A la uneActualité générale.Actualités

PORTRAIT DU DIMANCHE : JONATHAN VIGOUROUX, LE CINÉASTE EN HERBE REMPORTE LE PRIX DES INTERNAUTES DU CONCOURS GARDMOTION

Jonathan Vigouroux, 23 ans, a réalisé un mini film sur le chômage dans le cadre du concours Gardmotion. Photo DR/S.Ma

La comparaison va-t-elle lui plaire ? Pas sûr ! Et pourtant, en voyant ce jeune homme, à peine 23 ans, passionné de cinéma, qui n'hésite pas à prendre sa plume pour laisser libre cours à son imagination pour en faire un scénario, on ne peut s'empêcher de penser à Dawson, le héros de la série éponyme, un adolescent vivant à Capeside obsédé par le 7ème art. À chacun ses références... Jonathan Vigouroux ne vit pas à Capeside, mais à Poulx, il n'est plus un adolescent non plus, mais un jeune homme qui a du mal à entrer dans la vie active malgré un parcours scolaire exemplaire, un bac STG option mercatique en poche et un diplôme d'infographie 3D avec une spécialité de film d'animation. Mais malgré les difficultés le Poulxois ne perd pas des yeux son objectif, "devenir réalisateur" lance-t-il les yeux pétillants. Et puis, au détour d'une conversation avec son père, Jonathan Vigouroux apprend que le Conseil Général du Gard lance un concours de pocket films sur le thème "Vivement demain". Car ses parents connaissent depuis longtemps la passion de leur fils. "Depuis que je suis tout petit, je dessine. Un temps, j'ai voulu être dessinateur de bande-dessinée. Et puis, dans les années 90, j'ai découvert les premiers Pixar et une nouvelle passion pour les films d'animation. Quand mes parents ont vu mon potentiel et mon envie, ils m'ont tout de suite encouragé."

Très vite, Jonathan gribouille dans sa tête un scénario. "Je me suis inspiré de mon vécu" explique le jeune homme actuellement sans emploi. J'ai voulu pousser un coup de gueule et rassembler autour d'un thème qui touche plus de 13% des jeunes de moins de 25 ans dans le Gard, le chômage. Pour la plupart, les jeunes chômeurs de la région sont victimes d'un paradoxe car il y a bien des offres d'emploi dans le Gard, l'Hérault et même jusqu'aux Bouches-du-Rhône à Arles, mais les employeurs refusent l'embauche des jeunes prétextant un manque d'expérience. J'ai souvent été confronté à cette situation." Et pourtant, de l'expérience, Jonathan en a. "J'ai réalisé un clip pour un rappeur nîmois, Tchino, un court-métrage de cinq minutes intitulé "Cut", ou encore une publicité en 3D pour une entreprise implantée à Nîmes et à Montpellier qui a créé des tables de radiographies médicales." C'est pas mal, mais pas assez. "C'est aussi pour enrichir mon CV que j'ai tenu à participer à ce concours. Et puis, j'ai vu que des professionnels de l'audiovisuel faisaient partie du jury, c'était l'occasion pour moi de provoquer des rencontres et de faire connaître mon travail."

Attention aux mauvaises surprises

Le scénario posé sur le papier, Jonathan emprunte le téléphone portable de son cousin, un iPhone 4 "pour la qualité de l'image" et offre à son frère, Romain, le premier rôle de son mini film "No Jobs". "Tourner avec un téléphone portable, c'est plus compliqué qu'avec le matériel que j'utilise d'habitude pour réaliser mes courts-métrages, un appareil photo Canon. D'une part parce qu'il n'y a pas d'objectif et puis parce qu'il n'y a pas de distance focale. J'ai donc utiliser le logiciel After-Effects pour gérer le relief de l'image." En tout, le tournage a duré une journée. Le film dans la boîte, Jonathan a donc pu le décharger sur son ordinateur pour libérer la mémoire du téléphone portable. Mais le soir venu, alors que toutes les images avaient été effacées sur l'iPhone, l'ordinateur du jeune homme "plante". Le drame. Il faut tout recommencer. "Ça vraiment été un coup de massue car il fallait tout recommencer et je ne savais pas si j'allais pouvoir finir dans les temps." Mais à force d'acharnement, une journée de tournage en plus et une semaine de montage, le Poulxois réussi finalement a posté sa vidéo à la mi-janvier. "Il y avait déjà beaucoup de vidéos qui avaient été envoyées, certaines avaient dépassé les 1 000 votes." Soutenu par sa famille et ses amis, entame un marathon fou pour faire connaître son film. Finalement, avec plus de 5 000 votes, le film de Jonathan Vigouroux remporte le prix des internautes du concours Gardmotion, face 42 autres vidéos. Le 3 avril prochain, il recevra donc son prix, un Ipad 2. Autre bonne nouvelle, son mini-film sera diffusé dans tous les cinémas du Gard. Elle est pas belle la vie ?

"C'est super" lance timidement l'admirateur de David Fincher, James Cameron, Ridley Scott ou encore Luc Besson. Mais pour Jonathan, ce concours n'est qu'une étape. "J'ai encore des projets : un court-métrage et plusieurs longs-métrages en cours d'écriture. Et puis j'aimerais réaliser de manière professionnelle quelques scénarios que j'ai déjà écrit, des thriller, des fictions, des comédies. Mais cela se fera au fil des rencontres. J'ai déjà pensé partir à Paris, où je pense que ce sera plus facile pour moi de me faire une place en tant que réalisateur, mais c'est toujours pareil, pour pouvoir partir, il faut un budget."

Qu'on se le dise, "No Jobs", la vidéo de Jonathan Vigouroux est encore en course dans la catégorie du prix du jury des 21-25 ans. Résultat le 3 avril prochain à partir de 178 heures au Kinépolis à Nîmes, en présence de l’acteur Nassim Sid Ahmed, parrain du concours organisé par le Conseil Général.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité