A la uneActualité générale.Actualités

ALÈS L’agglomération a ses 15 nouveaux vice-présidents

Les 15 vice-présidents de l'agglo ont été élus ce soir. Photo DR/E.B.
Les 15 vice-présidents de l'agglo ont été élus ce soir. Photo DR/E.B.

Après la réélection la semaine dernière de Max Roustan à la tête de l'agglomération d'Alès, ce sont ce soir ses 15 vice-présidents qui ont été élus par les 88 conseillers communautaires.

L'ordre du jour de ce second conseil de communauté était plutôt chargé. Le premier gros morceau consistait à élire à bulletins secrets les 15 vice-présidents qui étaient 55 jusqu'alors. Avant que la séance ne commence et suite à la déclaration de Benjamin Mathéaud lors de l'élection du président le 17 avril, Max Roustan a demandé au public "d'écouter en silence les observations des élus pour éviter les déboires de la semaine dernière". Après quoi il a égrainé les noms des 15 futurs vice-présidents préalablement sélectionnés et inscrits sur une liste avant le vote. Les votants n'avaient plus qu'à rayer les "indésirables".

Suite à cette annonce, le conseiller municipal d'opposition Benjamin Mathéaud s'est "étonné que la troisième grande commune (Saint-Hilaire-de-Brethmas, Ndlr) ne soit pas représentée au sein des vice-présidents" et a également regretté "le peu de vice-présidentes". En effet, la conseillère municipale d'Alès Valérie Meunier est la seule femme parmi les quinze candidats.

Les 88 conseillers communautaires sont ensuite passés dans l'isoloir et certains n'ont pas hésité à barrer les noms qui ne leur convenaient pas, en particulier ceux de Claude Cerpedes et Alain Beaud, respectivement maires de Saint-Martin-de-Valgalgues et de Saint-Sébastien d'Aigrefeuille. Tous deux ont comptabilisé 76 voix. Sans commentaires, les résultats du vote ont laissé place à l'élection des membres du bureau de communauté, dont le nombre est fixé à 53. Une nouvelle fois, Benjamin Mathéaud a souligné l'absence "de la troisième grande commune" en rappelant au président qu'il avait affirmé en conseil municipal "que les 50 communes seraient toutes représentées dans l'agglomération. Or, il n'y en a que 49". Et Max Roustan de rétorquer : "Si vous vous êtes aperçu avec l’œil attentif que vous avez qu'il manque un maire, seul monsieur le maire peut assurer sa défense".

Les 53 candidats réélus, les nombreuses délibérations se sont poursuivies avec notamment un autre vote à bulletin secret sur la constitution d'une commission d'appel d'offres et d'un jury de concours, la constitution d'une commission de délégation de service public et la constitution d'une commission consultative de services public locaux.

Les noms des 15 vice-présidents

Jalil Benabdillah, élu Alès ; Valérie Meunier, élue Alès ; Aimé Cavaillé, élu Alès, Pierre Martin, élu Alès ; Jean-Charles Bénézet, Saint-Christol-lès-Alès ; Philippe Ribot, Saint-Privat-des-Vieux ; Claude Cerpédès, Saint-Martin-de-Valgalgues ; Bonifacio Iglesias, Anduze ; Michel Ruas, Saint-Jean-du-Gard ; Eric Torreilles, Lézan ; Christian Teissier, Méjannes-lès-Alès ; Claude Bonnafoux, Saint-Maurice-de-Cazevieille ; Jean-Luc Aigoin, Saint-Jean-de-Serres ; Alain Beaud, Saint-Sébastien-d'Aigrefeuille ; Hervé Grimal, Seynes.

E.B.

 

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

2 réactions sur “ALÈS L’agglomération a ses 15 nouveaux vice-présidents”

  1. Je pensais avoir tout vu avec l’Agglo d’Alès mais là , ce soir, lors de la séance à la Halle aux Sports : on atteint un
    niveau d’écœurement sans précédent.
    Non seulement St Hilaire ( 4ème commune de l’Agglo sur 50 et second contributeur) n’a pas de poste de vice-président contrairement aux 3 autres communes de taille comparable, St Privat, St Christol et St Martin mais en plus Roustan a viré Jean-Michel Perret , le maire de St Hilaire du Bureau de la communauté appelé Conseil des maires parce qu’il est effectivement composé de tous les maires. Donc ce Bureau comporte 49 maires sur 50, manque juste Perret. Ce qui est totalement anormal comme l’a relevé Mathéaud. A l’évidence, Roustan-Rivenq ( le seigneur et son cardinal) ont fait payer par cet oukase, à JM Perret son audace à avoir osé se présenter à la présidence. On pouvait penser que les maires un peu solidaires n’auraient pas accepter qu’un de leur collègue soit mis en quarantaine. Et bien non , ils se sont tus eux aussi. Du coup juste une poignée de bulletins blanc ou nuls et plus de 80 pour une liste sans Perret. Et pourtant il n’y avait pas de baïonnettes pour les faire valider le « sale coup » de Roustan. On n’était pas non plus à Vichy le 10 juillet 1940 quand il fallait voter les pleins pouvoirs à Pétain dans une ambiance difficile , dangereuse. L’Agglo lamine vite les oppositions, les élus ont une forte propension, à se coucher ou se faire acheter.
    Je précise que je dirai la même chose si un maire de droite voire FN avait été ostracisé.

    Dommage que St Hilaire de Brethmas ne puisse sortir de l’Agglo et soit piégé. Une Agglo qui tourne comme chacun sait au profit de la ville principale, Alès, et ce n’est pas prêt de s’arrêter.

  2. Effectivement un seul ose s’opposer à la toute puissance du maire d’ALES et il le paye par son absence au bureau ce qui est un scandale total comme évidemment les indemnités injustifiables de ces quinze vice-présidents choisis à l’avance pour leur capacité à se fondre dans le moule et ne pas faire de vague.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité