A la uneActualité générale.Actualités

NÎMES : LA COURSE AUX CADEAUX À LA VEILLE DE NOËL

Hier, il y avait peu de monde à la Coupole de Nîmes mais quelques retardataires se sont faits remarquer. Photo DR/S.Ma

Il y a toujours des retardataires. Ceux-là sont facilement identifiables. Hier, vendredi 23 décembre, à la veille du réveillon de Noël, quelques personnes courraient encore dans les allées de la Coupole de Nîmes, pour trouver les derniers cadeaux qu'il leur fallait acheter.

Devant le magasin FNAC, Muriel attend une amie, paquet à la main. Il est midi, et pour la Nîmoise de 34 ans la course aux cadeaux est maintenant terminée. "J'avais déjà fait quelques achats, mais il me restait quatre cadeaux à trouver." Pourquoi s'y prendre à la dernière minute ? "Avec le travail et le reste, je n'ai pas vraiment trouvé le temps de faire les magasins."

À quelques pas de là, Mohamed, 38 ans, patiente devant le stand du Secours populaire, à la sortie du magasin Nature & Découvertes, pour faire empaqueter le dernier cadeau qu'il a acheté à sa compagne. "Je ne savais pas quoi acheter. Je suis allé à plusieurs reprises dans les magasins, mais je n'avais rien trouvé. Les cadeaux pour moi, il faut qu'ils soient surprenants. Et j'ai mis beaucoup de temps à trouver ce qui pourrait surprendre ma compagne." "Le grand livre du calme", c'est sûr la surprise va être totale..."Je ne lui ai pas acheté que ça !" Nous sommes rassurés.

Dans l'allée centrale de la Coupole, Rolande, 25 ans, avance, paquet à la main, souriante. Victoire, le dernier cadeau est acheté. "J'avais une idée bien précise, un modèle de ceinture. J'ai fait tous les magasins, Carré Sud, la Ville-Active, le centre-ville, je ne l'ai pas trouvé. Mais ça y est je l'ai, enfin."

Et du côté des Halles...

Encore une fois, et sans surprise, les Halles de la Coupole à Nîmes ont vu, hier, du monde défiler. Les stands favoris ? Les poissonneries, les fromageries, mais aussi l'étalage de chapons de l'enseigne Daniel Marcon et le stand d'olives de la maison familiale Gaillard. "On vient faire les dernières courses avant de se mettre derrière les fourneaux pour bien accueillir la famille demain soir. C'est vrai qu'il y a un peu de monde mais c'est toujours mieux de cuisiner des produits frais que du congelé", lance Lucie, 63 ans qui quitte les Halles, le cabas à roulettes rempli.

 

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité