A la uneActualité générale.Actualités

NÎMES : Objectif Gard a testé pour vous un trajet sur Tango +

Le Tram bus de la ligne T1 participera à une opération européenne (Photo d'illustration / Objectifgard)
Le Trambus arrive ici à l'arrêt Costières-Parnasse

Qu’il fallait être courageux, ce samedi après-midi, pour s’aventurer dans le trambus nîmois. Sous une pluie battante, de nombreux Nîmois et personnes des communes voisines ont néanmoins tenu à être présents pour effectuer les premiers trajets de cette ligne 1 du trambus qui part du parking relais A 54 à Caissargues pour rejoindre les Arènes. 

A 14 heures, le trambus s’approche de l’arrêt Costières-Parnasse. Sous l’abri de bus, bondé, on entend : « le voilà ! ». C’est vrai qu’il était attendu, après tant d’années de conflits et de travaux, ce trambus nommé désir. Le Tango + marque l’arrêt, ouvre ses portes et première surprise : il est plein ! « Ça commence bien », s’exclame une râleuse. On force le passage, on se serre et finalement ça rentre. Bien que le Nîmois aime la pluie, c’est connu, on pouvait sentir qu’il préférait l’intérieur du tram.

Carmen, venue de Marguerittes pour faire des courses à Nîmes, a préféré renoncer devant la pluie. Heureusement, le trambus étant gratuit, ce trajet ne lui a rien coûté. A part du temps

Le bus part. Lentement. A l’intérieur, on découvre des panneaux lumineux donnant des informations aux passagers. On apprend, par exemple, que le Tango+ est gratuit jusqu’au 31 décembre. Attention, les gens vont finir par s’habituer à ne pas payer. Mais, pour le moment, on ne pense pas encore à tout ça. On savoure. On profite. Comme Carmen qui vient de Marguerittes : « J’ai laissé ma voiture sur le parking de Caissargues et j’ai voulu tester ce nouveau trambus. C’est pas mal du tout. Je suis gagnante au niveau du temps de parcours. Et puis, il y a un truc qui est bien, c’est que l’on n’a pas besoin d’appuyer pour descendre. Le tram s’arrête automatiquement à chaque arrêt ».  En effet, à chaque station, on voit quelques personnes descendre et beaucoup d’autres monter. On est de plus en plus serré. Si la ville de Nîmes voulait de la chaleur humaine, c’est réussi !

Les images de l'intérieur du trambus

Entre les gouttes de pluie qui s’abattent contre la vitre du tram, on distingue les arènes, le terminus. Le chauffeur ralentit. Tout le monde descend. Les parapluies s’ouvrent. Ceux des passagers qui attendaient aux arènes se ferment. Ils montent dans le tram et repartent pour un tour.

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité