Bagnols-Uzès
Publié il y a 6 mois - Mise à jour le 08.05.2022 - thierry-allard - 2 min  - vu 431 fois

GARD L’Association pour le droit à mourir dans la dignité veut mettre la fin de vie au coeur du débat

Catherine Daquin, déléguée de l'ADMD pour le Gard (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

L’Association pour le droit à mourir dans la dignité (ADMD) organise sa 16e semaine de mobilisation au 14 au 22 mai partout en France. Dans le Gard, deux événements sont organisés, à La Grand’Combe et à Villeneuve, pour évoquer le sujet épineux de la fin de vie. 

L’association se bat depuis quarante ans pour faire évoluer la loi sur la fin de vie dans notre pays. « La France a un énorme retard, et le sujet est sans cesse repoussé aux calendes grecques », tonne Catherine Daquin, déléguée pour le Gard de l’ADMD. Et ce alors que nombre de nos voisins, Suisse et Belgique en tête, ont des lois en la matière. 

L’association réclame ni plus ni moins que la transposition de la loi belge. En quelques mots : « Nous souhaitons avoir droit au suicide assisté, à l’euthanasie et à un développement majeur des soins palliatifs », résume Catherine Daquin, pour les malades qui souffrent en permanence sans possibilité de guérison. Car « il y a en France, dans le pays des Droits de l’Homme, des êtres en train de trépasser sur leur lit de mort qui ne demandent qu’à être aidés », souffle-t-elle. 

Deux conférences à La Grand'Combe et Villeneuve

L’association milite également pour faire connaître les directives anticipées, « dont personne ne parle », regrette la déléguée de l’association. Ces directives, qui peuvent être remplies par tout un chacun, sont censées protéger contre l’acharnement thérapeutique. Or, « les lois ne sont absolument pas respectées, la situation est dramatique », affirme-t-elle, pointant des cas de non respect de ces directives et donc de la sédation profonde et continue. 

L’ADMD est également mobilisée pour le développement des soins palliatifs. « 26 départements français sont sans soins palliatifs, et il n’y a pas eu un euro investi depuis 2018 », affirme la militante. 

Alors pour évoquer ces sujets et les remettre dans le débat, l’ADMD organise deux conférences/débats, le 17 mai à 18 heures à La Grand’Combe salle Marcel-Pagnol et le 20 mai à 18h30 salle Fernand-Martin à Villeneuve. L’idée est « d’informer les gens et débattre avec les questions soulevées par le public », présente Catherine Daquin. Cette sensibilisation du grand public s’accompagne d’une volonté de mettre le sujet au coeur du débat, en pleine séquence électorale. 

« On parle de plus en plus de la fin de vie, on n’en a jamais autant parlé que pendant la présidentielle », note-t-elle, en espérant que la loi défendue de longue date par l’ADMD soit prise sous ce mandat. Pas sûr, contrairement à un fait intangible, rappelé par Catherine Daquin : « On va tous mourir. » 

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Les deux rencontres verront intervenir le docteur Jean Daquin, délégué national chargé de la commission soignants de l’ADMD. Entrée libre. 

Thierry Allard

Bagnols-Uzès

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais