Publié il y a 1 an - Mise à jour le 19.04.2023 - Marie Meunier - 3 min  - vu 946 fois

BAGNOLS/CÈZE Des colistiers Alliance citoyenne veulent la démission de Thierry Vincent, Audrey Blancher sur le départ

alliance citoyenne

Une partie des membres de la liste Alliance citoyenne demandent la démission de Thierry Vincent du conseil municipal. 

- photo Marie Meunier

Une partie des colistiers de la liste "Alliance citoyenne", arrivée 3e aux municipales 2020, se sent trahie. Leur tête de liste Thierry Vincent, alors soutenu par le Parti communiste français (PCF) et La France insoumise (LFI), est devenu en janvier l'attaché parlementaire de la députée Rassemblement national (RN) de la 3e circonscription. Ils souhaitent que Thierry Vincent démissionne de son mandat de conseiller municipal. En même temps, Audrey Blancher, qui occupe le siège d'à côté, annonce qu'elle va prochainement partir.

Même trois mois après l'annonce des nouvelles fonctions de Thierry Vincent, la colère et la déception sont encore vives chez plusieurs colistiers d'Alliance citoyenne. Ils sont consternés devant le "grand écart" de leur n°1, passant d'une liste plutôt marquée à Gauche (même si certains la voyaient comme une liste citoyenne avec des personnes de toutes sensibilités politiques, NDLR) à un poste d'attaché parlementaire pour une députée d'un parti d'extrême-droite. "Nous, ses colistiers, on a été floués, mais les Bagnolais qui ont voté pour Alliance citoyenne aux municipales aussi", pointe le communiste Elian Cellier (5e sur la liste). 700 électeurs avaient voté pour Thierry Vincent au second tour. Un score qui lui a permis d'obtenir un siège au conseil municipal dans l'opposition, au côté de la n°2, Audrey Blancher. 

Dès le début, le mandat aurait été marqué par un manque de communication entre les deux élus siégeant au conseil et le reste de la liste. Thierry Vincent est même parti aux élections départementales sans le soutien total du groupe. La distance s'est encore creusée quand il a commencé à se rapprocher de l'autre banc de l'opposition, occupé par le groupe RN. Dénonçant déjà des "accointances insupportables", Audrey Blancher a fini par se désolidariser d'Alliance citoyenne.

"On est dans une situation de blocage qui empêche un bout de l'échiquier de s'exprimer"

Entre Audrey Blancher, faisant désormais cavalier seul, et Thierry Vincent, une partie de la liste Alliance citoyenne ne se sent plus représentée au sein du conseil municipal. "On est dans une situation de blocage qui empêche un bout de l'échiquier de s'exprimer", pointe Elian Cellier.

"Il faudrait que Pascale Bordes demande à son attaché parlementaire de démissionner. Il n'a plus de légitimité à jouer sur les deux tableaux", lance Manuel Martinez (9e de la liste). Et Jérôme Jackel (3e) de rebondir : "Légalement, rien ne l'oblige à démissionner, mais moralement, ce serait la chose à faire." Ce dernier monterait au conseil municipal en cas de démission. Peut-être que cela arrivera plus vite que prévu car Audrey Blancher a indiqué qu'elle quitterait son mandat prochainement. 

Audrey Blancher sur le départ

Audrey Blancher, qui siège au conseil municipal, nous déclare : "Je déplore que cette liste citoyenne ne se soit pas déclinée avec des valeurs à Gauche comme ce qui avait énoncé auprès des électeurs. Il y a eu des manipulations diverses, pas que de Thierry Vincent. C'est pour ça que je me suis désolidarisée. Mon choix rendu prochainement sera de quitter le conseil municipal. Je ne me reconnais pas dans les valeurs d'Alliance citoyenne. Je ne peux pas partager des flirts quels qu'ils soient avec le RN. Je ne peux pas cautionner cela. J'ai été élue à Saint-Nazaire pendant des années, j'étais assez active. Là, c'est difficile en étant seule de mener des actions, d'être entendue. Je n'ai pas envie d'être une élue fantôme. Ce n'est pas honnête vis-à-vis des électeurs. Pour être respectueuse envers eux et moi-même, je quitterai donc prochainement le conseil municipal." 

Thierry Vincent fait valoir son droit de réserve

En trois mois, aucun des membres d'Alliance citoyenne n'a eu de véritable échange avec Thierry Vincent. "On a le sentiment qu'il s'est servi de notre liste comme piédestal pour être élu, pour ses intérêts personnels", déplore Henri Graffion (27e de la liste). Aux dires des colistiers présents, rien ne les avait alertés sur le positionnement politique de leur chef de file : "Il a été syndicaliste à Force ouvrière et a effectué deux mandats à Tresques, au côté d'Alexandre Pissas qui est socialiste. On a aussi beaucoup travaillé avec son association pour le projet de Bourdilhan", retrace Elian Cellier. 

Même si une partie de ses colistiers ne le soutiennent plus, Thierry Vincent continue à prendre la plume dans le bulletin municipal au nom d'Alliance citoyenne. "Si aux prochaines élections, on repart avec un groupe, sera-t-on crédible aux yeux des électeurs", questionne alors Manuel Martinez, qui craint que ce revirement ne laisse une marque profonde dans la confiance des électeurs. "Il doit démissionner, il ne nous représente plus", insiste Gilles Littera (11e). 

Contacté, Thierry Vincent fait valoir son droit de réserve et ne souhaite pas s'exprimer sur ce sujet. Lorsqu'il était encore en mesure de répondre, quand il n'était pas encore attaché parlementaire, il avait déploré "ce pseudo-affrontement" pendant lequel "on ne parle pas des problèmes à Bagnols".  

Marie Meunier

Politique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio