Publié il y a 8 mois - Mise à jour le 19.11.2023 - Propos recueillis par Lïana Delgado - 3 min  - vu 1604 fois

L’INTERVIEW Nassim Chadli, footballeur professionnel : “C’est avant tout une revanche pour moi”

Nassim Chadli à l'US Concarneau

Nassim Chadli sous les couleurs de l'US Concarneau

- US Concarneau

Élu pépite du mois d’octobre 2023 en Ligue 2, Nassim Chadli revient sur sa carrière. Passé par le centre de formation du Nîmes Olympique, le jeune Bagnolais est arrivé cette saison à l’US Concarneau.

Objectif Gard : Vous avez été élu pépite du mois d’octobre en Ligue 2. Vous vous sentez bien cette saison à Concarneau ?

Nassim Chadli : Oui je me sens bien. Je suis très content d’être dans ce club, je ne pensais pas que ça allait aussi bien se passer. Mon intégration s’est faite rapidement. Le fait d'enchaîner les matchs c’est beaucoup plus facile pour moi. 

Vous avez vécu une saison compliquée l’an dernier au Havre et il ne comptait pas forcément sur vous cette année. Est-ce que c’est une revanche pour vous ?

C’est surtout une revanche pour moi, non pas par rapport au club. Comme vous avez dit, les six derniers mois ont été très compliqués pour moi. Il y a eu des choses dites et des choses qui n'ont pas été faites. C’est vrai que je l’ai mal pris donc maintenant que je joue, je suis vraiment très content.

Quelles sont vos ambitions cette année avec votre club ?

À propos de mes ambitions collectives, j’aimerais finir dans le haut du classement, pourquoi pas atteindre le top 10. J’aimerais beaucoup qu’on soit dans la première partie de tableau. Et individuellement, mon objectif c’est de mettre le plus de buts et d’être le plus décisif possible pour l’équipe. Pourquoi pas à la fin être dans l’équipe-type, même si je sais que ça va être compliqué.

En juillet 2021 vous avez rejoint l’ESTAC Troyes. Pourquoi êtes-vous parti du Nîmes Olympique, votre club formateur ? 

Pour commencer, je n’avais pas ressenti énormément de confiance dans le discours du club. Et comme on le voit maintenant, je trouve que c'est très compliqué pour le club depuis qu’il est géré par Rani Assaf. Je n'avais pas eu de garanties sur tous les fronts, au niveau footballistique et financier, ce qui ne m’a pas trop plu. Quand j’ai été contacté par Troyes, j’ai donc décidé d’y aller parce que j’ai senti leur confiance.

Après votre saison mitigée à Troyes, avez-vous regretté d’être parti du NO ?

Non pas du tout, je n’ai aucun regret. Cette saison m’a fait énormément grandir, déjà par le fait de partir de chez moi. J’ai pu acquérir de l'expérience, je suis devenu une personne plus mature.

Vous êtes originaire de Bagnols-sur-Cèze, arrivez-vous à rentrer voir votre famille de temps en temps ?

Quand j’étais à Troyes c’était un peu plus facile, en voiture il n’y avait que 4h20 de route. Mais actuellement, depuis que je suis à Concarneau, c’est vraiment compliqué. Je suis arrivé à rentrer qu’une fois pendant trois jours. Mais sinon c’est impossible car c’est très compliqué de prendre le train ou l’avion. C’est mal desservi et nous n'avons pas assez de jours de repos.

Cette année, vous jouez avec un autre joueur de formation nîmoise, Axel Urie. Comment se sont passées vos retrouvailles ?

Ça fait plaisir parce qu’on était proche footballistiquement et je le connaissais bien. Le fait de le retrouver m'a fait énormément plaisir.

Vous avez reçu la présélection de l’équipe nationale du Maroc U23. Qu’est ce que représente l’équipe du Maroc pour vous ?

J’aimerais vraiment être sélectionné pour les Jeux Olympiques à la fin de l’année. C’est un objectif mais ce n’est pas quelque chose qui m’obsède. Je ne me prends pas la tête, si le sélectionneur m'appelle tant mieux, sinon tant pis. Cette année j’ai envie de me concentrer à 100 % sur ma saison avec mon club. On verra bien la suite.

Propos recueillis par Lïana Delgado

Sports Gard

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio