A la uneEconomie

ALÈS Des chercheurs d’emplois prennent un petit-déj’ avec des employeurs

Marie-France Legarnisson (debout à gauche) et les chercheurs d'emploi écoutent Jalil Benabdillah. Photo Elodie Boschet/Objectif Gard
Marie-France Legarnisson (debout à gauche) et les chercheurs d'emploi écoutent Jalil Benabdillah. Photo Elodie Boschet/Objectif Gard

Une trentaine de demandeurs d'emplois ont répondu à l'invitation de l'association Trampolines ce matin, qui organisait pour la première fois une rencontre avec des employeurs du bassin alésien.

"Les gens qui sont là, ce ne sont pas des paresseux. C'est des personnes qui ont envie de bosser !" lance Marie-France Legarnisson, la présidente de l'association Trampolines, en guise de mot d'accueil. Elle-même chercheuse d'emploi, elle a créé en avril dernier cette association, avec l'envie de créer du lien entre celles et ceux qui ne parviennent pas à trouver du travail. "C'est presque parti d'un acte désespéré. Sur ma voiture, j'ai une plaque aimantée où il est inscrit 'Embauche un chômeur'. J'ai fondé cette association pour me faire remarquer des employeurs alésiens", explique t-elle.

Licenciée d'un cabinet d'avocat en 2010, Marie-France Legarnisson, âgée de 56 ans, s'est installée à Alès en 2010. Depuis, elle recherche activement du travail dans le domaine de la communication écrite. "Pendant un an, j'ai suivi une formation de correctrice. Je souhaiterai aujourd'hui trouver un emploi dans le secteur de la presse ou de la communication. Je postule à droite à gauche et en plus, je suis mobile. Mais quand on est un sénior au chômage, c'est encore plus compliqué", regrette t-elle.

Plutôt que de s'apitoyer sur son sort et d'attendre qu'une réponse positive arrive dans la boîte aux lettres, la présidente de Trampolines s'est donné pour mission de rassembler autour de rencontres conviviales et constructives les Alésiens qui sont dans la même situation qu'elle. "L'objectif est de créer un réseau de proximité pour que les employeurs locaux embauchent les demandeurs d'emplois locaux. Nous voulons trouver des solutions pour que les choses bougent", signale t-elle. C'est dans cette logique qu'elle a invité ce matin quelques acteurs du territoire, dont Jalil Benabdillah, PDG de SD Tech, autour d'un petit-déjeuner avec des chercheurs d'emploi. L'occasion pour lui de rappeler que sa société vient d'obtenir le label diversité, "qui garantit l'absence de discrimination à l'embauche", et d'informer que "10 à 15 recrutements d'ingénieurs, d'opérateurs et de techniciens sont effectués chaque année". Entre deux gorgées de café, le public a bien pris note de cette information.

Lire aussi : ALÈS Jalil Benabdillah, vice-président de l’agglomération : “Je n’ai pas ma carte à l’UMP”

Elodie Boschet

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité