Actualité générale.Actualités

GENS DU VOYAGE : Le Gard devrait se doter de 326 places d’accueil d’ici 2018

Jean-Michel Suau, vice président du CG30 et Thierry Laurent, directeur de cabinet du préfet du Gard accompagnés de Bernard Castets, chef de service habitat et construction DDTM 30, ont signé le nouveau schéma départemental pour l'accueil des gens du voyage. Photo DR/S.Ma

Ce mercredi 27 juin, à la préfecture du Gard, Thierry Laurent, directeur de cabinet du préfet du Gard et Jean-Michel Suau, vice-président du conseil général du Gard délégué à l'Action sociale et à la protection de l'enfance et famille, ont signé le schéma départemental des aires d'accueil des gens du voyage.

Ce tout nouveau schéma départemental prévoit ainsi la réalisation de 326 places d'accueil et deux aires de grands passages (Bellegarde et Pont-Saint-Esprit) dans 22 communes gardoises et 3 EPCI (Établissement public de coopération intercommunale) d'ici 2018. Le tout avec l'aide financière de l’État soit 10 500€ pour une aire d'accueil et 115 000€ pour une aire de grands passages. Le département est aussi partenaire puisqu'il participe à hauteur de 1 500€ par place en aire d'accueil et 30 000€ pour les aires de grands passages. Voilà dans les grandes lignes ce qui a été acté ce mercredi matin en Préfecture du Gard. Un projet somme toute solide. Mais qui fait suite à un premier schéma départemental qui n'a pas vraiment fait ses preuves.

Le  schéma de 2004 ciblait 18 communes (de plus de 5 000 habitants comme l'oblige la loi du 5 juillet 2 00 relative à l'accueil et à l'habitat des gens du voyage) pour la réalisation de 331 places en aire d'accueil et au moins une aire de grands passages sur les communautés d'agglomération de Nîmes ou d'Alès. Et le bilan de ces huit années passées n'est pas glorieux. Aucune aire d'accueil n'a été créée. Le Gard est ainsi le plus mauvais élève de la région Languedoc-Roussillon avec un taux de réalisation de -20%. Et pourtant, le département a fait des efforts avec des projets en cours, soit un total de 122 places financées par l'État pour plus de 1,3M€ ce qui permettra la réalisation de 4 aires d'accueil dans 7 communes : Aigues-Mortes (15 places), Bagnols-sur-Cèze qui sera inaugurée le 19 juillet prochain (25 places), Laudun-l'Ardoise (20 places), Marguerittes (22 places) et Villeneuve-Les Angles-Rochefort (40 places). Quant à savoir pourquoi ses projets n'ont toujours pas abouti, pour Thierry Laurent la réponse est toute trouvée : "le manque d'opportunités foncières."

Les aires d'accueil ne doivent pas devenir "des bidonvilles"

Selon Martial Zigler, délégué auprès du secrétaire d’État au logement et à l'urbanisme et membre de la Commission Nationale Consultative des gens du voyage, on peut aller un peu plus loin dans les explications. "Bien sûr, la population et certains maires sont réticents à voir s'installer les gens du voyage sur leur commune -- Rappelons que les maires de commune de plus de 5 000 habitants qui refusent de se soumettre à la loi perdent les subventions accordées par l’État mais pas l'obligation de réaliser les aires d'accueil -- à cause du bruit mais aussi de l'insalubrité de certaines aires d'accueil. Il ne faut pas que ces aires fassent l'objet d'une sédentarisation, mais il faut qu'elles soient soumises à une réglementation et à une surveillance strictes. Les gens du voyage doivent être responsabilisés pour ne pas que ces aires ressemblent à des bidonvilles comme on peut le voir parfois." Et pour cela, Martial Zigler demande à l’État, comme au conseil général et aux communes de se rapprocher auprès des représentants des gens du voyage pour établir des règles.

Une action sociale

En marge de la création de ces aires d'accueil et de grands passages, le Conseil général du Gard a lancé un appel d'offres pour accorder une subvention à une association qui pourrait "faire le lien entre les services sociaux et les gens du voyage afin de les accompagner dans leur situation de fragilité" a précisé Jean-Michel Suau.

En détails

Les communes concernées par le schéma départemental du 27 juin 2012 : Alès, Aigues-Mortes, Les Angles, Bagnols-sur-Cèze, Beaucaire, Bellegarde, Bouillargues, Le Grau-du-Roi, Laudun, Manduel, Marguerittes, Nîmes, Rocheford-du-Gard, Roquemaure, Saint-Christol-les-Alès, Saint Gilles, Uzès, Vauvert, Villeneuve-lès-Avignon et les trois EPCI : Nîmes Métropole, Rhône-Cèze-Languedoc et la communauté de communes de petite Camargue.

Compte tenu du faible nombre de passage, les communes de Milhaud et La Grand Combe ont l'obligation de résorber les situations d'habitat insalubre concernant les populations de gens du voyage sédentarisées.

Stéphanie MARIN

stephanie.marin@objectifgard.com

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité