Politique
Publié il y a 1 an - Mise à jour le 08.01.2023 - La rédaction - 10 min  - vu 4355 fois

ÇA RESTE ENTRE NOUS Les indiscrétions de la semaine

C'est dimanche. Il est 12 heures. Place aux coulisses de la politique gardoise ! Et bonne année !

2023, année de transition. Après la Présidentielle, les Législatives l'année dernière, et à mi-mandat des Municipales, les écuries vont commencer à se former, les candidats potentiels vont mettre en route les premiers plans d'action. À Nîmes, la succession de Jean-Paul Fournier sera terrible, selon le mundillo politique. Peut-être pas tant que cela. Qui chez Les Républicains a véritablement la capacité d'affronter une Gauche unie derrière Vincent Bouget ? Et serait surtout disponible ? Le premier adjoint, Julien Plantier, assurément. Laurent Burgoa ou encore Franck Proust ont probablement plus envie d'Europe et de Sénat aujourd'hui. Très peu pour eux les desiderata locaux. Et pour les autres élus, sans leur faire offense, mis à part peut-être Frédéric Pastor, l'adjoint entre autres aux Festivités, personne ne fait le poids. Il suffit de les voir à l'oeuvre aujourd'hui. Que ce soit Sophie Roulle à la Culture, décriée par son prédécesseur et une partie des élus qui s'amusent de ses tentavives vaines pour faire croire à la possibilité d'une candidature en 2026. Ou encore François Courdil, faisant un peu trop cavalier seul (voir par ailleurs). Les autres sont encore un peu verts ou en fin de course, ils entament soit leur dernier mandat ou leur tout premier. Pour autant, Julien Plantier n'aura pas la tâche facile. Il devra réussir l'exploit de ne pas froisser Jean-Paul Fournier et de réussir le grand rassemblement du Centre et de la Droite. Pas évident à ce stade mais la macroniste Valérie Rouverand, le centriste Thierry Procida et même Julien Devèze, l'ancien directeur de cabinet d'Yvan Lachaud, ou encore l'ex candidat à la candidature lors des dernières légistives avec La République en marche Nicolas Balmelle pourraient l'aider. Ils ont tous envie de revenir aux affaires... Plus à Droite, le Rassemblement national nîmois est dans l'impasse. Yoann Gillet devenu député, difficile de lui trouver un successeur crédible. C'est donc encore l'ancien directeur de cabinet du maire de Beucaire qui devrait s'y coller. Il fera probablement mieux que ses 12% en 2020. Mais il aura quand même du mal à s'imposer dans la capitale du Gard qui a placé en tête en juin dernier l'ex-députée Françoise Dumas, à l'inverse de toutes les autres communes en périphérie. À défaut de gagner, il pourrait en tout cas s'accaparer les voix préciseuses qui pourraient manquer à la majorité municipale actuelle. Les voix du RN et d'un éventuel candidat Zemmour seront à coup sûr déterminantes. Du côté d'Alès, Christophe Rivenq semble avoir un boulevard devant lui. Mais attention toutefois, Rivenq n'est pas Roustan. Et même adoubé par son mentor, il lui faudra batailler fort pour imposer dans la tête des Alésiens que le temps n'est pas encore venu de tourner la page de 30 ans de règne. Le socialiste Arnaud Bord défait dans la course à la députation il y a quelques mois voudra certainement prendre sa revanche. Jalil Benabdillah, vice-président en charge de l'Économie et très proche de la socialiste Carole Delga voudra aussi en être. Ce dernier pourrait toutefois trouver un accord avec le président d'Alès Agglomération. Dans le Gard Rhodanien, Jean-Yves Chapelet ferraillera une nouvelle fois avec l'extrême-Droite à Bagnols/Cèze. Sauf si la Gauche la plus bête du monde réussi à s'entendre. C'est loin d'être gagné ! Enfin du côté de Beaucaire et de Saint-Gilles, Julien Sanchez et Eddy Valadier, à moins d'un accident politique, ne devraient pas se faire beaucoup de cheveux blancs pour s'imposer une énième fois. À moins qu'ils aient des ambitions pour aller voir si l'herbe est plus verte ailleurs. Et à ce moment-là, peut-être que les cartes seront rebattues.

Nouveau naming de l'aéroport, c'est fait ! Franck Proust, président de Nîmes métropole n'est pas peu fier d'avoir trouvé avec ses équipes un nouveau nom associé à l'aéroport de Nîmes. Toute la communication est prête. Les maires seront informés vendredi 13 janvier prochain lors de la conférence de rentrée. Mais vous nous connaissez, on aime bien vous donner la primeur. Sauf que l'on a promis de ne pas en dire trop. Alors, on vous dira juste qu'il s'agit d'un sacré clin d'oeil au nom de l'aéroport de Marseille et à celui de Montpellier. Loin d'être une provocation, on est dans l'hommage à la Provence et à la Méditerannée. Entre les deux aéroports géants, plus question de s'excuser. À Nîmes, on a de l'ambition et, en matière de tourisme, on est l'un des champions du Sud de la France !

Courdil joue-t-il trop perso ? Après le drame cette semaine à Pissevin, l'adjoint à la ville de Nîmes François Courdil a souhaité prendre la parole dans les colonnes d'Objectif Gard pour exprimer sa colère et ses solutions afin de mettre un terme à cette violence insupportable dans les quartiers populaires nîmois. Sauf qu'il a oublié de prévenir le cabinet du maire et plus particulièrement l'adjoint en charge de la Sécurité, Richard Schieven. Il n'a pas échappé à une soufflante d'Antoine Roger qui se met pourtant rarement en colère. Derrière son téléphone, le directeur de cabinet n'a pas mâché ses mots : "C'est comme si Sophie Roulle en charge de la Culture s'exprimait sur l'insécurité. Il faut arrêter de prendre des initiatives dans son coin sans demander l'autorisation !" Antoine Roger était surtout emmerdé par les déclarations chocs de François Courdil en pleine négociation pour convaincre le ministre de l'Intérieur de venir dans le bureau du maire. Rappelons à Antoine Roger que l'adjoint Courdil est en charge de la "Politique de la ville" et des centres sociaux. Dans le bon registre donc. Par ailleurs, il est aujourd'hui secrétaire départemental adjoint chez Les Républicains. C'est aussi en lien avec cette fonction qu'il s'exprimait. Sinon, pourquoi Roulle n'a-t-elle pas le droit de parler sécurité ? Pas sympa alors qu'elle croit dur comme fer depuis quelques temps qu'elle pourrait être maire un jour.

Valentine, si tu les entends ? Mais que se passe-t-il avec Valentine Wolber ? Pourquoi fait-elle autant réagir dans le cadre de sa délégation aux Commerces ? Des associations s'en plaindraient, demandant désormais à voir le premier adjoint, Julien Plantier. Et que dire de certains de ses collègues élus qui ne rêvent que d'une seule chose : prendre sa place. À longueur de semaine, ces élus rappellent "qu'elle est en plein conflit d'intérêt entre la CCI et l'UPE 30". De la médisance, rien de plus. Elle fait un super boulot Valentine ! Encore hier samedi, lors de l'inauguration de la Rue Fresque ou de la manifestation dans la Rue de la Madeleine. Mais elle représentait qui ? La Ville ou la CCI Gard ? On finit par s'embrouiller !

Qui représentera le Gard ? Chez Renaissance, le parti présidentiel, le début d’année rime avec nouvelle représentation. D’ici après-demain, le 10 janvier, le dépôt de candidatures sera clos pour le poste de référent dans le Gard. Selon nos informations, la Nîmoise Valérie Rouverand est bien candidate à sa propre succession. Elle vient de boucler sa liste de 20+2 personnes, en respectant la parité et la représentativité de tous les territoires du Gard. Est-ce qu’une autre liste lui fera face ? « Ce n’est pas exclu, il faut cependant que l’autre candidat ait la capacité de réunir plus de 20 personnes à ses côtés tout en respectant la parité et les territoires », nous glisse un membre de l’état-major du mouvement dans le Gard. Réponse dans le courant de la semaine après la clôture des candidatures.

Darmanin à la mairie de Nîmes ? Le rendez-vous est fixé à 9 heures 30 lundi matin. Une entrevue privée. Comprenez par là, pas ouverte à la presse. Un échange en tout cas capital. Depuis plus d'un an, le maire de Nîmes et lui se font la gueule alors que Gérald Darmanin n'avait pas répondu favorablement au nombre de nouveaux policiers nationaux exigés par le premier édile de Nîmes. Le début de la réconcialition ? Et le retour sur la table du contrat de sécurité intégrée ? Encore faut-il que l'entretien puisse avoir lieu. Jean-Paul Fournier est souffrant depuis quelques jours. Pas sûr qu'il soit sur pied lundi pour accueillir le ministre de l'Intérieur. Tout tomberait à l'eau alors ? Il reste une possibilité si simple et efficace. Il faudrait comme par enchantement qu'au sein du cabinet du maire on se décide à faire confiance au premier adjoint. Rassurez-vous Messieurs Maurel, Roger et consorts : Julien Plantier n'est pas débile, il sait parfaitement quoi répondre au ministre. Il pourrait même être plus convaincant. Et rendre un sacré service au maire.

Darmanin rencontre Proust ! Comme annoncé par Objectif Gard en avant-première dans la semaine, Franck Proust, le président de Nîmes métropole a bien une réunion de travail à la base de Sécurité civile avec le ministre de l'Intérieur. Là encore, elle n'est pas ouverte à la presse. Le républicain compte demander des précisions à Gérald Darmanin sur la future police des transports annoncée à Nîmes. Et bien entendu, faire un point complet sur l'avancement du projet de hub européen. Bonne nouvelle : à ce stade, Franck Proust n'est pas souffrant. Il est même en grande forme et très motivé par cet échange attendu depuis plusieurs mois.

Darmanin en interview vidéo exclusive avec Objectif Gard. Pour l'instant, à la rédaction, les journalistes prévus pour interroger le ministre de l'Intérieur sont en forme aussi. Une interview qui aura lieu à la fin des séquences à Nîmes de Gérald Darmanin. L'occasion de débriefer les différentes interventions, de répondre à nos questions sur l'insécurité et les trafics de drogue dans les quartiers populaires nîmois. Et quelques questions surprises. Vous nous connaissez. Cet entretien en vidéo sera à découvrir lundi en fin de journée sur Objectif Gard et nulle part ailleurs.

Cacher ce Serre que je ne saurais voir ! Ce vendredi s’est tenu le conseil départemental avec, à l’ordre du jour, l’examen du budget 2023. Une séance importante à laquelle la présidente Françoise Laurent-Perrigot n’a pu assister pour raisons personnelles. Charge à Christophe Serre, premier vice-président et élu du canton de Pont-Saint-Esprit, de prendre le relais. Sa mise en lumière n’aura duré que quelques heures. Après la séance, le service communication a envoyé, comme à l’accoutumé, une photo à la presse pour illustrer l’évènement. Surprise : pas de Christophe Serre mais une photo des élus de l’assemblée avec au premier plan, le groupe d’opposition de Droite qui s’est abstenu sur le budget. Preuve que certains n’ont toujours pas digéré l’élection de la présidence du Département et les envies de présidence de Christophe Serre.

Qui pour succèder à Pierre Jaumain ? Comme annoncé en novembre dernier ici même, le Syndicat mixte pour la protection et la gestion de la Camargue gardoise vient de recruter son nouveau directeur général en la personne de Pierre Jaumain. Le socialiste, directeur de cabinet du maire du Grau-du-Roi, va prendre ses nouvelles fonctions le 1er mars 2023. Robert Crauste en plein recrutement aurait enfin trouvé son bonheur. Il annoncera la semaine prochaine l'heureux titulaire du poste. Reste juste au maire à se décider entre deux profils très, très intéressants, nous dit-on.

Les ex de Françoise recasés. À la tête de Territoires de progrès dans le Gard, Olivier Lange, l'ex-attaché de presse de Françoise Dumas, prend du galon. Il rejoint la direction nationale du mouvement en tant que délégué à la Francophonie et aux relations à la Méditerranée. Il garde un pied localement puisqu'il a retrouvé ses fonctions antérieures chez le bailleur social Habitat du Gard. Le parti uni avec Renaissances compte aussi dans ses rangs l'ex-députée et l'une de ses ex-assistantes, Soukaïna Ben Jaffar. D'ailleurs, cette dernière vient d'intégrer le centre de gestion de la fonction publique territoriale. Présidé par Fabrice Verdier, le président du Pays d'Uzès, un proche de... Françoise Dumas.

Tout est sous contrôle Le conservatoire de Nîmes a eu une drôle de surprise à la fin du mois de décembre de l’année dernière. Selon nos informations, un petit incident a eu lieu à l’intérieur du bâtiment, où un des plafonds s’est partiellement effondré, endommageant légèrement le matériel présent dans la pièce concernée. Interrogé par nos soins, Daniel Jean-Valade conseiller délégué à l’Enseignement culturel et président du conseil d’établissement du conservatoire a tenu à rassurer tout le monde : « Il est tombé du plâtre d’un plafond, le personnel et les partitions ont été déplacés dans d’autres parties pour plus de tranquillité. Ce n’était finalement pas grand-chose, tout le monde a été rassuré. Les travaux de réparation ont déjà démarré », détaille-t-il. Pas de quoi en faire tout un fromage...

Sportez-vous bien ! Il ne fait rien comme les autres. Après avoir poussé la chansonnette avec sa fille devant un piano il y a un an, puis interprété un titre de Johnny Hallyday lors de la Fête de la musique l'année dernière, Christophe Rivenq, le président d'Alès Agglomération récidive. Cette fois-ci, c'est dans une tenue moulante de sportif du dimanche qu'il a décidé de faire passer un message en vidéo sous la musique entraînante de Carl Douglas "Kung Fu Fighting". Christophe Rivenq dans le texte : "Rien de tel qu’une bonne séance après une grosse journée. Le sport c’est la vie !" On ne sait pas qu'elle est l'ambition de ce spot vidéo. Mais on a bien peur que ce ne soit du premier degré. Tel Léon Zitrone, pour l'Alésien, une seule chose compte : "Qu'on parle de moi en bien ou en mal, peu importe. L'essentiel, c'est qu'on parle de moi !" La vidéo est à découvrir ci-dessous :

La rédaction

Politique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio