Actualités Gard.

ANDUZE. Quand les jeunes délaissent les collections de monnaies

 

Ce vendeur est un amateur devenu professionnel à mi-temps. DR/EL
Ce vendeur est un amateur devenu professionnel à mi-temps. DR/EL

Une vingtaine d'exposants vendaient leur collection de pièces, de timbres et de cartes postales aujourd'hui à Anduze, lors de la 5e bourse de monnaie du village. L'occasion pour le club de numismatique cévenol d'essayer notamment d'attirer les jeunes à s’intéresser à cette activité. 

Sur place, dans le centre ville d'Anduze, on apprécie rapidement de la moyenne d'âge des passionnés de pièces de monnaie, qui ont souvent largement passé la cinquantaine. De fait, sur 135 adhérents, le club numismatique cévenol ne compte que 15 membres de moins de 35 ans, au désespoir de Stéphane Blanchard, bénévole au sein de l'association : "La philatélie a une bien meilleurs image. On reçoit les timbres sur la carte postale de notre tante partie en Asie, ça fait voyager. Mais pas les pièces. D'abord, la plupart des jeunes ignorent ce qu'est un numismate", affirme-t-il. Et d'ajouter : "Auparavant, il y avait de belles gravures sur les pièces, et les certains billets ressemblaient à de véritables tableaux, pas à des billets de monopoly comme c'est le cas aujourd'hui. Ça n'aide pas les nouvelles générations à s'y intéresser", assure le collectionneur originaire de Lézan spécialisé dans les anciens francs. "Aux Etats-Unis, il y en a davantage mais c'est plus professionnel aussi. S’intéresser à la monnaie, c'est aimer l'histoire, la géographie, et même les maths. Mais les jeunes ne voient pas cet aspect".

Philippe Molines, président  du club numismatique cévenol, avec une médaille d'Alès. DR/EL
Philippe Molines, président du club numismatique cévenol, avec une médaille d'Alès. DR/EL

Le club essaie donc aujourd'hui de montrer à ceux qui prêtent attention à ces collections, tout l’intérêt personnel de posséder des pièces qui rappellent une histoire, une famille, une région, un vécu, comme il l'a fait à St Chaptes la semaine dernière, lors d'une exposition. D'autant que monter une collection ne coûte cher que si l'on cherche les grandes raretés. "Une pièce éditée à grand tirage sous l'époque romaine ne vaut pas plus de 30€", souligne le président du club Philippe Molines.

Etiquette

Eloïse Levesque

Eloïse Levesque, journaliste diplômée de l'université de droit et de science politique de Montpellier, à Objectif Gard depuis mars 2014

1 commentaire sur “ANDUZE. Quand les jeunes délaissent les collections de monnaies”

  1. Voilà une belle initiative : faire aimer cette si belle passion qu’est la numismatique!

    Personnellement, j’ai commencé à 7 ans en récupérant quelques pièces dans le tiroir de chez ma grand-mère et, à plus de 30 ans, je collectionne encore aujourd’hui.

    Clairement, la numismatique est vraiment un loisir des plus enrichissants et beaucoup de jeunes prendraient beaucoup de plaisir si seulement ils pouvaient s’y intéresser!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité