A la uneActualité générale.ActualitésSociété

GARD. L’hommage à Bernadette Lafont en 352 pages

Photo DR/S.Ma
Photo DR/S.Ma
Bruno Doan, l'éditeur du livre écrit par Bernard Bastide, "Bernadette Lafont, une vie de cinéma". Photo DR/S.Ma

Bernadette Lafont, décédée le 25 juillet dernier, n'en n'aura vu que la maquette. Ce lundi 21 octobre, toutes les bonnes librairies du Gard jusqu'à Paris, installeront dans leur vitrine, ce livre de 352 pages exclusivement dédié à Bernadette Lafont et à ses 50 années de passion pour le cinéma. "Ce livre me semble-t-il devrait être comme un train en marche : l'Orient-Express ou le Transsibérien, qui embarquerait le lecteur pour un long voyage immobile à travers des contrées imaginaires et à la rencontre des personnages inventés et incarnés par des comédiens extraordinaires grâce à B.B. (Bernard Bastide, Ndlr) et B.D. (Bruno Doan, Ndlr) ce rêve s'est réalisé" écrivait Bernadette Lafont à propos de cet ouvrage publié aux éditions Atelier Baie.

Cette aventure a débuté il y a deux ans. Bernard Bastide, un écrivain nîmois installé à Paris se met en tête d'écrire un livre-souvenirs sur son amie de longue date maintenant Bernadette Lafont. La comédienne à la voix chaude et au regard rieur, il l'avait rencontrée à Nîmes, en juillet 1987, alors qu'elle donnait des cours de cinéma. Un regard, un sourire qui au fil des années deviendront complices, à tel point que Bernadette Lafont lui ouvrira ses tiroirs avec ses trésors, des lettres, photographies, extraits de scénario et objets, témoins d'une vie passée devant les caméras ou sur les planches, malgré quelques passages à vide. Bruno Doan, c'est l'éditeur. Lui aussi installé à Nîmes, il se souvient de cette femme "au charme fou, dynamique, passionnée, généreuse. Je suis allée plusieurs fois chez elle à Saint-André-de-Valborgne. J'ai toujours été accueilli avec générosité. C'était quelqu'un qui avait une réelle joie de vivre, on s'amusait vraiment. C'était du travail certes, mais surtout un plaisir car elle nous donnait confiance, malgré les doutes, elle nous tirait toujours vers le haut." Ainsi, tous trois ont plongé dans les panières d'archives personnelles de la comédienne pour en dénicher des perles comme ces correspondances avec sa mère alors qu'à 18 ans, elle venait de se marier avec Gérard Blain et s'était installée à Paris. "Sa mère lui avait fait promettre de lui écrire tous les jours. Ainsi de 1956 à 1960, elle va raconter à sa mère installée à Saint-André-de-Valborgne, sa vie à la capitale, ses premières rencontres avec François Truffaut et Claude Chabrol, son premier tournage mais aussi les belles toilettes des Parisiennes etc. C'était très émouvant de découvrir ces lettres conservées par sa mère, dans lesquelles elle racontait les choses avec des yeux de novices."

Vous vous doutez bien que l'auteur et l'éditeur ont dû faire des choix. "Ce livre aurait pu faire bien plus que 350 pages, s'amuse Bruno Doan. Nous avons choisi de montrer un large éventail des rôles qu'elle a incarné tout au long de sa carrière, de la rebelle que l'on connaît tant à des personnages plus légers ou plus durs. Bernadette Lafont, au travers de multiples entretiens avec Bernard Bastide, raconte ces rôles, ses rencontres avec les comédiens et réalisateurs." L'un de ses derniers témoignages à jamais gravé sur le papier que Bernard Bastide et Bruno Doan présenteront ce dimanche 20 octobre à Fons-outre-Gardon à l'occasion de la Journée du Livre.

Bernadette Lafont, une vie de cinéma - Parution aux Editions Atelier Baie le 21 octobre 2013 - 352 pages - 49€.

S.Ma

Publicité
Publicité
Publicité

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité