A la uneActualité générale.Actualités

GRAU-DU-ROI : L’inauguration de la voie verte de l’Espiguette donne le la aux autres projets

L'inauguration de la première voie verte gardois en site "classé" sous le regard des élus

Ce mercredi 27 juin, à 18 heures, un soleil de plomb frappe le Grau-du-Roi. Sur la plage de l'Espiguette, cela semble bien être le dernier des soucis des baigneurs et touristes. Mais, quelques mètres plus loin, sur le parking de la plage, on scrute attentivement le soleil. Et celui-ci ne semble pas vraiment décider à faire profil bas. S'il intéresse tellement ces quelques personnes, c'est que dans quelques secondes, elles s'apprêtent à parcourir à vélo la première voie verte de la plage.

Sur le parking, où commence cette première voie verte gardoise en site "classé" qui relie la plage de l'Espiguette au Grau-du-Roi, de nombreuses personnalités se sont déplacées pour inaugurer le site. On retrouve Jean Denat, vice-président du Conseil Général du Gard, Jean-Philippe d'Issernio, secrétaire général du préfet du Gard, Etienne Mourrut, maire du Grau-du-Roi ou encore Robert Crauste, conseiller régional de Languedoc-Roussillon. Tous se tiennent prêt à enfourcher le vélo mis à leur disposition par le conseil général du Gard. Mais avant cette balade de 2,6 kilomètres, il faut se plier au protocole. Alors, les élus se regroupent autour d'un cordon bleu/blanc/rouge, le coupent, et posent pour les photographes.

Jean-Philippe d'Issernio, secrétaire général du préfet du Gard, aussi à l'aise sur un vélo que dans ses discours

18h15. Vélos en main, les élus parcourent les premiers mètres. En costume-cravate, Jean-Philippe d'Issernio prouve que l'habit ne fait pas le moine. Plutôt à l'aise, il prend la tête du peloton. Sur une voie de 3-4 mètres, l'homme découvre les espaces verts et les dispositifs anti-stationnement mis en place pour séparer les véhicules des cyclistes. Les petits ponts de bois, par exemple, s'accordent parfaitement avec le décor de carte postale qu'offre généreusement la nature.

Après une petite vingtaine de minutes d'efforts, le peloton - qui, reconnaissons-le, ne participera probablement pas au prochain Tour de France - vient de parcourir la voie verte. Ici, contrairement à la Grande Boucle, pas de champagne pour célébrer le vainqueur. Mais les quelques bouteilles de rosé du coin et autres boissons rafraîchissantes conviennent parfaitement aux sportifs en costard. Reposés, les élus prennent la parole devant une trentaine de personnes. Jean Denat, vice-président du conseil général du Gard, est enthousiaste : "Je suis heureux de cette inauguration. Nous l'attendions depuis décembre 2007 quand nous avons pris la décision de construire cette voie. Ici, la situation est très particulière parce que c'est un site classé qui nous a obligé à prendre beaucoup de précautions environnementales. Le revêtement en dur est universel et permet à une famille de faire du vélo. Avec le temps, il prendra une couleur sable. J'ai enfin le plaisir de vous annoncer que les travaux d'un deuxième tronçon commenceront en novembre. La voie verte ira jusqu'au Casino du Grau-du-Roi". L'homme détaille ensuite les projets à venir comme celui de relier le Grau-du-Roi à Aigues Mortes.

De gauche à droite, Jean Denat, Etienne Mourrut, Robert Crauste et Jean-Philippe d'Issernio, co-vainqueurs de l'étape du jour, mais surtout principaux acteurs de la réussite de la voie verte

Dans la foulée, Jean-Philippe d'Issernio, qui représente le préfet du gard indisponible, expose les différents intérêts de cette voie verte :"Il y a eu 32 morts sur nos routes depuis le début de l'année. En terme de sécurité routière, ce tronçon a le mérite de séparer les cyclistes, les rollers et les piétons des automobilistes. D'un point de vue environnemental, cela permet d'avoir un site préservé. Par ailleurs, je rappelle que le sport est bon pour la santé. Enfin, il y a un vrai intérêt touristique. Cette voie et celles en projets pourraient fidéliser et augmenter la fréquentation de nos sites." Droit dans son costume, pas essoufflé, le secrétaire général poursuit :"Ce projet de voies vertes devrait s'étendre jusqu'au Lac Léman (entre la Suisse et la France, NDLR). On pourra donc descendre depuis le Lac Léman. Dans l'autre sens, je vous avoue que je devrai poser la cravate car je risque d'avoir un peu chaud", conclut-il malicieusement alors que le soleil du Grau-du-Roi, lui, tape toujours autant.

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité