Publié il y a 2 ans - Mise à jour le 03.05.2022 - coralie-mollaret - 2 min  - vu 7104 fois

EXPRESSO Ce que cache la réconciliation entre le Pont du Gard et la mairie de Vers...

Le Pont du Gard (Photo : Coralie Mollaret)

Depuis deux ans, le maire de Vers bloque la réforme des statuts du site du Pont du Gard. Un accord a été trouvé grâce à l'intervention du Conseil régional et son imparable argument pour convaincre le maire Olivier Sauzet.  

Fin de semaine dernière, un Conseil d’administration extraordinaire s'est déroulé au Pont-du-Gard. Son but ? Relancer la réforme des statuts de l'EPCC (Établissement public de coopération culturelle), vieux de vingt ans. Sur le plateau de Bonsoir le Gard le 13 avril, le directeur Sébastien Arnaux a répété en quoi il était important de valider ce nouveau règlement : « il faut moderniser nos statuts trop anciens. C'est une nécessité pour la sauvegarde du label Unesco ».

Seulement depuis deux ans, le conseil municipal de Vers s'est refusé à cette réforme. Le maire Olivier Sauzet réclamait une compensation financière au site, estimant que le Pont du Gard lui coûte plus que ce qu’il ne lui rapporte (éclairage de l'avenue, gel de terrains dédiés au site...). La mésentente a atteint son paroxysme avec la hausse de 200% de la facture d’eau facturée par la mairie au Pont-du-Gard.

Une réunion de conciliation a été organisée le 25 mars entre les parties. Autour de la table : la Région qui a un grand intérêt à ce que les nouveaux statuts entrent en vigueur. Le nouveau règlement affiche une baisse de la participation du conseil régional au budget de l’EPCC de 200 000€. « En échange, la collectivité nous aidera sur l’investissement », commente l’une de nos sources. D'ici 2025, l'EPCC a prévu environ 10 millions d’euros de travaux en vue du 40 ème anniversaire de son classement à l’Unesco.

La pression du Conseil régional

Lors de la réunion, la Région avait un argument imparable pour convaincre Olivier Sauzet : la subvention  attribuée en 2017 pour la rénovation de la commune de Vers. « Le maire a eu du retard dans ses travaux, il a donc perdu la subvention. Une nouvelle demande a été faite. Seulement s’il la veut, il faut qu’il coopère avec nous. La coopération avec la Région ne se fait pas à la carte ». Olivier Sauzet peut se consoler : le site du Pont du Gard continuera à payer la hausse du tarif de l’eau, estimée à 20 000€ par an.

Suite au Conseil d'administration de ce vendredi, les nouveaux statuts seront soumis aux conseillers municipaux de Vers lors du prochain conseil municipal. 

Coralie Mollaret 

coralie.mollaret@objectifgard.com 

Coralie Mollaret

Gard

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio