A la uneActualités Gard.

ST-QUENTIN. La braderie des potiers toujours aussi populaire

Sur l'un des stands de la braderie de St Quentin. DR/EL
Sur l'un des stands de la braderie de St Quentin. DR/EL

Comme chaque année depuis 24 ans, St-Quentin accueille aujourd'hui la braderie des potiers, qui attire plusieurs milliers de personnes, passionnés ou simples curieux.  Le public est une nouvelle fois venu nombreux pour dénicher la bonne affaire.

St-Quentin-la-Poterie ne porte pas son nom par hasard. Traditionnel village de potiers et de céramique du Moyen-Age au début du XXe siècle, son activité a décliné puis a repris dans les années 70 avec de nouveaux artisans et de nouvelles techniques. Aujourd'hui, 27 potiers exercent toute l'année dans le village, chacun se complétant dans des styles différents. Mais le savoir-faire a un coût et la braderie annuelle permet à la confrérie de St-Quentin de démocratiser son artisanat tout en se débarrassant des fins de série ou des objets avec des défauts.

Une nouvelle fois ce matin, des dizaines d'amateurs de la région et de toute la France ont attendu pendant une heure l'ouverture pour dénicher leur coup de cœur à moindre prix. Plus de 4000 pièces créées par 21 potiers de St-Quentin et d'ailleurs les attendaient dans un méli-mélo de céramique, faïences et autres sculptures. "Toutes les pièces sont volontairement accumulées au hasard pour permettre un mélange des styles et donner sa chance à tous les potiers. Ça évite d'être coincé derrière son stand", explique François Mandin, installé depuis 2003 dans le village et membre de l'association qui gère l’événement.

Cette braderie marque le début de la saison pour les artisans du village qui vendent surtout pendant la période estivale. "C'est un moment important pour nous. Ça nous permet de vendre ce qu'on entasse dans nos ateliers et qu'on ne peut céder à prix coûtant, soit parce qu'il y a un défaut, soit parce-que ce ne sont pas des pièces réussies. Certaines sont bradées trois fois moins cher", ajoute-t-il.

A l'issue de cette journée, comme chaque année, 5% de la cagnotte sera mise de côté pour un fonds de solidarité à destination des potiers en difficultés, souvent pour des raisons de santé. Il a notamment permis d'aider il y a quelques mois la famille d'un potier décédé.

 

Etiquette

Eloïse Levesque

Eloïse Levesque, journaliste diplômée de l'université de droit et de science politique de Montpellier, à Objectif Gard depuis mars 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité