Economie

SAINT-HIPPOLYTE « La société Jallatte, c’est une bougie qui se consume peu à peu ! »

Le 28 février dernier, les salariés de Jallate en grève s'étaient rendus jusqu'à la mairie de St Hippolyte du Fort où une délégation avait été reçue. Photo DR/RM
Le 28 février dernier, les salariés de Jallate en grève s'étaient rendus jusqu'à la mairie de St Hippolyte du Fort où une délégation avait été reçue. Photo DR/RM

C’est une victoire en demi-teinte pour les salariés de l’entreprise Jallatte (production de chaussures de sécurité) installée à Saint-Hippolyte-du-Fort. Les négociations avec la direction sont à présent terminées. Résultat 17 emplois ont été sauvés grâce à la pugnacité des salariés qui n’ont pas hésité à faire barrage devant les grilles de la société lorsque cela s’avérait nécessaire (lire notre article ici). « L’accord de principe fixé la semaine dernière (cliquez ici) a été respecté. Il y aura bien 35 départs volontaires accompagnés (une prime conventionnelle ainsi que des indemnités supra légales) des ouvriers âgé de 57 à 59 ans. Cela nous permettra d’aller jusqu’à la retraite en toute sérénité, précise Mario Albuixetch, porte-parole de l’intersyndicale, 57 ans, concerné par ce plan de départs anticipés. Mais nous sommes tout de même déçus, au même titre que les pouvoirs publics qui ont investi de l’argent pour aider la société. La direction n’a rien voulu entendre au sujet de notre projet pour faire valoir le Made in France. » Pour maintenir l’activité du site, le personnel avait dans l’idée de rapatrier à Saint-Hippolyte-du-Fort la production de 70 000 paires de chaussures qui sera finalement fabriquées en Tunisie. « Ce refus de la direction veut tout dire. Le site de Jallatte est voué à la fermeture. Cela se passera peut-être dans trois ou quatre mais ce sera inévitable si la direction ne relance pas sa production. La société Jallatte, c’est une bougie qui se consume peu à peu. » Le temps nous le dira…

S.Ma

Articles similaires

Un commentaire

  1. Jallatte et bien d’autres encore si nous ne sortons pas de ce libéralisme qui impose sa loi avec la complicité des appareils au pouvoir depuis des décennies en France.
    La gauche applique la même politique que la droite. D’ailleurs nous savons aujourd’hui que les ministres sont interchangeables.
    Les salariés qui ont misé sur le PS en sont pour leurs frais. Le gouvernement Ayrault comme celui de Fillon sont aux ordres de Bruxelles et de la city.
    La question d’un référendum concernant la sortie de cette UE est posée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité