jusqu’à il n’y a pas si longtemps noyées sous les eaux du Rhône, accueillent une importante production de fraises. Avec cinq producteurs pour un village d’un peu moins de 1 500 habitants, la fraise fait donc partie du décor, et même de l’identité du village, dans l'ombre de la voisine d'outre-Rhône, la fameuse fraise de Carpentras.

Alors le maire de Montfaucon Olivier Robelet a eu l’idée de monter cette fête pour « valoriser le village à travers un produit d’exception. » De fait, sur place, malgré le fort mistral qui a la désagréable manie de s’inviter sur de trop nombreux événements festifs, on sent un prometteur parfum de fraise. La source est facile à identifier : le petit marché qui regroupe les cinq producteurs de la commune. On commence par les Trois frères, dont on aperçoit les serres depuis le lieu de la fête. Ici, Gauthier, Baptiste et Louis Imbert, qui perpétuent l’entreprise familiale, cultivent trois variétés de fraises : la cléry, la dream et la garriguette.

La dream est plébiscitée • Photo : Thierry Allard

Laquelle est la meilleure ? « Elles sont toutes les trois bonnes », sourit le grand père des trois frères, Simon Imbert. Gauthier Imbert est plus catégorique : « la dream, elle est plus sucrée, même si elle produit moins que la cléry. » Leur production, les Imbert la vendent notamment à leur cabanon situé à Estézargues, au bord de la N100.

Gauthier Imbert, aux côtés de son grand père Simon, producteurs de fraises de Montfaucon depuis plusieurs générations • Photo : Thierry Allard

Tout à côté, Vincent Oculy produit quant à lui de la cléry et de la ciflorette, « depuis 23 ans », précise-t-il. Son secret ? « Elles sont cultivées en pleine terre, pas sur la Lune ni dans les arbres, c’est ça qui fait la différence ! », rigole le fraisiculteur. « Et on ne les traite pas, et on ne chauffe pas les serres non plus », rajoute Mostafa El Paroudi, qui travaille sur l’exploitation depuis quinze ans.

La fraise peut aussi se faire oeuvre d’art comestible. Ainsi, Rémi Langlois, primeur qui réalise des sculptures à base de fruits et légumes, notamment à l’Élysée, excusez du peu, était à Montfaucon samedi pour y confectionner un grand cercle et des bouquets de fraises. En ce milieu d’après-midi, ce fier représentant de la Confrérie des gastronomes de Rungis avait, en plus du cercle réalisé avec 35 kilos de fraises de Montfaucon, confectionné « une trentaine de bouquets de 750 grammes chacun », compte-t-il.

Rémi Langlois prend la pose avec le jeune Oscar au coeur de son cercle de fraises • Photo : Thierry Allard

Un moyen pour Rémi Langlois de prêcher la bonne parole, celle qui dit que « manger des fruits et légumes est bon pour la santé, et c’est un plaisir », mais aussi de mettre en valeur « le terroir et les savoir-faire », lui qui se voit comme « un sélectionneur de saveurs, un passeur de l’histoire des producteurs. »

La Fête de la fraise de Montfaucon se tient ce week-end • Photo : Thierry Allard

« Le diamant rouge »

Un autre moyen de prêcher la bonne parole et de faire la promotion du savoir-faire des fraisiculteurs de Montfaucon est de créer une confrérie, à l’image des confréries bachiques ou de celle de l’oignon doux des Cévennes. C’est désormais chose faite : devant onze confréries, de la Compagnie de la Côte du Rhône gardoise à la Confrérie de l’oignon de Roscoff, en passant par les Jaugeurs de Lirac, les Chevaliers de l’olivier du Languedoc-Roussillon ou encore des Mange-tripes d’Alès, la Confrérie de la fraise de Montfaucon du Gard a été officiellement créée.

La Confrérie de la fraise de Montfaucon du Gard a été officiellement créée ce samedi en présence d'onze compagnies et confréries • Photo : Thierry Allard

L’idée est de « s’engager à faire connaître et à développer cette tradition », mais aussi à « être des ambassadeurs de notre commune, de son terroir, de ses producteurs de fraises et de sa population attachée à sa culture et à ses producteurs locaux qui font sa fierté », lancera le maire Olivier Robelet, qui a par la même occasion déposé la marque Fraise de Montfaucon du Gard. La confrérie, parrainée par le directeur général de Légumes de France Sylvestre Bertucelli — la fraise étant considérée en botanique comme un légume, sachez-le —, a nommé comme grand commandeur Georges Daniel, premier adjoint au maire de Saint-Victor-la-Coste mais surtout élu au sein de l’interprofession des fruits et légumes frais, Interfel.

Georges Daniel qui rappellera qu’« aujourd’hui il y a plus de 600 variétés de fraises et 60 000 tonnes produites en France, et au milieu, un village d’irréductibles gaulois, Montfaucon, où les fraisiculteurs mettent en avant leur savoir-faire, leur amour pour ce merveilleux produit plaisir, le diamant rouge. »

Les membres de la Confrérie de la fraise de Montfaucon du Gard • Photo : Thierry Allard

Parmi les 11 confrères et consoeurs intronisés ce samedi, on compte deux parlementaires, le sénateur Laurent Burgoa et la députée de la 3e circonscription Pascale Bordes, aux côtés du maire Olivier Robelet, de sa première adjointe Lisiane Souret-Bordary ou encore du vigneron Rodolphe De Pins. En tenue verte et rouge, tous ont prêté serment « de promouvoir et faire apprécier », de « faire déguster et de déguster (eux-mêmes) sans modération mais avec délectation » la fraise de Montfaucon. Et le serment s’achève ainsi : « Que le diable m’emporte si je manque un jour à mon serment. » Amen !

La Fête de la fraise de Montfaucon se poursuit ce dimanche. Programme complet ici.

Thierry Allard

Bagnols-Uzès

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio