A la uneActualité générale.Actualités

NÎMES. Droit d’Asile : « L’étranger n’est pas un danger », assure l’ASSF

D.R/P.M
D.R/P.M
D.R/P.M

En pleine affaire Léonarda, l'association ASSF interpelle à nouveau l'opinion publique et les responsables politiques sur les conditions d'accueil des demandeurs d'asile. A Nîmes, près de 80 familles hébergées à l'Acotel sont dans l'attente...

D.R/P.M
D.R/P.M

Des cris de joie et des bouilles d'enfants aussi barbouillées que leurs dessins. Bienvenue à l'Acotel, qui héberge un peu moins de 100 personnes, dont une quarantaine d'enfants. Un hébergement à titre humanitaire financé par le conseil général du Gard.

Le samedi, place aux devoirs pour les plus âgés. Les jeunes, eux, scolarisés en maternelle ont des activités bien plus reposantes : le dessin et la pâte à modeler ! "A 9h, ils font déjà le pied de grue devant la salle, en attendant les bénévoles de l'association", se réjouit Corinne Michel, membre du réseau RESF et de l'association ASSF (Association de Soutien Scolaire Sans Frontière). Principalement composée de professeurs et de bénévoles d'autres associations, l'ASSF tente d'accompagner parents et enfants, venus trouver asile en France.

"Nous avons surtout des Tchétchènes, des personnes d'Europe de l'Est, mais aussi d'Afrique du Nord", poursuit la militante associative qui tente, avec toute l'équipe, de sensibiliser l'opinion sur ces familles dans l'attente de leur droit d'asile. Parmi les engagés, le député Christophe Cavard qui, via sa réserve parlementaire, va attribuer 1.800 euros à l'association afin qu'elle puisse acheter trois ordinateurs et un rétroprojecteur.

D.R/P.M
D.R/P.M

Affaire Léonarda. En pleine polémique sur l'affaire Léonarda, cette Rom Kosovare de 15 ans remise à la police au cours d'une sortie scolaire avant d'être reconduite à la frontière, l'appel de l'association nîmoise n'a que plus d'échos. "L'Affaire Léonarda a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Les mobilisations importantes, résultent d'un raz-le-bol ! L'étranger n'est pas un danger, au contraire. Il peut s'intégrer en harmonie avec notre société", ajoute Corinne.

A ses côtés, la petite Tchéchéne Indira, passionnée par le coloriage, ne se lasse pas de montrer ses chefs-d'oeuvre. "Mon plus beau souvenir, c'est l'histoire du petit Moukamed, 8 ans. Il était tellement renfermé sur lui à cause de ses difficultés pour apprendre la langue et de l'angoisse de sa famille terrorisée à l'idée d'être reconduite à la frontière… Avec l'aide des bénévoles, il a pu surmonter tout cela", témoigne Corinne.

L'angoisse, les enfants l'absorbent comme des éponges. "Parfois, il y a la PAF (Police de l'Air et des Frontières) qui préviennent les familles qu'ils vont venir les chercher. Cela peut être très stressant", assure-t-elle. Alors, dans un grand cri du coeur, l'association appelle les pouvoirs publics à "faire quelque chose".

Longues et complexes, les procédures de demande d'asile "poussent parfois les familles à vivre dans la rue, puisqu'elles ne sont pas tout de suite prise en charge par la préfecture. C'est cela le plus traumatisant pour les enfants". Cet après-midi, le président François Hollande s'est exprimé suite à l'affaire Léonarda. Il a annoncé prochainement la préparation d'une réforme sur le droit d'asile.

D.R/P.M
D.R/P.M

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

 

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Articles similaires

3 commentaires

  1. Si l’ASSF indique que l’Etranger n’y est pas un danger alors nous allons peut être devoir nous en convaincre; ce n’est pas gagné pour autant et tout dépend des cas de figure !

    La notion ou le terme d’Etranger n’a pas la même consonance lorsqu’on s’y assume en tant que tel ou pas
    Le mot danger n’est il pas un peu fort dans ce cadre ? c’est probable ….

    Il reste malgré tout plus intéressant et agréable à tous points de vue d’accueillir dans un pays quel qu’il soit, des Etrangers qui y sont des touristes, qui économiquement vont y apporter leurs contributions en y consommant pendant leurs séjours et en y échangeant culturellement parlant !

    Inversement, il faut bien admettre qu’accueillir des Etrangers qui ne peuvent s’assumer, qui sont à la charge de la communauté qui les accueille, demeure un coût, un poids, ce n’est pas forcément pour autant, une démarche aussi bénéfique que l’on souhaite nous le faire entendre !
    De là à considérer qu’il s’agit d’un danger c’est discutable … de la à nier les charges qui nous incombent c’est ne pas admettre la réalité !
    Nous avons notre lot de misères en interne, d’importantes carences et de nombreux déficits, il serait grand temps de nous donner pour priorité de palier à nos propres difficultés, au delà s’il nous reste du temps, de l’énergie et des moyens, parce que et oui tout passe par la finance… alors pourquoi pas, nous occuper de ces Etrangers, leur proposer asile et assistance – mais il y a encore beaucoup de chemin semé d’embuches à parcourir pour nous citoyens Français que nous sommes, soyons propres en interne, balayons devant nos portes nous passerons aux autres un peu plus tard, soyons tout simplement honnêtes et clairvoyants envers nous mêmes, ce sera déjà pour chez nous une belle avancée !

  2. Quand les journalistes seront-ils un peu critiques ( feront leur métier) à propose de ces associations? ( par exemple qui finance, combien de membres? Qui vivent où?)

  3. La question n’est pas de classer les personnes d’ou qu’elles viennent c’est plutôt une question de droit. Essayez de tenter d’arrêter de colporter le discours des gouvernements successifs sur les déficits et carences qui curieusement seraient tombées du ciel. Les déficits sont provoqués par des choix politiques qui assèchent les différentes caisses de la sécurité sociale ou de retraite…au profit des bénéfices d’une poignée.

    Vous pouvez mettre des murs et des barrières, il y aura toujours des personnes qui voudront fuirent un pays tenu par une dictature, une guerre, le racisme ou un problème écologique. Vous croyez toujours que des personnes fuient leur pays par plaisir. Par contre, vous ne remettez pas en cause l’occupation militaire ou économique de la France dans plusieurs pays du monde. Souvent dans ces pays, les conditions de vies sont abominables surtout pour la classe ouvrière. Elles sont donc aussi le résultat de l’action de la France ou de patrons français qui en ponctionnent la création de richesse…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité