A la uneActualité générale.ActualitésEconomieEconomie.

PARC EXPO NÎMES. La CCI reprend la gestion du site et fixe ses ambitions

D.R/C.M
D.R/C.M

Ce matin, le maire de Nîmes et le président de la CCI de Nîmes ont officiellement signé une convention, qui confie la gestion du site à la chambre consulaire. Objectif : accroître le nombre de salons et autres manifestations sportives pour faire du Parc des expos un véritable outil de développement local.

D.R/C.M
D.R/C.M

Voilà qui est fait… Ce matin, la mairie de Nîmes par la plume du sénateur-maire Jean-Paul Fournier et de celle du président de la CCI, Henry Douais, ont officiellement entériné une convention qui délègue la gestion du Parc des expositions à la chambre consulaire.

"C'est un partage des responsabilités. La CCI se charge à présent de la réussite économique de l'équipement et la mairie des infrastructures à améliorer", explique le directeur général de la CCI, Vincent Martin. D'ici 2015, la municipalité doit mettre sur la table 800.000 euros afin de réaliser des travaux de mise en sécurité et de régulation de fluides (chauffage et climatisation).

Géré auparavant par l'association de la foire, l'activité du Parc des expos était déficitaire... "Il a fallu aussi combler un vide juridique. L'association ne pouvait plus continuer à gérer ce lieux, le contrat de concession arrivant à son terme.  Et les institutions publiques ne peuvent plus subventionner le lieu", ajoute Vincent Martin.

Nouveautés. La CCI s'est alors portée candidate pour faire entrer l'exploitation de l'établissement dans un projet, en créant une commission. La durée de la convention est de quatre ans, renouvelable. "Nous avons une nouvelle stratégie de développement qui devient l'un des grands projets de ma mandature", avance Henry Douais. Deux axes "complémentaires" ont été présentés : assurer la continuité des manifestations historiques (Nimagine; Bijoutiful; salon des Antiquaires), tout en développant le Parc avec de nouvelles manifestations. Objectif :  faire de l'infrastructure un acteur majeur du développement local. Et pourquoi pas "un pole d'activité régional et national", rajoute le maire.

Avec 30 manifestations par an, le Parc des expos tourne à bas régime. "Nous aimerons multiplier le nombre d'événements", lance Henry Douais, faisant état de quelques prochains salons : le salon de la retraite, des sports extrêmes, des jeux vidéos et nouvelles technologies, un salon du tatouage ... Reste que l'établissement pourrait être victime de son succès, en raison du nombre de places de parking peu élevées.

"C'est vrai que les gens se garent parfois un peu n'importe où", reconnait Jean-Paul Fournier. "La taille du boulodrome, construit sous Alain Clary, a été un erreur d'urbanisme (…) Si on avait eu cet espace, ça aurait été mieux", remarque le premier adjoint Franck Proust, qui n'est pas avare d'une petite pique politique en ce lundi matin…

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

3 réactions sur “PARC EXPO NÎMES. La CCI reprend la gestion du site et fixe ses ambitions”

  1. Tant mieux si l’on a enfin un parc des expos digne de Nîmes.
    Et pourtant il y a à peine 1 mois on vantait le skate park construit sur le site du boulodrome à grands renforts d’inauguration!
    Ce qui est bon un jour ne l’est plus le lendemain?
    A vouloir trop critiquer on devient schizophrène

  2. La taille de la piscine dite olympique construite sous Jean Paul Fournier, a été une erreur d’urbanisme [:o)) « la municipalité doit mettre sur la table 800.000 euros afin de réaliser des travaux de mise en sécurité et de régulation de fluides (chauffage et climatisation) ». Les termes sont tellement bien choisis (la régulation de fluides) qu’ils ressemblent à de la vaseline. Entre musée de la romanité et autres petites surprises le Fournier va dépasser son maître Bousquet qui aimait bien l’ardoise.

  3. A l’adresse de Franck Proust qui n’est pas avare d’une petite pique politique: les 800.000 euros afin de réaliser des travaux de mise en sécurité et de régulation de fluides (chauffage et climatisation), j’espère qu’à ce prix là vous refaites un quartier de Nîmes ou alors vous êtes de très mauvais négociateurs !.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité