A la uneActualité générale.ActualitésInsolitePersonnalités.Société

GARD. La romanisation de Nîmes face caméra !

DSC_0189
Pierre Stine à droite) à la réalisation du deuxième film-documentaire projeté à la Maison carrée de Nîmes dès le mois de mars 2014. Photo DR/S.Ma

Comps, dimanche 13 octobre, troisième jour de tournage. Depuis vendredi, Nîmes révèle son passé devant les caméras du réalisateur Pierre Stine (aussi réalisateur de "Rendez-vous en terre inconnue" avec Frédéric Lopez) pour les besoins d'un film-documentaire de 22 minutes. Co-produit par Culturespaces et la société Gédéon, il sera projeté à la Maison carrée à Nîmes dès le mois de mars 2014. 

Vendredi au Mas des Tourelles à Beaucaire, samedi dans les arènes de Nîmes, voilà que ce dimanche, toute l'équipe de tournage ainsi que les acteurs, figurants, reconstituteurs historiques avec en chef de file Eric Teyssier, historien, maître de conférences à l'Université de Nîmes, se sont installés le long des bords du Gardon, à quelques centaines de mètres des arènes de Comps. Un sacré remue-ménage qui n'a pas manqué de titiller la curiosité des Compsois venus par hasard se balader souvent en compagnie de leur chien. Quelle ne fut pas leur surprise de découvrir un camp romain installé là, entre quatre arbres, et de pouvoir apercevoir, de loin, Jules César incarné dans toute son arrogance par l'acteur Norbert Haberlick (Plus belle la vie, entre autres). Là se joue, la rencontre entre l'Imperator Caius Julius Caesar Divus et Adgennix (joué par Jean-Luc Féraud), ancêtre de Macrinus, un guerrier gaulois qui va devenir romain et se battre contre Vercingétorix. "Au travers de ces histoires, il s'agit de raconter comment Nîmes est devenue gallo-romaine" précise Mickaël Couzigou, directeur de Culturespaces, qui a lui aussi été mis à contribution "pour jouer le rôle d'un esclave". Pas de place pour l'improvisation, tout est pensé et repensé pour coller au plus près des mœurs de l'Antiquité, Eric Teyssier veille au grain quitte à imposer des phrases en latin un peu trop pompeuses au goût du réalisateur et pourtant essentielles pour l'historien.

"Silence s'il vous plaît... Ça tourne !" Tandis que d'un côté les prises de vue se multiplient, de l'autre, les figurants, pour la plupart des habitués de la grande messe des Grands Jeux Romains organisés par Culturespaces, en tous cas ceux qui se sont glissés dans les costumes des soldats de la Légion romaine s'entraînent à jeter leur pilum (lance romaine), le scutum (bouclier) plaqué contre le corps et cela encore une fois sous le regard attentif d'Eric Teyssier et des rires moqueurs des guerriers gaulois. C'est de bonne guerre !

Dès demain, les caméras s'installeront dans le Bois des Espeisses à Nîmes avant de partir direction Rome dans les studios cinématographiques italiens, Cinecittà. "A compter de jeudi et ce pendant cinq jours, nous allons tourner dans les décors de la série RomeCela nous permettra de montrer Nîmes à l'époque de l'Antiquité" ajoute Mickaël Couzigou. Après les dix jours de tournage, viendra le temps du dérushage, du montage etc, jusqu'à la première projection du film documentaire en mars 2014 à la Maison carrée mais peut-être pas seulement. Car Gédéon, spécialiste dans la production de documentaires pour des chaînes de la télévision française, ainsi que Culturespaces sont en pourparlers avec France Télévision pour la réalisation d'un documentaire sur l'histoire des gallo-romains de 52 minutes. Chut, silence, ça tourne...

En images

Stéphanie MARIN

stephanie.marin@objectifgard.com

Etiquette

1 commentaire sur “GARD. La romanisation de Nîmes face caméra !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité