EconomieEconomie.

ALÈS Le doux parfum de la rentrée se fait déjà sentir dans les magasins

Myrtille et sa maman Maryline se préparent déjà à la rentrée. Photo DR/S.Ma
Myrtille et sa maman Maryline se préparent déjà à la rentrée. Photo DR/S.Ma

2013. D'après le ministère de l’Éducation nationale, plus de 5 400 000 d'écoliers, collégiens, lycéens et étudiants, feront leur rentrée dès septembre. Au 31 juillet, le mois de septembre semble bien loin. Peut-être, mais tandis que certains se détendent les pieds dans l'eau, d'autres foulent le carrelage froid des supermarchés, une liste longue de plusieurs dizaines de fournitures à acheter dans les mains. Là, il est loin le temps des vacances, les visages sont fermés, les yeux balayent le moindre mètre carré du rayon pour trouver les stylos, les feuilles, les classeurs etc, réclamés par les écoles. Ces mêmes écoles qui pour la plupart, anticipent aussi en donnant aux parents la liste des fournitures scolaires dès la fin du mois de juin. On imagine tous la maîtresse, un air narquois imprimé sur le visage, remettant la feuille précieuse aux parents, un peu comme si elle avait envie de leur dire : "Bonnes vacances et surtout amusez-vous bien. Pensez à bien prendre le stylo feutre V-Sign Pen 2 mm, que vous ne trouverez bien sûr que dans des magasins spécialisés..."

Sans aller jusque-là, il y a tout de même quelques bizarreries dans ces fameuses listes comme le souligne Miriana, 34 ans, maman du jeune Enzo, 9 ans, rencontrée dans le rayon fournitures scolaires installé depuis la mi-juillet dans l'hypermarché Cora à Alès. "On me demande d'acheter des feutres fins et des feutres pinceaux... En CM1, quelle différence peut-on faire entre ces feutres et des ordinaires ?" Même si elle se pose toujours la question, l'Alésienne prendra ses deux versions de feutres "pour ne pas faire culpabiliser mon enfant si jamais il est le seul à ne pas les avoir." Car au delà d'être un simple outil de travail, le stylo, l'agenda, mais aussi et surtout le cartable est un marqueur social, les marques l'ont bien compris.

Oui mais voilà, la crise est passée par là puis est repassée par ici et les parents font un peu plus attention à leur budget rentrée. A l'instar de Maryline, 41 ans, qui accompagnera dès le mois de septembre, Myrtille, 6 ans, pour sa première rentrée à l'école élémentaire. La petite fille a déjà son cartable rose accroché dans son dos, elle en est fière, elle l'a choisi elle-même. "Elle a pris celui qu'elle voulait mais le reste, j'ai choisi moi-même", une façon de freiner les dépenses qui chiffrent déjà à près de 100 euros. Pour les vêtements de la rentrée, Maryline et Myrtille ont encore un peu plus anticipé, elles ont fait les soldes !

Les courses pour la rentrée au mois de juillet, n'a rien à voir avec celles de septembre. "Il y a moins de monde et on a plus de choix" explique, Christophe, le papa d'Elodie, 10 ans, toujours la tête dans les copies simples et copies doubles. Des avantages qui font que tout va plus vite. En moins d'une heure, le papa et sa fille devraient avoir mis fin à la corvée. Là encore, à la caisse, le montant devrait approcher la centaine d'euros.

Il faut savoir que le rayon fournitures scolaires de Cora, soit 300 m² de stylos, colles, gommes, calculatrices, règles, cahiers, classeurs etc, représente entre le mois de juillet et le mois d'août, près de 30% du chiffre d'affaires annuel de l'hypermarché. Une rentrée à ne pas rater donc !

S.Ma

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité