A la uneActualitésPolémique.PolitiquePolitique.

INDIGNE Découvrez les conditions de vie de Louise, 81 ans, habitante du Mas de Mingue

La cuisine de Louise. Photo TD
La cuisine de Louise. Photo TD

Rue Montaigne au Mas de Mingue. La porte de Louise, petit brin de femme de 81 ans, s’ouvre lentement. Chaque centimètre laisse échapper une odeur insoutenable, un mélange de renfermé et de saleté. Sur le pallier, Jean-Paul Fournier, sénateur-maire de Nîmes, Thierry Procida, conseiller général du canton Nîmes II et Marc Taulelle, adjoint au maire, marquent un mouvement de recul. On les comprend. Il fallait avoir le cœur bien accroché ce jeudi matin pour pénétrer dans ce capharnaüm. Louise, elle, sourit. L’octogénaire semble ravie que l’on s’intéresse enfin à elle, à ses conditions de vie. Elle voit probablement en ces visiteurs une once d'espoir.

La salle de bain de Louise. Photo TD
La salle de bain de Louise. Photo TD

A mesure qu’il découvre le T4 d’une cinquantaine de mètres carrés géré par Habitat du Gard, le visage de Jean-Paul Fournier se décompose. Sur les murs sans vie, des cafards font la course. La cuisine est vieille, sale, répugnante. La salle de bain est impraticable : la vaisselle dans l’évier et les casseroles dans la baignoire côtoient un tube de shampooing, objet qui rappelle la présence d’une salle de bain. Sur les murs, des fils électriques pendouillent de manière anarchique et sans la moindre protection. La tutrice de Louise enfonce le clou : « Il n’y a pas d’eau dans la cuisine. L’évier est bouché. Louise a passé deux hivers sans chauffage et sans eau chaude. C’est révoltant ».

Un cafard navigue entre les toiles d'araignées et les fils électriques. Photo TD
Un cafard navigue entre les toiles d'araignées et les fils électriques. Photo TD

Pour sortir l’octogénaire de cet enfer, la tutrice a frappé à toutes les portes : le bailleur Habitat du Gard, les services d’hygiène, la députée Françoise Dumas… « Mais tout le monde se renvoie la balle », déplore-t-elle avant de continuer : « On demande à ce que l’appartement soit remis en propreté et qu’Habitat du Gard fasse certains travaux d’électricité parce que ça peut prendre feu à tout moment ».

Jean-Paul Fournier et Marc Taulelle découvrent les caves du Mas de Mingue avec Mohammed Jaffal et Elisabeth Aït-Amara, président et vice président de la Confédération du Logement. Photo TD
Jean-Paul Fournier et Marc Taulelle découvrent les caves du Mas de Mingue avec Mohammed Jaffal et Elisabeth Aït-Amara, président et vice président de la Confédération du Logement. Photo TD

Sorti de l’appartement pour visiter les parties communes du quartier, Jean-Paul Fournier a l’air grave : « Je suis abasourdi qu’on laisse vivre des personnes dans de telles conditions. On n’y mettrait pas des bêtes ! Je demande à M. Bouad (président d’Habitat du Gard, NDLR) de venir ici ». Interpellé par une habitante du quartier, le sénateur-maire de Nîmes fait part de son impuissance : « On ne peut rien faire ici. Ce n’est pas à nous. Même les trottoirs ne sont pas à nous. Mais sachez que je vais interpeller M. Cabrié (directeur d’Habitat du Gard, NDLR) ainsi que le Préfet ». La visite dans les caves et escaliers des immeubles ne fut guère plus rassurante : tags, fenêtres cassées et de la mort aux rats qui traîne au sol, à la portée du premier enfant venu, sont le quotidien d’habitants exaspérés mais soutenus dans leur combat par la Confédération Générale du Logement et son président Mohammed Jaffal. « Les responsables de cette situation, il faudrait les faire vivre ici ! », propose Sabah, une jeune femme du quartier. Chiche ?

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

12 réactions sur “INDIGNE Découvrez les conditions de vie de Louise, 81 ans, habitante du Mas de Mingue”

  1. Honteux mais peu surprenant ceci dit ! quand on a l’occasion de constater l’état des parties communes entrées, montées d’escaliers, et extérieurs ect ect…. on peut s’imaginer ce qu’il en doit être des appartements privatifs compte tenu du fait que les locataires acceptent d’y vivre dans un environnement aussi insalubre ! alors justement que fait pour le cas ici Habitat du Gard ? RIEN …. il loue encaisse loyers et charges et n’entretient aucunement son patrimoine immobilier …. et tout ça avec l’argent du contribuable (subventions, aides diverses, aides au logement CAF et compagnie !) Les responsables de ces dégradations ne sont que les bailleurs organismes publics d’HLM d’habitats sociaux et autres …. et la sécurité des biens et des personnes qu’en fait on ? et la salubrité des logements loués l’hygiène ? ils s’en tapent … et dieu sait si vous allez y voir de près combien de ces logements sociaux dans ce quartier et d’autres dits tout aussi défavorisés sont dans un état identique voire pire ! il est grand temps que chacun et chacune y fassent leur job : assistants sociaux, aidants, tuteurs organismes d’aides sociales la DDASS les CAF la CPAM le C

  2. L’article est pour le moins étrange :
    Ce n’est pas le propriétaire qui est responsable de la crasse accumulée, de l’odeur dans l’appartement, du bordel visible sur les photos…
    Il me semble que c’est au locataire d’entretenir son logement non ?
    Si on reprenait l’état des lieux d’entrée on serait sûrement surpris de constater que le logement était en bon état et que c’est la locataire qui a ainsi pourri son logement….
    Ce n’est pas non plus le propriétaire qui tague ou casse les vitres les murs des parties communes…

    1. c’est en effet au locataire d’entretenir la partie privative de son logement…. ! ok
      ceci dit lorsqu’il s’agit de travaux incombant au bailleur tels que remise aux normes électriques dans le cas présent, désinfection, entretien du chauffage, chaudières, entretien des parties communes ainsi qu’espaces verts et trottoirs les bailleurs ne font pas du tout preuve d’exemplarité en la matière (ne parlons pas des ascenseurs…)
      je n’habite pas ces quartiers là dieu merci j’ai tout fait pour les éviter mais franchement quand on y passe et que l’on s’y arrête quelques minutes la misère est hors des murs et visible … ! les aides sociales sont versées aux locataires c’est une chose …. pourquoi ne pas envisager en contrepartie une obligation de la part du locataire d’accepter un contrôle inopiné au minimum une fois par an pour constater de tels désastres , les éviter voire les réparer ou contraindre à ce que des travaux ou une remise en salubrité y soit effectuée pour ce qui concerne la part du locataire mais non, rien n’est fait dans ce sens – heureusement dans le cas présent que Louise a une tutrice qui malgré ses alertes n’a pas fait rapidement bouger les choses et a dû se battre ! et combien sont ils de nos appartements sociaux dans cet état certainement nombreux reste à le vérifier !

    2. Tout a fait d’accord!!
      A la vue des blousons suspendus dans la Sdb:J’ai personnellement du mal à croire au « petit brin de femme de 81ans »!
      Si cette dame à des enfants, c’est vers eux qu’il faudrait se tourner afin de comprendre comment il est possible pour un digne être humain de laisser son « petit brin de femme », sa mère vivre dans une telle saleté sans intervenir!
      Être démuni financièrement est une chose.
      Les toiles d’araignées n’ont besoin ni d’eau chaude ni d’argent pour être éliminées.

  3. le conseil général aussi pour le coup y a sa part de responsabilité ! mais chacun se voile la face c’est très bien de vouloir construire 500 logements sociaux par an mais compte tenu de l’entretien qui y est fait sur le parc existant, on a bien de peine à penser qu’il s’agisse une fois de plus de beaucoup d’argent (du contribuable) foutu en l’air car, derrière rien ne suit – même pas les normes légales obligatoires et minimales dites de sécurité et de salubrité y sont appliquées – un appartement que louerait un propriétaire particulier dans un état identique à celui de Louise au Mas de Mingue aurait déjà fait l’objet de nombreux recours et poursuites – le propriétaire en question y aurait été condamné ! pourquoi dans le cas présent  » habitat du Gard  » n’y est pas inquiété davantage ? pourquoi au delà des subventions et aides perçues par le bailleur aucuns contrôles n’est réalisé pourquoi la CAF qui verse des APL aux locataires et les assistantes sociales ne font rien que de questions auxquelles nous n’avons pas de réponses …. tout simplement parce que personne ne se sent impliqué ni responsable de quoi que ce soit quand il s’agit du pognon des autres ! honte à la France dégoût affirmé comment aller voter lorsque l’on constate de telles réalités de la part de nos Elus et responsables d’organismes publics ! beurk….. beurk .. quel déclin !

  4. Oui les blousons n’appartiennent surement pas à Louise 81 ans ….

    Quand bien même, le ménage personne connait ?? l’évier bouché ? on attend qu’il se débouche seul ?

    J’aimerais bien que l’on regarde aussi l’état des lieux d’entrée bien souvent les gens sont tellement assisté qu’il faudrait aussi venir leur faire le ménage chez eux.

    Cela me rappel un brave monsieur du quartier petit bar à Montpellier qui quittait son appartement pour habiter un neuf (hlm) lors de sa sortie il me fait remarquer l’état d’insalubrité de son appartement qu’il habitait depuis 30 ans . Le pauvre homme attendait de ma part de la compassion ! Raté , je lui ai demandé dans qu’elle état il était son appartement lors de son entrée il y a 30 ans ??? étrangement aucune réponse …. J’ai fait mes relevés de compteur et suis partit

    Triste France

  5. Ce n’est pas l’article qui est étrange mais plutôt cette visite organisée par un responsable d’une association de locataires, non re-reconnue par la CGL au niveau nations, et qui est en campagne pour être réélu au conseil d’administration d’Habitat du Gard comme représentant des locataires.

    Cela sent la manipulation à plein nez !!!

  6. IL FAUT ARRETER DE PENSER QUE L’ETAT DANS CES MULTIPLES RAMIFICATIONS A COMME OBLIGATION DE PRENDRE EN CHARGE TOUS LES CITOYENS DE A A Z … QUEL ETAT POURRAIT SE LE PERMETTRE ? ET QUEL CITOYEN SERAIT AUSSI PEU CONSCIENT DE CES DROITS ET DEVOIRS POUR EN EXIGER AUTANT ? CETTE DAMETTE N’A PAS D’ENFANTS ? POURQUOI NE BENEFICIE T ELLE PAS D’AIDE MENAGERE QUE L’ETAT SUBVENTIONNE POUR LES PERSONNES AGEES, MALADES OU HANDICAPEES PAR LE BIAIS DES ASSOCIATIONS D’AIDE AU MAINTIEN A DOMICILE ? LES VOISINS N’ONT ILS PAS ETE INTERPELLES PAR LA DETRESSE DE CETTE DAME OU MEME PAR L’ODEUR ?

    IL FAUT ARRETER DE PENSER QUE L’ON PEUT ETRE DES ASSISTES DE NOTRE NAISSANCE JUSQU’A LA FIN … JE SUIS FILLE D’UN ITALIEN ARRIVE EN FRANCE EN 1956 … NOS VALEURS ONT ETE LE TRAVAIL LA FAMILLE ET L’HONNETE …ET JAMAIS NOUS N’AVONS ESTIME QUE L’ETAT PROVIDENCE ETAIT UNE FACON DE VIVRE .. LES DIFFICULTES ONT ETE MULTIPLES MAIS LE COURAGE A LA HAUTEUR DE CES DERNIERES … ALORS ARRETONS AVEC LES LAMENTATIONS ET QUE CHACUN PRENNE CES RESPONSABILITES … DANS LES CAS DE CETTE DAME IL Y A UNE FAMILLE UN VOISINAGE UN MEDECIN QUI ONT FERME LES YEUX… JE NE VOIS PAS POURQUOI ON PARLE DES HLM … LA SALETE DANS UN APPARTEMENT NE PEUT EN AUCUN CAS INCOMBER LE BAILLEUR ET VU L’ETAT DE LA SALLE D’EAU SI ON PEUT DIRE JE NE PENSE PAS QUE CETTE DAME SOIT PROPRE DONC MEME UN MEDECIN AURAIT PU AVISER LES SERVICES SOCIAUX …

    LAISSONS LE PAYS SE RELEVER .. AYONS LA CONSCIENCE DE LA CHANCE QUE NOUS AVONS DE VIVRE EN FRANCE .. MENAGEONS AVEC UN PEU DE PROBITE NOTRE FORMIDABLE SYSTEME SOCIAL ET ARRETONS DE PENSER QUE L’ETAT PEUT METTRE UN PANSEMENT SUR TOUS NOS MAUX …

  7. Au Mas de Mingue, Habitat du Gard n’a en aucun cas loué l’appartement dans cet état… C’est la dame en question qui a particulièrement dégradé son logement. Est ce qu’un propriétaire est responsable de l’état dans lequel un locataire met son logement ? En l’occurrence dans ce cas précis, Habitat du Gard a alerté les services sociaux pour qu’une aide soit apportée à cette personne qui a bien besoin d’être accompagnée et qui, par ailleurs, selon le CCAS refuse de quitter son logement…
    Précisons aussi qu’il n’a pas été possible d’accéder au logement pour y faire des travaux…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité