A la uneActualité générale.Actualités

VOGUA MONSTRA. Avis de tempête occitane sur le Grau-du-Roi

Les percussionnistes du groupe "Zes pereiras de Lempdes"

Toute la semaine la station balnéaire de la petite Camargue a présenté de multiples festivités autour de la mer et de la culture occitane. Ce dimanche, les autochtones et touristes assistent aux derniers remous de la "Vogua Monstra".

Le rendez-vous est traditionnel. Habitants comme touristes en sont bien conscients. Ce midi, la foule s'est amassée doucement sur les quais du Grau-du-Roi pour assister au dernier jour du festival "Vogua Monstra", qui se tient depuis mercredi dans la station balnéaire. Pour ce final, les spectateurs ont osé volontiers les tongs et lunettes de soleil. Il faut bien admettre qu'Hélios a particulièrement gâté les Gardois cette semaine.

Joutes languedociennes, marché méditerranéen, animations de rues et défis d'équipes le long du canal… Cette manifestation culturelle, organisée à l'initiative de la ville, se donne pour ambition de promouvoir la culture locale et la cohésion sociale.

Association les "Farandoleurs cheminots Nîmois"

A la mi-journée, les appareils photos se sont vite levés lorsque l'association nîmoise "les Farandoleurs cheminots" a présenté, au son des percussions portugaises, ses calèches avec à l'intérieur de ravissantes Arlésiennes en habit d'apparat, des paysannes tout endimanchées, et de belles jeunes filles repérables à leur fichu blanc.

Sur le trottoir de la rive droite, Jeanette, est l'une des plus vieilles commerçantes de la ville : "C'est magnifique. Ce nous rappelle nos coutûmes, le bon temps ! Vous savez, maintenant, ça ne rime plus à grand chose" . A ses côtés, Marise regarde elle aussi d'un bon oeil la scène : "C'est vrai qu'aujourd'hui ça a changé. Tenez par exemple, avant les gardians étaient obligés de porter tous les jours la veste en velours avec ses doublures rouges en satin et le pantalon en peau de taupe. Aujourd'hui, certains ne le font plus, alors les plus traditionnels râlent…". Une chose est sûre : tant que la ville  regorgera de traditionalistes attachés au passé et de modernes ouverts judicieusement sur le présent, les taureaux seront bien gardés !

Une arlésienne.

 

Les jeunes filles.
Le public au rendez-vous.

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité