Actualité générale.ActualitésEconomieEconomie.

PREMIÈRE Chacun à sa façon, les présidents de l’Interconsulaire ont présenté leurs voeux

Photo DR/S.Ma

Ce jeudi 17 janvier, pour la première fois, trois des présidents de l'Interconsulaire (CCI de Nîmes - Uzès - Bagnols - Le Vigan, la CCI Alès-Cévennes, la Chambre d'Agriculture du Gard et la Chambre des Métiers et de l'Artisanat du Gard) étaient réunis pour la traditionnelle séance des vœux 2013 dans la grande salle de la SMAC Paloma à Nîmes.

Une première pour l'Interconsulaire qui n'a pas manqué d'originalité. Installés derrière leur pupitre, les trois présidents, Henry Douais (CCI de Nîmes), Serge Alméras (CMA 30) et Dominique Granier (Chambre d'Agriculture) -- Francis Cabanat, président de la CCI Alès-Cévennes a bénéficié d'un mot d'excuse pour raison de santé, Ndlr -- se sont mis en scène pour dresser le bilan de l'année 2012 et annoncer les objectifs 2013. Une mise en scène agrémentée de questions-réponses que se sont lancés les présidents comme dans une partie de ping-pong. Tout était bien préparé, il faut bien l'avouer, aucun piège à l'horizon.

Les yeux rivés sur leurs papiers, chacun a fait sa part du travail, à sa manière. Quand Dominique Granier vantait ce joli partenariat entre la Chambre d'agriculture, la Chambre des métiers et l'Union artisanale des maîtres boulangers qui a donné naissance à ce fameux pain intégralement fabriqué en circuit-court, Lou Pan d'Oc, Serge Alméras lui, comme à son habitude, appelait les consommateurs à "privilégier les produits locaux de manière à pérenniser nos emplois sur notre territoire." Le président de la CMA 30 est même allé plus loin dans son discours, interloqué par le nombre de chômeurs dans le département : "Ce sujet doit devenir un débat public. Dans le Gard, 55% des chefs d'entreprises n'ont ni employé ni apprenti. Si on estime que 5 à 10% d'entre eux pouvaient changer la donne, cela relancerait rapidement l'économie du département." Lisez entre les lignes, embaucher coûte trop cher. "Le coût du travail reste une priorité et le financement du social doit trouver d'autres ressources que le travail." C'est dit !

Henry Douais, le petit nouveau à la tête de la CCI de Nîmes, est revenu lui sur ces premiers mois de mandat mouvementés par des allers-retours devant le tribunal face à Éric Giraudier. "On a voulu tourner le dos à ces années de replis et aller de l'avant pour le bien des entreprises. Nous avons tenté de réveiller la belle endormie ! Nous avons ainsi établi les contours et les objectifs à atteindre avec notamment l'élaboration d'un plan stratégique 2012-2015."

2013, le coup de gueule de Dominique Granier

Si cette cérémonie était bien préparée, jusqu'à la virgule près dans les discours des trois présidents, il semble que Dominique Granier, ce soit un peu égaré, allant jusqu'à taper du poing sur le pupitre pour défendre les agriculteurs : "L'agriculture devrait être déclarée d'utilité publique. Parce que tout le monde doit manger trois fois par jour. Sans paysan, il n'y a pas de vie. Alors pour 2013, nous allons poursuivre notre travail pour une agriculture écologique et intensive puisque dans un futur proche, la France comptera 2 milliards de bouches en plus. Mais je me tourne vers vous, les Politiques, vous qui nous changez les lois tous les six mois, arrêtez ça, ou alors venez  travailler la terre, vous verrez qu'elle est basse ! Plutôt que de placer de l'argent public dans des ronds-points ou des bâtiments extravagants -- à ces mots, le président de la Chambre d'Agriculture du Gard, jette un coup d’œil sur les murs qui l'entoure : la SMAC Paloma (plus de 14 millions d'euros), Ndlr -- vous pourriez nous le distribuer pour le foncier, pour amener l'eau sur les terrains ou encore pour aider les jeunes agriculteurs à s'installer." L'ambiance s'en est trouvée quelque peu alourdie, jusqu'à ce que Serge Alméras lance tout penaud mais avec beaucoup d'humour : "Nous, nous tenions à vous remercier car vous avez investi dans notre Institut de formation !", un projet qui devrait pousser de terre d'ici 2016.

Le mot du président de la CCI Alès-Cévennes

S'il n'était pas présent hier, Francis Cabanat avait donné en début de semaine sa propre séance des vœux à Alès : "Nous avons vécu ces deux dernières années certes avec des accidents industriels comme Richard Ducros mais aussi de nombreuses réussites qui prouvent le dynamisme du premier territoire industriel du Languedoc-Roussillon. Quelques exemples : 5 400 reprises en 2005 contre 8 408 en 2012 avec 2 200 établissements industriels, c'est plus 118%. Un plan d'investissement industriel et d'embauche associée, exceptionnel dans cette période : 150 M€ (SNR, C2I, Rhodia, Merlin Gerin, CTI, LFB, SD Tech, SGAI...) permettant la création de 600 emplois directs et indirects de forte qualification. Un niveau de création élevé avec plus de 670 créations en 2012 et plus de 100 transmissions d'entreprises etc." Pour 2013, la CCI Alès-Cévennes se concentrera sur cinq axes stratégiques au-delà de ses missions habituelles : L'e-commerce et l'e-tourisme, la construction de filières courtes avec l'Interconsulaire, le développement des GPECT/EDEC de filières en local, en régional voire en interrégional comme la filière bois, l'aide au groupement de compétence "métiers" pour aider à la mutualisation des PME et la promotion de l'apprentissage "voie royale vers l'emploi."

Stéphanie MARIN

stephanie.marin@objectifgard.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité