A la uneActualité générale.ActualitésSanté.Société

ALÈS 200 pharmaciens mobilisés contre la réforme des professions réglementées

Plus de 200 pharmaciens se sont mobilisés aujourd'hui à Alès. Photo Elodie Boschet/Objectif Gard
Plus de 200 pharmaciens se sont mobilisés aujourd'hui à Alès. Photo Elodie Boschet/Objectif Gard

Ce matin à Alès, plus de 200 pharmaciens ont suivi le mouvement national de grève pour protester contre le projet gouvernemental de réforme des professions réglementées. Ce dernier vise à autoriser la vente des médicaments dans les grandes surfaces et à ouvrir le capital des officines à des investisseurs extérieurs.

Vêtus de leur blouse blanche, les pharmaciens du bassin d'Alès se sont mobilisés en nombre ce matin dans les rues de la capitale cévenole pour dénoncer "l'aberration" du projet de loi annoncé en juillet dernier par l'ancien ministre de l'économie Arnaud Montebourg. Au centre des inquiétudes : l'hypothèse d'élargir la vente des médicaments dans les supermarchés. Les pharmaciens craignent à la fois pour "le maintien de la santé publique" mais aussi pour l'avenir de leurs emplois.

Sabine, Pierril et Simon sont pharmaciens à Saint-Jean-du-Pin. Photo Elodie Boschet/Objectif Gard
Sabine, Pierril et Simon sont pharmaciens à Saint-Jean-du-Pin. Photo Elodie Boschet/Objectif Gard

"Monsieur Leclerc n'est pas un professionnel de santé"

Pour l'heure, les pharmaciens ont le monopole de délivrance des médicaments. Et ils veulent le conserver. "Nous connaissons nos patients et nous sommes à même de leur dire si le traitement qu'ils demandent est compatible avec leur état de santé. Monsieur Leclerc, lui, n'est pas un professionnel de santé", déplore Monique, pharmacienne à Molières-sur-Cèze. Autoriser donc le libre accès à des médicaments comme le Doliprane - même si ce dernier n'est pas soumis à une prescription médicale - peut, selon les grévistes, avoir des "conséquences dangereuses si un professionnel n'est pas là pour le délivrer au patient", indique Pierril, pharmacien à Saint-Jean-du-Pin. Et d'ajouter : "D'autant que ce ne sera pas moins cher. Les Français se font avoir quand le gouvernement assure que cette loi devra rendre du pouvoir d'achats aux ménages".

Max Roustan a signé sans hésiter la pétition de soutien aux pharmaciens. Photo Elodie Boschet/Objectif Gard
Max Roustan a signé sans hésiter la pétition de soutien aux pharmaciens. Photo Elodie Boschet/Objectif Gard

"Il y aura des licenciements"

C'est aussi pour l'avenir de leurs emplois que les pharmaciens ont manifesté aujourd'hui. "Si le capital des officines est ouvert à des capitaux extérieurs, les pharmacies situées en zone rurale vont fermer. Nous allons devoir licencier", s'indigne Monique. Pour Pierril, "il est essentiel de conserver le maillage territorial dont nous bénéficions actuellement pour ne pas prendre le même chemin que les médecins et délaisser complètement les petites communes".

Ce matin, une délégation de pharmaciens a fait part de ses inquiétudes au sous-préfet d'Alès, François Ambroggiani. "Il nous a écouté.  Il est bien conscient du problème de désertification rurale et va faire remonter nos craintes", déclare Brigitte Bouziges, présidente nationale de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine du Gard et pharmacienne aux Salles-du-Gardon. Le cortège s'est ensuite rendu sur la place de l'Hôtel de ville, où le maire Max Roustan les a accueilli en signant la pétition de soutien aux pharmaciens. À la permanence du député Fabrice Verdier, les manifestants ont été reçus et entendus par son attaché parlementaire.

Les kinésithérapeutes se sont aussi mis en grève pour soutenir les pharmaciens. Photo Elodie Boschet/Objectif Gard
Les kinésithérapeutes se sont aussi mis en grève pour soutenir les pharmaciens. Photo Elodie Boschet/Objectif Gard

Elodie Boschet

 

 

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

2 réactions sur “ALÈS 200 pharmaciens mobilisés contre la réforme des professions réglementées”

  1. C’est marrant Roustan signe contre des mesures que la droite libérale ne renierait pas. En fait, il soigne sa clientèle. personne n’est logique : ni les grévistes, ni Roustan. C’est le libéral Attali , conseiller de Sarkozy comme de Hollande qui préconise ces mesures d’inspiration libérale donc de droite. La droite pour laquelle vote en général tous ses grévistes d’un jour.

  2. Je suis entièrement d’accord avec vous
    On ne doit pas laisser notre santé dans les mains de grands chaînes de magasin tel que e leclerc et autre à chacun son travail pour ma part lorsque je vais chercher mes médicaments j’apprécie d’avoir une personne qui réponde à mes questions et mes doutes pour me rassurer je doutes que de grandes enseignes puisse me rendre ce service il ne sont déjà pas capable de nous fournir un vvendeur compétents pour quealors ne parlons même pas de notre sante.
    Courage ne lâchez rien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité