A la uneActualités

CÉVENNES Les pharmacies minières vouées à disparaître

La pharmacie des mines à Cendras est encore ouverte à mi-temps. Photo Elodie Boschet/Objectif Gard
La pharmacie des mines à Cendras est encore ouverte à mi-temps. Photo Elodie Boschet/Objectif Gard

Le 1er février prochain, la pharmacie minière de Molières-sur-Cèze fermera. Dans quelques mois, celle de Cendras devrait prendre le même chemin. En cause : une baisse significative de la fréquentation, due à la disparition progressive des mineurs.

Dans quelques années, les pharmacies minières n'existeront plus. Ces officines, exclusivement réservées aux anciens travailleurs de la mine, servent des clients de plus en plus âgés et donc, de moins en moins présents. C'est pour cette raison que la Carmi Sud-Est (Caisse régionale de la sécurité sociale dans les mines), a pris la décision de fermer deux structures : d'abord celle de Molières-sur-Cèze, puis celle de Cendras.

"La clientèle décroît de 10% par an"

C'est dans ces officines cévenoles que l'activité diminue le plus. "A Cendras, on parle d'une centaine de patients. A Molières-sur-Cèze, nous n'avons plus que quelques dizaines. Globalement, la clientèle décroît de 10% par an", note Philippe Rognié, directeur de la Carmi Sud-Est. "Nous devons recentrer les moyens sur les pharmacies où le besoin reste à un niveau important, comme Alès ou La Grand-Combe", poursuit-il. Ainsi, le gérant des deux pharmacies en sursis devrait être affecté à La Grand-Combe, sur le poste d'un pharmacien qui devrait bientôt prendre sa retraite.

Maintien de service

Toutefois, "dans une logique de maintien de service", la Carmi prévoit un système de portage de médicaments à domicile ou dans le centre de santé dont le patient dépend. "Cela fait très longtemps que nous proposons ce type de service", qui est, de surcroît, "plus adapté à notre population qui se déplace très peu", soutient Philippe Rognié. Et d'ajouter : "Ça nous coûte évidemment moins cher que de faire fonctionner une pharmacie". Par ailleurs, les usagers auront également la possibilité de se procurer leurs remèdes dans une pharmacie libérale.

Si à Molières-sur-Cèze l'établissement fermera dans quelques semaines seulement, la pharmacie de Cendras reste encore ouverte à mi-temps pour plusieurs mois. Un délai choisi pour tenir compte de la menace de fermeture qui pèse également sur un autre service public du village : le bureau de Poste. "Nous pouvons comprendre que les habitants ont besoin d'une pause, reconnaît le directeur. Nous mettrons ce temps à profit pour leur présenter la manière dont fonctionne le portage". Malgré tout, la sentence sera la même.

Elodie Boschet

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité