Publié il y a 1 an - Mise à jour le 10.03.2023 - Anthony Maurin - 5 min  - vu 1374 fois

FAIT DU SOIR Feria de Pentecôte à Nîmes : émotion et succès garantis

Les arènes bien garnies lors de la corrida matinale du lundi de Pentecôte. Une corrida équestre qui fait recette (Photo Archives Anthony Maurin).

La prochaine feria de Pentecôte à Nîmes se tiendra dans les arènes du 25 au 29 mai prochains.

La présentation des cartels de la feria de Pentecôte à Nîmes est toujours un moment attendu dans la vie de la cité. À l’heure où la tauromachie est chahutée, il est bon de serrer les rangs et d’avancer à la manière d’une tortue romaine, lentement mais sûrement !

On dit souvent que les toros vivent sur une planète qui ne saurait être entachée par la politique. Cependant, sans l’appui des représentants de la démocratie, peu de chances de faire entendre sa voix. Une voix l’annonce, celle de Marie Sara, Nîmes sera une plaza d’importance cette année encore.

Le maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier (Photo Anthony Maurin).

Simon Casas absent - car il a raté son vol - c’est donc sa collaboratrice qui a annoncé les cartels. « Des cartels riches et beaux, une très belle feria avec des élevages de renom », confirme le maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier. « Pour la première fois en 40 ans, Simon Casas n’est pas là… Je serai moins lyrique et plus simple. En tout cas, c’est une très très grande feria qui commencera le 25 par une course camarguaise. »

Marie Sara au micro (Photo Anthony Maurin).

Une royale de Saumade avec ses trois taureaux importants, Cobalt, Vicaire et, en guise de clin d’œil à l’aficion, Castella. Si on ne connaît pas encore les hommes en blanc qui leur feront face, gageons qu’il y aura les meilleurs ! « Sur les 17 postes que nous proposons, il y a huit Français soit presque 50 % des toreros. »

Le 26, c’est une corrida d’El Parralejo qui sera organisée en ouverture du cycle de tauromachie espagnole de cette feria de Pentecôte 2023. Domecq via Jandilla, cet élevage sélectionne bien et ses résultats passés le prouvent aisément. Face à eux, un Daniel Luque qui a réalisé une temporada 2022 exceptionnelle selon ses dires. Il confirmera l’alternative de Angel Telles et de Francisco de Manuel, tous deux déjà venus à Nîmes, de novilleros, en 2018 et en 2019. Comme toujours quand un maestro fait sa présentation à Nîmes, il confirme son doctorat. L’année dernière, Angel Telles a toréé 22 corridas et coupé 24 oreilles et 1 queue. De son côté, Franscico de Manuel affiche au compteur huit corridas et 12 oreilles coupées. Pour faire écho à ces bonnes données chiffrées, voici le bilan des courses 2022 pour Daniel Luque… 44 corridas toréées, 92 oreilles et huit queues coupées. Rappelons que Luque a une histoire spéciale avec Nîmes car il y a pris son alternative en 2007.

Ce même jour, enfin à 22h, concours de recortadores aux arènes avec des recortadores, des écarteurs landais et des forcados pour assurer le spectacle.

Castella a souvent triomphé à Nîmes (Photo Archives Anthony Maurin).

Le samedi 27 à 18h, corrida de Victoriano del Rio pour une grande première. Cet élevage enchaîne les succès avec des toros de garantie. Cependant, la grande première réside au cœur du cartel des piétons. Sébastien Castella, Juan Leal et Andrés Roca Rey n’ont jamais toréé ensemble !

Pour son retour après trois années de retraite, le Biterrois Castella ne sera pas ménagé même s’il intègre un bien joli cartel, un de ceux qui assurent presque le triomphe des toreros. « La guerre aura bien lieu ! Ça va être fort en émotions avec du courage, de la prise de risques », glisse Marie Sara. Vous verrez le retour d’un grand après une courte retraite, les dix ans d’alternative de Juan Leal qui a une histoire à Nîmes et un autre torero nîmois car sacré dans notre amphithéâtre avec le Péruvien numéro 1 incontesté et incontestable du moment Andrés Roca Rey. Grande course sur le papier, mais vous savez ce qu’on dit…

Solalito (Photo Archives Anthony Maurin). • Anthony MAURIN

Le dimanche 28 en matinée, novillada de la Cape d’Or de la Peña Antonio Ordoñez. Les novillos viendront tout droit de chez une personnalité iconique, Chamaco. Ils feront leur présentation en France « et ils sortent extraordinairement bien ! Je suis allée voir la novillada et elle est magnifique », avoue Marie Sara, concernée par cette course. Concernée, oui ! Lalo de Maria, son fils, sera le troisième à fouler la piste pour ravir le trophée en lice. Devant lui, Yon Lamothe, un jeune montois et Solalito, un autre Nîmois. « Ils vont tout faire pour triompher ! » Une course française pour les toreros et attractives pour les novillos. Leur souche sanguine Domecq via Jandilla est connue et reconnue et plaît aux tendidos. Un moment qui sera celui de l’aficion et qui promet de belles sensations.

Morante de la Puebla (Photo Archives Anthony Maurin). • Anthony MAURIN

À 18h ce même dimanche, corrida de Nuñez del Cuvillo « qui est parmi les meilleurs élevages du moment, mais qui n’est pas venu à Nîmes depuis 2018 », pour Morante de la Puebla, Jose Maria Manzanares et Alejandro Talavante. Trois artistes qui ont tous quelque chose à jouer. Le premier a fait ses 100 paseos en 2022, pari tenu en coupant 84 oreilles et deux queues. Le deuxième fêtera ses 20 ans d’alternative et, même s’il connaît un petit creux dans sa carrière taurine, il attire toujours les curieuses et les amateurs de belles choses. Alejandro Talavante joue gros car même s’il a coupé de nombreuses oreilles ici, il n’est jamais sorti par la Porte des Consuls !

Léa Vicens (Photo Anthony Maurin).

Le lundi 29 à 11h30, place à la corrida de rejon. Pour elle, « les meilleurs toros, ceux de Fermin Bohorquez et je m’y connais un peu, c’est l’élevage le plus sûr pour les corridas équestres, de plus que le cartel est le même que l’année dernière. » En effet Lea Vicens, la centaure nîmoise affrontera le fils de Pablo Hermoso de Mendoza, Guillermo. Lea fête ses dix ans d’alternative et il faut rappeler que, l’an passé, tout le monde était sorti en triomphe par la grande porte. La Porte des Consuls s’était ouverte pour les deux cavaliers tout comme pour mayoral de la ganaderia.

Adrien Salenc devient Adriano (Photo Archives Anthony Maurin). • Anthony MAURIN

En guise de clôture de feria, une belle corrida signée Margé pour un Mexicain que l’aficion aura plaisir à retrouver, Arturo Saldivar ! Avec aucune course en Europe au compteur depuis près de huit ans, il avait plu lors de sa présentation de novillero durant laquelle il avait ouvert la grande porte ! Si l’on oublie les données européennes et que l’on se concentre sur ses contrats américains, Saldivar a toréé 18 corridas et coupé 27 oreilles.

Avec lui deux Français. Adriano et El Raf, deux Nîmois. Adriano ? Oui, celles et ceux qui n’ont pas suivi les nouvelles hivernales, Adrien Salenc a pris cet apodo plus simple à énoncer pour les Espagnols. En 2022, il avait toréé 12 corridas et coupé 20 oreilles et une queue. El Rafi, lui, avait pris son doctorat à Arles où il était au cartel avec Adrien Salenc. Leurs histoires se ressemblent, la competencia sera au rendez-vous !

El Rafi (Photo Archives Anthony Maurin). • Anthony MAURIN

L’ouverture des locations pour les abonnements est prévue à partir du lundi 13 mars prochain dès 9h30. Les places séparées seront vendues à patir du lundi 11 avril du lundi au vendredi de 9h30 à 18h et le samedi de 9h30 à 12h30 à la billetterie des Arènes au 4, rue de la Violette BP 61480 - 30017 NÎMES CEDEX 1 ou par téléphone au 0 891 701 401 ( 0.225€ TTC/min ) ou sur le site web arenesdenimes.com. Pour acheter vos places c'est par là.

Les arènes bien garnies lors de la corrida matinale du lundi de Pentecôte. Une corrida équestre qui fait recette (Photo Archives Anthony Maurin).

Concenrnant la feria des Vendanges à venir, on a appris qu'El Juli fêtera ses 25 ans d'alternative le 17 septembre prochain dans nos arènes en s'y enfermant seul (mais avec du public) face à six toros ! Une course de La Quinta devrait elle aussi être programmée.

Avant la feria de Pentecôte aura lieu au Bosquet (Jardins de la Fontaine) le Printemps de l'Aficion que l'élu à la Tauromachie, Frédéric Pastor, a tenu à maintenir. Le 12 avril aura lieu le vernissage de Feri'Art, les parrains de l'événement qui s'étend sur le week-end seront Joachim Cadenas et Juan Leal pour varier les tauromachies. Deux becerradas seront organisées, le CFT fêtera ses 40 ans et la course camarguaise ne sera pas oubliée.

Anthony Maurin

Nîmes

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio